Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Trop de flou pour l'Ecole

AAAVHug.jpg
Une première version du projet de loi d’orientation pour l’école vient d’être publiée.
Le gouvernement y affiche son ambition de « refonder l’école de la République » pour « répondre aux grands défis auxquels la France est confrontée ».
La réaffirmation du rôle de la maternelle et la volonté de scolariser les moins de 3 ans, une première remise en cause du socle de compétences avec l’intégration de la dimension de culture, la création des écoles supérieures de l’éducation, l’importance accordée à la pédagogie, le recrutement amorcé de professeurs montrent la prise en compte de propositions portées de longue date par les enseignants et les parents d’élèves. On ne peut que s’en réjouir.
Cependant, le projet entretient le flou sur les objectifs assignés à l’école.

Lire la suite...

 

Ecole : Nos enfants ne peuvent pas attendre !

Affresecol.jpg
Le réseau école du PCF lance une pétition pour obtenir un "collectif budgétaire" ( vote par le Parlement de crédits supplémentaires au budget annuel de l'éducation nationale) qui permette que la rentrée prochaine se fasse dans de bonnes conditions. Vous pouvez signer en ligne cette pétition ci-dessous en cliquant ici
Un collectif budgétaire est nécessaire pour que la rentrée scolaire se fasse dans de bonnes conditions. Avec la défaite de Nicolas Sarkozy, l’étau qui enserrait l’enseignement public vient de se desserrer un peu. Mais changer un homme ne suffit pas, il faut changer de politique.
L’école a besoin d’une loi d’orientation, élaborée avec tous les acteurs de l’éducation.
Mais sans attendre, il faut préparer les conditions d’une rentrée scolaire qui soit meilleure que les précédentes. Les personnels l’exigent, les enfants en ont besoin. Et pour cela, il faut des moyens tout de suite !
C’est pourquoi nous demandons la mise en place d’un collectif budgétaire : il faut attribuer des moyens nouveaux à l’éducation sans attendre, pour assurer la rentrée prochaine dans de bonnes conditions.
* Priorité au combat contre l’échec ! Il faut recréer les 2500 postes des RASED supprimés cette année en proposant aux enseignants mutés sur des postes ordinaires de réintégrer leur poste dans les équipes RASED et en recrutant les jeunes qui attendent sur liste complémentaire.
* Il faut relancer dès maintenant la formation des enseignants et des personnels. Pour commencer, il faut rétablir l'année de stage à mi-temps pour les lauréats du concours 2012, ce qui implique de créer environ 6 500 postes sous statut de la fonction publique d’État. Une politique de formation, avec un cadrage national et une coopération entre les universités et l’éducation nationale est nécessaire pour organiser et encadrer ce stage dans de bonnes conditions. Enfin, iI faut mettre en place dès la rentrée prochaine le pré-recrutement des futurs enseignants, pour reconstruire un vivier et démocratiser l’accès au métier.
* Il faut rétablir pour la rentrée les postes supprimés dans la dernière vague, sous statut de la fonction publique d’État, en recrutant sur liste complémentaire. Le rattrapage des suppressions des années précédentes devra se faire au cours des rentrées prochaines. Priorité aux REP, aux zones rurales, et aux lycées professionnels, qui ont été les plus touchés.
* L’école doit être gratuite ! Interdisons toute forme de demande de contribution financière des familles au frais de scolarité (sorties, etc.).
La France doit se donner les moyens d’une politique de progrès pour l’éducation.
Nous n’accepterons pas que ces moyens soient prélevés sur un budget de l’État constant, donc au détriment des autres services publics (santé, justice, police de proximité, recherche, écologie, etc.).
Ce serait injuste et inefficace : si l’ensemble de la vie sociale est fragilisée, l’école en souffrira nécessairement.
Il faut donc créer des ressources nouvelles, en réformant la fiscalité. Il faut rompre avec les politiques d’austérité imposées par les marchés financiers et l’Union européenne.
Les dépenses publiques doivent sortir des mains des marchés financiers.
Au prochain sommet européen, la France doit réclamer la création d’un fonds européen solidaire, social et écologique à gestion démocratique et abondé directement par la Banque centrale européenne, institution publique, pour financer les services publics de façon solidaire, partout en Europe.

 

Marine Roussillon (PCF) : De l'argent pour l'école, pas pour les banques !

Acolvangogh.jpg
Pour construire l’école de l’égalité, il y a besoins de moyens nouveaux.
Bien sûr, les moyens seuls ne sont pas la solution. Renforcer le caractère inégalitaire de l’école, tout en donnant un peu de moyens pour atténuer ces inégalités, cela ne rime à rien !
C’est pourtant ce que propose le Parti socialiste, lorsqu’il affirme vouloir revenir sur les suppressions de postes tout en poursuivant la politique de différenciation des contenus (socle commun) et de mise en concurrence des établissements (autonomie).
Il y a besoin de moyens nouveaux, non pas pour panser les plaies crées par l’école, mais pour transformer l’école en profondeur, la refonder sur le modèle de l’élève qui n’a que l’école pour acquérir les savoirs scolaires.
Quels sont les besoins ? Il faudra bien sûr recréer tous les postes supprimés par la droite, et créer des postes nouveaux.
Les élèves sont en nombre croissants dans le primaire et dans le secondaire : il faut donc plus d’enseignants, plus de personnel pour les accueillir.
Nous voulons garantir le droit à la scolarisation dès deux ans pour les enfants dont les familles le souhaitent, dans des conditions adaptées aux tout petits ; nous voulons rendre l’école obligatoire de trois à 18 ans ; nous voulons faire baisser les effectifs et améliorer l’encadrement ; nous voulons rétablir les Rased dans leurs moyens et créer des équipes pluriprofessionnelles pour prévenir la difficulté scolaire, dans le primaire comme dans le secondaire ; nous ne voulons surtout pas augmenter la charge de travail des enseignants…
Il faudra donc recruter massivement. Ces recrutements devront se faire sous statut de la fonction publique, parce que c’est la seule garantie de l’égale qualité du service rendu sur l’ensemble du territoire.

Lire la suite...

 

LES ÉTUDIANTS SE FONT SAIGNER, LES PATRONS PEUVENT SE GAVER !

avecsarkocharcut.jpg


La situation sociale des étudiants n'a cessé de se dégrader depuis l'arrivée de la droite au pouvoir : de plus en plus d’étudiants sont obligés de se salarier pour financer leurs études, le coût des études augmente, tout comme les loyers, les transports, la santé, alors que dans le même temps les bourses ne sont pas suffisantes et ne permettent pas de vivre convenablement.
Mais cette situation n'est pas une fatalité, le gouvernement l'organise ; les entreprises en profitent et s’enrichissent, certaines se spécialisant dans le secteur …
Pour certains, notre précarité, c'est leur business !
Logement: la précarité étudiante, un marché juteux ...
Seuls 8% des étudiants sont logés en cité U du CROUS. L'immense majorité est dans le parc privé. Ce dernier a très vite réalisé les bénéfices qu'il pouvait tirer du marché du logement étudiant.
Les capitalistes spéculent sur le premier besoin d'un étudiant, son logement. Et dans le même temps, l’État finance les entreprises qui construisent des logements « spécial étudiants » sans aucun contrôle des prix !
Dans le même temps, l’État a décidé de se désengager financièrement des CROUS, le service qui permet aux étudiants de se loger et qui leur fournit les bourses.
Le principe est simple : l’État finance de moins en moins le CROUS, les services sont de moins bonne qualité, les postes de travailleurs sont supprimés... Le résultat se fait sentir pour les étudiants : les logements sont insalubres car il n'y a pas de moyens pour les rénover …

Lire la suite...

 

Sarkozy : Jusqu'au bout du quinquennat, les mauvais coups !

Abafsarko.jpg
Pas un jour sans nuire, sans servir la finance et les grands patrons, sans porter des coups au monde du travail, sans casser les acquis sociaux.
Sarkozy vient d'annoncer une nouvelle vague de cadeaux au patronat, aux promoteurs immobiliers : hausse de la TVA pour faire payer une partie de la protection sociale par les ménages à la place des patrons et feu vert aux groupes de l'immobilier pour bétonner.
La hausse de la TVA est équivalente à une baisse des salaires et du pouvoir d'achat.
Il annonce aussi la casse du code du travail avec la fin des 35 heures et de la durée légale du travail : désormais les patrons pourront décider à leur guise de la durée du travail et du salaire minimum dans l'entreprise sans être encadrés par la loi. Ils pourront, au niveau de l'entreprise, négocier les baisses de salaires. Exit le code du travail!
Les jeunes ? Sarkozy propose de les sortir massivement de l'éducation pour les livrer aux patrons à bas coûts, avec des salaires de misère...
Le logement? Ce sera mains libres à ses amis promoteurs pour bétonner en hauteur pour accroitre leur rentabilité et accentuer la transformation du logement en marchandise.
Le PCF dénonce toutes ses mesures inefficaces pour l'emploi, injustes et cruelles pour les couches populaires, les salariés, les jeunes, les ménages et les retraités. Voici l'édito de J. P. Pierot dans L'Humanité.

"L'injustice sociale et fiscale, fil conducteur du quinquennat de Nicolas Sarkozy"
Une impression d’affolement et de désordre se dégage des propos de Nicolas Sarkozy dès les premières phrases de son entretien télévisé. Logement, emploi des jeunes apprentissage, la création d’une banque de l’industrie...

Lire la suite...

 

M. H. Amiable dénonce le bilan de Sarkozy sur l’éducation et ouvre des perspectives

Al_colchatel.jpg
Marie-Hélène Amiable, députée PCF des Hauts-de-Seine, dénonce le bilan de Sarkozy sur l’éducation et ouvre des perspectives.
Quel regard portez-vous concernant le bilan de Sarkozy sur l’école? ?
Marie-Hélène Amiable. L’éducation nationale est, parmi les services publics, celui qui a payé le plus lourd tribut sous ce quinquennat, avec 79?800 suppressions de postes depuis 2007.
À cela s’ajoute ?cette démarche libérale qui ?vise à casser l’école pour mieux justifier l’arrivée du secteur marchand dans l’éducation. Mise à mal de ce service public, désorganisation, renforcement des inégalités, échec scolaire, tout cela pour démontrer qu’il faut tout transformer. Et non pour refonder un grand service d’éducation mais ouvrir la voix au secteur privé et à la concurrence entre établissements…

Lire la suite...

 

Des moyens pour l'école, par Stéphane Bonnery (PCF)

Alecolsept11.jpg
Les moyens de réorienter l’école existent ! Une majorité d’idée peut se construire. Les moyens financiers et statutaires ne sont pas tout.
La façon de les utiliser est également importante, d’où toutes les propositions que nous avons élaborées ( ...) sur les choix politiques de réorientation de la pédagogie et des programmes (culture commune réflexive, prendre pour référence l’enfant qui n’a que l’école, etc.).
Pour autant, c’est une imposture que de faire croire que l’on peut permettre à l’école de relever les nouveaux défis qui lui sont posés avec moins de moyens.
C'est pourtant ce dogme de la réduction des dépenses éducatives et sociales que porte la droite, de concert avec la politique européenne actuelle.
Le Ps, qui était globalement sur cette position il y a peu encore, veut avec Hollande recréer des postes pris sur les ministères voisins, mais dans la fourchette imposée par les règles libérales.

Lire la suite...

 

Marine Roussillon (PCF) : Se rassembler pour construire une autre école

alecolcharb.jpg
M. Roussillon revient sur le sens des réformes du système éducatif entreprises par la droite et expose les pistes alternatives mises en avant par le PCF...
Ces réformes du métier d’enseignant s’inscrivent dans une refonte générale du système d’éducation et de formation, de la maternelle à l’université et à la formation continue.
Il ne s’agit pas seulement de casser le métier ou de casser le service public, mais bien de construire une nouvelle école, profondément inégalitaire.
Cette construction s’appuie sur une campagne idéologique qui vise à briser les aspirations à l’égalité en affirmant que tous les enfants ne sont pas également «doués ».
Cette idéologie des dons, et sa variante, la théorie du « handicap socio-culturel », ont déjà gagné beaucoup de terrain dans la société : de plus en plus d’enseignants et de parents sont persuadés que certains enfants « ne sont pas faits pour l’école », « n’ont rien à faire en classe » alors que toutes les études sérieuses prouvent que tous les enfants sont capables d’apprendre et de progresser !
Cette construction d’une école inégalitaire a des objectifs budgétaires : elle permet de faire des économies sur l’école pour payer la crise des banques.

Lire la suite...

 

Les conséquences des plans d’austérités sur les étudiants en Europe

Affetudcap.jpg
Dialogue clichois reproduit la déclaration commune d’organisations de jeunesse communistes et progressistes d’Europe dont est signataire l'Union des Étudiants Communistes de France (UEC).
Depuis 2008, le système capitaliste est rentré dans une nouvelle période de crise. Cette crise systémique qui a d’abord commencé aux Etats-Unis et s’est ensuite développée en Europe ayant de nombreuses conséquences pour les classes populaires de notre continent.
Le système d’aide de la "Troika" qui vient en aide aux gouvernements de droites et sociaux-démocrates afin de sauver les capitalistes, ne peut pas arrêter la crise. Pire encore, en appliquant des mesures réactionnaires, ils ont conduit les peuples dans une situation encore plus difficiles dans une période ou la crise du capitalisme s’accentue.
Avec la crise, l’Union Européenne montre son vrai visage, celui d’une institution impérialiste dont l’objectif est de servir les intérêts de la bourgeoisie européenne.

Lire la suite...

 

La droite poursuit la construction d’une école inégalitaire dès la maternelle.

colmat.jpg
Les élections approchent, et voilà que la droite fait mine de se préoccuper de l’échec scolaire.
Pour le faire reculer, elle propose d’évaluer les enfants des la maternelle, en désignant des élèves « à risque » et « à haut risque ».
L’évaluation est un outil indispensable pour les enseignants, les élèves et leurs parents. Mais ce qui est proposé ne relève en rien d’une évaluation. Il s’agit de prédire pour mieux trier, sélectionner, exclure.
Il s’agit surtout de ne rien changer à l’existant en individualisant et rendant chacun comptable de ses difficultés.
En même temps, la droite détruit la formation des enseignants. Elle continue à supprimer des postes d’enseignants en classe ou en réseau d’aide (RASED) et de conseillers pédagogiques.
Les effectifs dans les classes sont donc de plus en plus chargés, et la formation continue de plus en plus réduite. Les possibilités de scolarisation précoce ne cessent de reculer.

Lire la suite...

 

Evaluation en maternelle : la difficulté scolaire n’est pas une maladie !

Ariskchim.jpg
Dialogue clichois publie ce communiqué de la sénatrice communiste des Hauts de Seine Brigitte Gonthier-Maurin traitant de la dernière stupidité du ministre de l'éducation Chatel, envisageant de repérer dès la maternelle, les enfants "à risques"...
Le projet de livret « d’évaluation des acquis » des élèves à l'école maternelle du Ministère de l'Education nationale est scandaleux, stigmatisant et dangereux. Il doit être vivement combattu.
Sous couvert « d’évaluation » et de « lutte contre l’échec scolaire », le gouvernement compte donc aujourd’hui appliquer aux élèves dès 5 ans sa politique de tri et de sélection, en leur accolant des étiquettes : « rien à signaler », « à risque » ou « à haut risque ».
Luc Chatel persiste à envisager la difficulté et l’échec scolaires comme une « maladie » alors que l’échec scolaire n’a rien d’une fatalité !
Il résulte souvent d’une accumulation de petites difficultés d’apprentissage, auxquelles se mêlent d’autres difficultés, notamment d’ordre relationnel.
Alors que les élèves sont déjà évalués à l'école maternelle, et après la mise en place du socle commun et du livret de compétences en élémentaire et dans le secondaire, ce nouveau projet s’inscrit bien dans la continuité pour un gouvernement qui construit une école inégalitaire et qui pervertit à tous les niveaux « l’évaluation » en outil de tri et de sélection des élèves.
En témoigne le sort qui est fait aux enseignants des Rased, mis en extinction, et à la formation des enseignants réduite à néant, deux leviers pourtant fondamentaux pour lutter réellement contre l’échec scolaire.
Tout au contraire, il est urgent de mettre l’école au service de l’émancipation individuelle et collective car tous les élèves sont capables de progresser et de réussir. C’est à l’école de leur donner les moyens d’y parvenir !

 

Rassemblons-nous pour l’école de l’égalité !

Déclaration du PCF
AlaManif_cole0104.jpg
Hier, partout en France, les enseignants défilaient pour sauver l’éducation nationale mise à mal par les suppressions de postes, la casse de la formation des maîtres et les réformes de contenu.
La mobilisation est de plus en plus large contre les réformes de la droite : 54% de grévistes dans le primaire et 46% dans le secondaire selon la FSU, des enseignants du privé défilant aux côtés de ceux du public, de nombreuses écoles fermées…
Face à ce mécontentement, le gouvernement joue la division. Nicolas Sarkozy veut opposer les enseignants à l’ensemble des salariés. « Les fonctionnaires ont un travail difficile mais ont un statut qui les protège », a-t-il déclaré.

Lire la suite...

 

Forte mobilisation des enseignants

FSU92086recad.jpg
Des dizaines de milliers d'enseignants ont manifesté à Paris et en Province pour exiger des moyens pour l'école, à l'appel de leurs syndicats.
Rappelons que 50 000 postes ont été supprimés depuis 2007 et que le ministre Luc Chatel prévoit 16 000 nouvelles suppressions pour 2012 : la formation des maîtres et celle des enfants est de plus en plus sacrifiée par le gouvernement.
Les syndicats, la FSU notamment, exigent des moyens pour bâtir l'école de la réussite pour tous.
Les communistes et leurs élus ont salué le cortège en haut du boulevard St Michel et ont distribué les propositions des communistes et du Front de gauche pour l'école.
François Delalleau, jeune communiste clichois investi pour l'élection législative à venir, était parmi les manifestants.

 

Mobilisation du 27 septembre : la politique de démantèlement du service public d’éducation doit cesser !

alhum09educr.jpg
Le Sénat vient de "basculer à gauche" : c'est plus qu'un camouflet pour Sarkozy.
Encore faut il que les sénateurs socialistes soient tous porteurs des valeurs de la gauche, ce qui, au vu de l'attachement de beaucoup d'entre eux à l'europe du capital et au Traité de Lisbonne ainsi qu'au dogme de la baisse des charges sociales pour les patrons, n'est pas toujours le cas.
Sans parler du ralliement d'Hollande, Aubry, Royal aux principes de la règle d'or de Sarko (ils veulent l'austérité non pas en 2012, mais "tout de suite"!)
Quoiqu'il en soit, cette majorité de gauche au Sénat confère aux forces se réclamant de la gauche une grande responsabilité devant le monde du travail pour mettre cette chambre au service des réformes progressistes et transformatrices.
Dans les Hauts de Seine : pas de Front de gauche pour ces élections sénatoriales.
Le PG de Mélenchon avait choisi la division et présentait une liste (33 voix) : malgré cette manœuvre, Brigitte Gonthier-Maurin (PCF) a été réélue sénatrice.
Avec la députée communiste H. Amiable, elle soutient la mobilisation des enseignants prévue pour le 27. Voici leur communiqué . "Une rentrée « réussie », c’est le refrain entonné cette année encore par le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel.Sur le terrain, la réalité est toute autre comme nous avons pu le constater la semaine dernière en rencontrant des organisations syndicales et fédération de parents d’élèves de notre département, les Hauts-de-Seine.

Lire la suite...

 

NOUS VOULONS L’ECOLE DE L’EGALITE !

Alamanif_cole.jpg
C’est la crise ! Crise économique, crise des valeurs, crise de la politique…
Et on nous dit qu’il faudrait économiser sur l’éducation ? Pourtant, l’éducation est essentielle pour développer des emplois de qualité.
Elle seule peut donner à nos enfants les moyens de maîtriser un monde de plus en plus complexe, et de faire librement les choix individuels et collectifs auxquels ils seront confrontés dans leur vie d’adulte.
Elle est nécessaire à notre économie et à notre démocratie.
Et dans une société capitaliste de plus en plus injuste et inégalitaire, elle seule peut construire une culture commune fondée sur le partage des connaissances, le respect des différences et la solidarité et non sur la recherche du profit et de l’égoïsme¨du chacun pour soi.
Investir pour l’école, c’est agir pour favoriser la sortie de la crise !
Mais aujourd’hui, l’école française est une école inégalitaire.
Les politiques menées par la droite ont fait de l’école un instrument au service de la ségrégation sociale.
Il est urgent de transformer l’école ! Souhaitons plein succès à la grève du 27 septembre de l'éducation nationale.

Lire la suite...

 

Non à l’école de la jungle !

babecomoy.jpg
Le parti communiste poursuit son combat avec tous ceux qui luttent pour que l’école soit le lieu de la réussite de tous les élèves ! Syndicats, chefs d’établissements, lycéens… tous constatent une rentrée difficile. Tous, sauf Luc Chatel !
Les enseignants sont sommés de garantir la « sérénité » dans l’école, d’adhérer au projet de transformation de l’école en entreprise soumise à résultat.
Il n’est plus question de former des individus capables de réfléchir et d’agir ensemble, de faire des choix de vie et de participer aux choix citoyens qui engagent la société. Comment une école qui entretient la peur de l’autre, sépare et divise peut-elle préparer à la vie en société ?

Lire la suite...

 

Rentrée à la sauce Sarkozy : Plus d’élèves, moins de Profs !

Ecolresisberth.jpg
La rentrée scolaire 2011, marquée par 16 000 nouvelles suppressions de postes et un nombre d’élèves en hausse, s’annonce très difficile.
Dans les écoles, les collèges et les lycées, où environ 87 000 élèves de plus sont inscrits, les équipes éducatives vont devoir « gérer » la pénurie organisée par le Gouvernement.
8 300 élèves en plus et 8 967 enseignants en moins dans le primaire ; 79 536 élèves en plus pour 4 800 enseignants en moins dans le secondaire.
Soit 16 120 suppressions de postes supplémentaires en cette rentrée, ce qui porte, pour mémoire, à 65 520 le nombre de suppressions de postes programmées par les budgets successifs depuis 2007 dans l'Éducation nationale.
Plus d'élèves, moins de profs. Voilà ce qui résume à nouveau cette rentrée scolaire qui sera sans doute agitée -malgré l'autosatisfaction du ministre de l'Éducation Nationale.
La grève du 17 septembre est donc parfaitement justifiée.

Lire la suite...

 

ÉCONOMISER SUR L'ECOLE C'EST SACRIFIER L'AVENIR

Ecolavenir.jpg
C’est la rentrée ! De la maternelle au lycée, les suppressions de postes continuent : des classes, des options sont fermées. Celles qui restent sont surchargées.
Les enseignants ne sont plus formés et tous les personnels sont précarisés. Comment s’étonner, dans ces conditions, que l’école française soit toujours plus inégalitaire ?
C’est la crise, nous dit-on, il n’y a plus d’argent ! Pourtant, le gouvernement en a trouvé pour éponger la dette des banques ou faire la guerre impérialiste en Afghanistan et en Libye…
Le PCF appelle à se joindre aux enseignants en lutte pour la défense et la transformation de l’éducation nationale et à faire de la Journée d’action pour l’éducation nationale du 27 septembre 2011 un succès.
La rentrée scolaire coûte toujours plus cher : Jusqu’à 27% de hausse cette année si l’on prend en compte les activités éducatives et la cantine ! La hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat nous asphyxient, alors que les entreprises du CAC 40 enregistrent des profits records.
Le PCF appelle tous ceux qui résistent à la casse du service public d’éducation nationale par la droite et à l'instauration d’une école encore plus inégalitaire à se rassembler pour construire l’école dont nous avons besoin : une école qui transmette à tous les enfants les savoirs et l’autonomie de pensée nécessaires pour maîtriser leur vie. Ensemble, portons dans toutes les luttes sociales et électorales à venir le projet d’une nouvelle phase de démocratisation scolaire, pour une école de la réussite de tous.

Lire la suite...

 

Rythmes scolaires : un nouveau moyen de supprimer des enseignants !

Caissecole.jpg
En visite dans une école primaire, Nicolas Sarkozy semble avoir découvert l’importance des premières années de scolarité pour la réussite des enfants.
Cédant au mécontentement croissant de la population, il a annoncé un moratoire sur les fermetures de classes en 2012… mais sans remettre en cause les suppressions de postes prévues !
Pour faire autant de classes avec moins d’enseignants, il propose d’ouvrir un débat sur les rythmes scolaires. Sous couvert d’attention aux enfants, c’est un nouveau moyen de réduire le temps passé à l’école et de faire des économies sur l’éducation.
Pour apprendre plus et mieux, les enfants ont besoin de plus d’école, pas de moins d’école !
Que feront les enfants pendant le temps qu’ils ne passeront pas à l’école ? Certains parents pourront offrir à leurs enfants du soutien scolaire, des activités… et les autres ? Réduire le temps passé à l’école, c’est renforcer les inégalités d’accès aux savoirs et à la culture.

Lire la suite...

 

Avec Chassaigne: L’école comme choix de civilisation

bonnery2.jpg
Stéphane Bonnery, chercheur en Sciences de l'éducation et animateur du Réseau Ecole du PCF revient sur les divergences de fond avec J.L. Mélenchon sur les questions de l'Ecole.
Ce dernier fait dans la simple contestation de l'existant, s'oppose au collège unique et s'avère incapable de porter une alternative réelle pour l'école de la réussite.
A l'inverse André Chassaigne s'appuie sur la nécessité d'une nouvelle phase de démocratisation scolaire.
Voici l'analyse de S. Bonnery...
Nos enfants vivent dans un monde où la maitrise des savoirs, des connaissances et des informations joue un rôle central - bien plus qu’autrefois- dans la vie citoyenne et professionnelle : dès lors, comment les préparer à vivre dans ce monde-là ?
C’est une révolution informationnelle qui est en marche et qui va aller en se développant toujours plus. Elle pose de multiples questions et provoque des contradictions dans le système.
Pour gérer ces contradictions et sauver le système, les tenants du capitalisme accélèrent leur stratégie de captation du développement des savoirs et des besoins de formation en reconfigurant le salariat en plusieurs catégories très distinctes.
Ils veulent ainsi :
- conduire 50% d’une génération à bac+3 mais en raréfiant dans la formation les contenus théoriques et scientifiques permettant d’aller au-delà du bac+3 (le niveau de sortie n’étant plus un diplôme mais une liste de compétences individuelles dont la reconnaissance dépendra de la négociation avec l’employeur) ; il s’agit d’accroître le nombre des exploitables à bac+3 ;
- réserver à une petite minorité d’héritiers, dès le plus jeune âge, la préparation aux études très longues au-delà du bac+3 ;
- limiter les autres à une scolarité minimale (socle commun, partie réduite des programmes) qui ne prépare pas à entrer en lycée et au-delà. Les enfants de familles populaires seront prioritairement concernés.

Lire la suite...

- page 1 de 4

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs