Nous ne voulons pas que l’austérité- même labellisée faussement de "gauche"- soit au rendez-vous. Les dirigeants socialistes n’ont ils pas, tout comme la droite piétiner la volonté du peuple français et approuver le traité Lisbonne rejeté par référendum?
G. Catoire, le maire candidat socialiste, ne nous a t-il pas vanter depuis des années de façon surréaliste- les bienfaits de l'Europe, à longueur de discours, de cérémonie ?
Le changement n'a pas besoin de députés euro-gogos qui ont toujours approuvé la construction libérale et voter oui au référendum sur le traité européen quand les clichois se prononçaient majoritairement pour le non!
Plus ils seront nombreux, plus les députés communistes du groupe Front de gauche à l’Assemblée nationale seront les garants d’une réorientation de l’Europe, un choix majoritaire dans le peuple, et nécessaire à gauche.
Si le contenu du traité Sarkozy-Merkel –renégocié ou non — n’est pas transformé, les députés du Front de gauche refuseront de le ratifier au Parlement et exigeront qu’il soit soumis aux Français par référendum.
Faire croire qu’un simple « volet » sur la croissance suffirait à rendre ce Traité supportable pour les peuples, c’est tromper le peuple français.
Est ce sérieux de prétendre réduire les déficits et les dépenses publiques à toute vitesse tout en évitant d’imposer l’austérité ? Ce n’est pas crédible et totalement incohérent..
Recréer 60 000 emplois dans l’éducation, c’est bien, mais vouloir le faire en supprimant le nombre d’emplois équivalents dans la fonction publique, c’est un marché de dupe.. .
Où F. Hollande et J.M. Ayrault comptent ils supprimer les emplois : dans les hôpitaux, à Beaujon ? dans la justice ? dans les services d’urgences ?
Sacrifier ainsi les services publics, ce serait enfoncer le pays dans la crise et faire grossir le Front national car tous les analyses montrent que ce dernier progresse surtout là où les services publics s’étiolent et disparaissent.
La relance des services publics est nécessaire à la fois pour répondre aux attentes sociales et pour relancer l’indispensable croissance. En s’appuyant sur les députés communistes et Front de gauche, le gouvernement peut faire le choix.
Parce qu’ils prennent cet engagement devant vous aujourd’hui d’apporter des propositions constructives s’attaquant aux causes de la crise – la domination du capitalisme financier -, vous pourrez compter sur les députés du PCF, au sein du Front de gauche, pour garantir la réussite d’une politique de gauche qui sorte la France de la crise.
Dans notre circonscription, le communiste François Delalleau, candidat du Front de gauche, est de toutes les mobilisations pour le dédoublement de la ligne 13, contre la casse de Beaujon et l’essor de l’hôpital public, pour l’emploi, les services publics.
A l’inverse de G. Catoire, il ne pactisera jamais avec la droite et ne fera jamais alliance avec elle.
Jeune étudiant salarié, devant travailler pour financer ses études, issu peuple, François Delalleau mérite notre confiance.
Voter François Delalleau, c’est prendre l’assurance, ensemble, de faire entendre clairement les priorités des clichois pour une majorité de gauche constructive, mais exigeante et vigilante à l’Assemblée nationale.