Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Hervé Bramy (PCF): « Il faut un autre financement de l’eau »

aeaucycle.jpg
L'eau n'est pas une marchandise, mais un besoin vital, un bien commun à gérer en partage.
Aujourd'hui la facture d'eau flambe, le coût de l'assainissement et de la lutte contre les inondations ne cesse de s'alourdir, tandis que les majors de l'eau continuent à se goinfrer en amont du cycle de l'eau, en profitant d'une confortable rente de situation dans le versant de la distribution.
La création d'un pôle public de l'eau comprenant la nationalisation des majors de l'eau et de l'assainissement ( Véolia, Lyonnaise, Saur et leur filiale) est nécessaire pour mener une grande politique, à la fois sociale et écologique, sur tout le cycle de l'eau (assainissement compris), au service des collectivités locales et des usagers ainsi que pour servir de points d'appui à une politique mondiale de gestion de ce bien commun dans un esprit de coopération.
Responsable national du PCF à l’écologie, Hervé Bramy plaide pour le retour à la gestion publique de la distribution de l'eau, dès que les conditions le permettent . Mais aussi pour une plus grande implication de l’État dans ce « bien commun ».

Où en est le combat pour une gestion publique de l’eau ?
Hervé Bramy. Il est largement devant nous. Un nombre grandissant d’acteurs progressistes s’engagent pour cela.
La tenue du Forum mondial de l’eau à Marseille y a un peu contribué.
Mais, surtout, les citoyens s’interrogent de plus en plus sur la qualité de leur eau et le montant de leurs factures. Et les élus sur les meilleures modalités de la gestion de l’eau et de l’assainissement.

Lire la suite...

 

Rapport de la Cour des Comptes sur le Nucléaire : l'avis de S. Huet

ASH4.jpg
Dialogue Clichois propose l'avis de Sylvestre Huet, journaliste scientifique de Libération sur le rapport de la Cour des comptes sur le nucléaire.
(Voir la totalité de l'article sur l'excellent site Sciences2)
Mon avis sur le rapport:
Comme l'a montré le débat auquel j'ai participé sur France Culture (...)(la Matinale de Marc Voinchet) avec Benjamin Dessus, un économiste opposé à l'usage du nucléaire, les chiffres des coûts ne sont guère contestés.
Benjamin Dessus va les tirer un peu vers le haut, mais, comme l'indiquait déjà le rapport Charpin/Dessus/Pellat de 2000 (lire ici), le nucléaire aux coûts français demeure le moins cher des moyens de production massifs (charbon, gaz) pour la base d'un système électrique de notre pays.
Autrement dit, les propos de Yannick Jadot (EELV) dans Libération, hier, ou d'autres responsables affirmant que ce rapport démonte "le mythe du nucléaire pas cher" ne correspondent pas à la vérité.

Lire la suite...

 

Déclaration du PCF sur les coûts de la filière nucléaire

acentrales.jpg
Une étude de la Cour des comptes est utilisée actuellement par les démagogues ou politiques irresponsables partisans de la fin du nucléaire.
Un tel abandon constituerait un gâchis considérable, provoquerait des dizaines de milliers de licenciements, entrainerait une pénurie énergétique incompatible avec le retour de la croissance, la construction de centaines de milliers de logements sociaux et la priorité à donner au rail sur le tout camion.
Il faudrait importer hauts coûts de l'électricité et développer les énergies polluantes contributives au réchauffement climatique.
Faute de mieux pour l'instant, la satisfaction des besoins croissants en énergie et la protection de l'environnement pousse à la modernisation des centrales, à leur sécurisation et à la poursuite des recherches, dans le cadre d'un mixte énergétique. Voici une déclaration du PCF.
La cour des comptes vient de publier son rapport sur les couts de la filière nucléaire.
Il met en évidence l’importance de ce secteur dans la vie économique de la nation au cours des décennies écoulées et dans la période actuelle pour un résultat où l’électricité est en France parmi la moins chère des pays européens, résultat objet de biens des convoitises tant à l’extérieur de nos frontières qu’à l’intérieur.
En effet, si les chiffres annoncés par la cour des comptes sont légèrement supérieurs de ceux provenant d’autres estimations, il n’en demeure pas moins que toutes les estimations convergent pour considérer que l’électricité produite à partir du nucléaire civil est très sensiblement moins chère que celle produite à partir du gaz, du fuel, du charbon et de toutes les énergies renouvelables – hydraulique exceptée – au stade actuel de leur développement technique et économique.

Lire la suite...

 

L'irréalisme des anti nucléaires

abasnucleaire.jpg
Sauvons le Climat avait soigneusement analysé le scénario Négawatt dans sa version 2006 (...) « Comparaison des scénarios Negawatt et Negatep »).
C’est avec intérêt que Sauvons le Climat attendait « les profondes améliorations » annoncées par l’Association Négawatt et révélées le 29 septembre 2011.
Hélas, si comme pour les éditions précédentes nous partageons quelques avis sur l’importance de la sobriété énergétique, nous constatons notre désaccord total sur la faisabilité des réductions de consommation retenues, sur la possibilité de faire face à l’intermittence de l’éolien et du photovoltaïque et sur le rôle primordial dévolu au méthane.
Le scénario Négawatt, par une approche dite « sobriété et efficacité » prétend diviser par deux la consommation finale d’énergie.
Compte tenu de l’accroissement de la population, chaque Français devrait ainsi réduire sa consommation de 60 %. Les réductions de consommation escomptées aussi bien dans les logements que dans les transports sont techniquement et financièrement totalement irréalistes.

Lire la suite...

 

Après Durban tout reste à faire ! par André Chassaigne, député PCF

adurban.jpg
Les représentants de quelque 190 pays ont adopté dimanche une feuille de route vers un accord pour tous les pays de la planète en 2015 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, lors de la conférence climat de Durban (Afrique du Sud).
L'objectif de la communauté internationale est de limiter la hausse de la température de la planète à +2°C.
De toute évidence, vu le poids des USA et des autres pays capitalistes cramponnés aux logiques de la rentabilité immédiate, cette conférence ne permettra pas d'atteindre l'objectif. Voici la réaction d'André Chassaigne, député communiste.
Le rideau est tombé sur la Conférence de Durban. Les masques tombent aussi à l'issue d'un spectacle où les puissants auront joué au mieux les rôles qu'ils devaient tenir. Une fois de plus, leur comédie aura tenu le monde en haleine.
Les tirades sur le devenir de l'humanité, la main sur le cœur, auront nourri les espoirs de tous ceux qui ont conscience du drame vers lequel court la planète.
Les postures affichées auront même déclenché les applaudissements de quelques acteurs de second rang, relégués en figurants, mais tellement attachés à la moindre avancée.
Chacun savait pourtant que la partition avait été écrite par les gardiens du temple libéral, présents en souffleurs des pays industrialisés du Nord pendant toute la durée de la grande représentation finale.
Les nations les plus riches ont su gérer avec cynisme leurs intérêts immédiats, conscientes que dans tout théâtre, pour reprendre la formule de Jean Vilar, « l'habit fait le moine ».
Durban n'aura pas échappé à cette règle d'or !

Lire la suite...

 

PCF : Les 10 principes pour une transition énergétique réussie

globwarm.jpg
Les principes sur lesquels devrait reposer la planification d'une transition énergétique réussie, et que le PCF soumet au débat, sont au nombre de dix.
1 Un principe fondamental : garantir le droit universel à l'énergie et au développement.
2 Un impératif immédiat : sortir des énergies carbonées fortement productrices de gaz à effet de serre.
Quatre urgences :
3 Lancer un programme national de rénovation thermique de l’habitat ;
4 Rééquilibrer l’usage des transports en favorisant les moins polluants ;
5 Mener de pair réindustrialisation et planification écologique ;
6 Engager un développement massif et diversifié des énergies renouvelables;
7 Une exigence : sécuriser le nucléaire dont le recours reste pour le moment nécessaire dans un mix énergétique rééquilibré.
Trois conditions :
8 Assurer la maîtrise publique de l’ensemble du secteur énergétique ;
9 Programmer un effort de recherche massif dans toutes les directions ;
10 Garantir des financements importants et pérennes pour réussir cette transition énergétique.

Lire la suite...

 

Pour la CGT, «l'accord sur le nucléaire est irresponsable»

CGTgensel.jpg
Virginie Gensel, secrétaire de la fédération énergie de la CGT qui rassemble 60.000 adhérents, dénonce, dans une interview au Figaro, l'accord EELV-PS sur le nucléaire, car elle redoute les conséquences sociales d'une sortie du nucléaire et juge que l'arrêt de l'EPR serait «une folie».
LE FIGARO. - Que pensez-vous de l'accord conclu entre les Verts et le PS prévoyant la fermeture de 24 réacteurs nucléaires d'ici 2025 ? Virginie GENSEL. - C'est un accord irresponsable. On ne peut pas faire reposer la politique énergétique, l'avenir industriel de la France, sur des considérations d'échanges de circonscriptions, de marchandage de coin de table. À la CGT, nous souhaitons un débat véritable sur la politique énergétique globale, dont l'avenir du nuclé­aire. Ce sont des questions complexes qui engagent le pays entier, qui ne peuvent pas être discutées juste à quelques-uns, entre appareils.
Avez-vous été consultés par les Verts et le PS ?
Non. Il y a un an, nous avons écrit à tous les partis politiques pour leur faire part de nos propositions en matière d'énergie. Nous avons rencontré les Verts, le Parti de gauche, le PCF, mais ni le PS ni l'UMP ne nous ont répondu.

Lire la suite...

 

Nucléaire : Accord irréaliste et irresponsable PS / EELV et fin du service public de l’électricité

Planetverte.jpg
Le grenouillage électoral du PS et d'Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) échangeant la fermeture de centrales nucléaires contre des circonscriptions électorales est irresponsable et fait fi des intérêts de la France. Il risque d'aboutir, en cas de victoire de F. Hollande, à la pénurie d'énergie, à l'augmentation considérable du coût de l'électricité, à des dizaines de milliers de licenciements, au recours massif à des énergies carbones donc contributives au réchauffement climatique et au dépeçage du service public et d'EDF, issu du programme du Conseil national de la Résistance.
Sortir du nucléaire, c'est faire exploser le nombre des chômeurs, accentuer la désindustrialisation et semer la pénurie d'électricité, voilà ce que cache les politiciens démagogues qui proposent la sortie du nucléaire et entretiennent les peurs.
Le PCF se propose lui de réaliser la maîtrise publique totale de la filière nucléaire, de renforcer la transparence et les contraintes de sécurité à tous les stades, de poursuivre les recherches tout en diversifiant les sources d’énergies renouvelables.
Le PCF propose de fédérer tous les acteurs de la filière énergétique, qu’ils relèvent de la recherche, de la production ou de la distribution de l’énergie, et en premier lieu EDF, GDF, du CEA et AREVA et ceci pour aller vers de nouvelles formes de nationalisations.
En toute indépendance, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) avec l’appui technique de l'Institut de Recherche en Sûreté Nucléaire (IRSN) resteront les outils indépendants de contrôle de la sûreté et de la radioprotection.
Enfin, le PCF souhaite un grand débat national pour informer réellement les français - traumatisés par les campagnes alarmistes des médias et des pseudo-écologistes- des enjeux et de l'irréalisme de la sortie du nucléaire.
Parmi les réactions aux accords politiciens PS-EELV, voici celle de la CGT-Mine-Energie :
Les partis politiques sont légitimes pour s’exprimer sur les questions énergétiques, tout comme les organisations syndicales. La FNME-CGT souhaite donner son point de vue.
L’accord conclu hier entre le PS et EELV est très bien résumé « Le secteur de l'énergie reviendra au sein du grand Ministère du Développement Durable ». Exit l’Industrie, le secteur sera sacrifié pour privilégier une production locale ( !?), les défauts (excusez l’euphémisme) de la libéralisation seront corrigés et l’entreprise EDF sera désintégrée en cassant la cohérence de l’intégration verticale, qui est le meilleur optimum technico économique, en séparant les réseaux de transport et de distribution des activités de production et de commercialisation.
Ajoutons à cela, l’arrêt du Nucléaire (ne nous voilons pas la face, c’est ce que signifie l’arrêt de tout nouveau projet rajouté à la fermeture de 24 réacteurs – dont l’arrêt immédiat de Fessenheim - plus la mise en cause du retraitement) qui fragilisera l’équilibre Production/Consommation et notre indépendance énergétique.
Le bilan économique, écologique, social, de ces décisions, si elles étaient mises en œuvre dans une échéance aussi courte, serait désastreux.

Lire la suite...

 

André Chassaigne (PCF): Sortir le nucléaire de la sphère marchande

Achassblog5.jpg
Le candidat préféré des militants communistes pour conduire le Front de Gauche à la Présidentielle ( si la direction du PCF leur demandait de choisir!), André Chassaigne, par ailleurs spécialiste des questions écologiques, traite ici de deux enjeux importants, celui de l'énergie et de la biodiversité en se référant aux biens communs de l'humanité.
Comment aborder, dans l’intérêt des hommes et pour l’avenir de la civilisation, la question de la production d’énergie ?
Je crois d’abord qu’il faut mesurer l’ampleur du défi énergétique qui se pose à nous : d’une part, nous allons vivre une raréfaction des ressources énergétiques fossiles, notamment du pétrole et du gaz, et de l’autre, nous devons réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique.
Sur cette base, la politique énergétique que nous voulons construire pour notre pays et dans le monde suppose un intense effort de réflexion… à l’opposé de gesticulations fondées sur l’émotion !
Cela implique aussi de développer la recherche publique et la maîtrise collective.

Lire la suite...

 

La CGT : Non à l'exploitation des gaz de schistes, dans les conditions actuelles

Gaslandaff.jpg

Communiqué de la Fédération nationale des industries chimiques (FNIC) et de la Fédération nationale des mines et de l’énergie (FNME) CGT :

LE CONSTAT :
La CGT considère que les besoins considérables en énergie s’affichent comme un horizon incontournable, et sur le long terme, pour tous les pays, quels que soient les efforts indispensables pour une plus grande sobriété et une meilleure efficacité industrielle des installations et des matériels et les économies d’énergie.
La réalité démographique et le comblement nécessaire des inégalités dans le niveau de vie font que les besoins en énergie se font de plus en plus pressants en France, comme en Europe et dans le monde, en même temps que la réduction des émissions de gaz à effets de serre est une obligation contre le réchauffement climatique.
La production des gaz et des huiles de schiste, dans l’état actuel des techniques, n’est acceptable nulle part.

Lire la suite...

 

Politique energétique

energfauj.jpg
Le Sénat a débattu le 4 mai d’une proposition de résolution sur la politique énergétique de la France, déposée par les sénateurs du groupe CRC-SPG.
Au regard de l’ampleur des enjeux humains, environnementaux et économiques liés aux questions énergétiques, les sénateurs ont considéré qu’il était grand temps que soit initié un véritable débat public sans tabou sur les questions énergétiques, et que les femmes et les hommes politiques assument et expliquent clairement à la population leur projet énergétique.
A cette occasion, ils ont rappelé la nécessité absolue de changer la politique énergétique actuelle conduite selon des logiques marchandes de rentabilité à court terme et de rémunération de l’actionnariat, logiques incompatibles avec les exigences sociales et environnementales que la France devrait porter.
Ils ont dénoncé les effets pervers de cette politique libérale, qui multiplie la sous-traitance et les délocalisations de production de pièces notamment dans le secteur nucléaire, sur les garanties de sécurité et d’indépendance énergétiques.
Votée par les sénateurs socialistes, verts et la gauche du groupe RDSE, cette proposition de résolution détaille un projet énergétique alternatif à travers la maîtrise publique du secteur énergétique, le renforcement de la participation des salariés et des citoyens, le renforcement des moyens alloués à la recherche fondamentale, une régulation des prix pour garantir le droit à l’énergie à tous, et un statut protecteur de l’ensemble des salariés du secteur.
Voici l'intervention de Jean-Claude Danglot (PCF) auteur de la proposition de résolution.
Il est grand temps d'avoir un débat public sur les questions énergétiques. L'accident majeur de Fukushima a révélé les inquiétudes fondées et légitimes de la société civile car l'énergie nucléaire a cristallisé les antagonismes.

Lire la suite...

 

Japon : le PCF demande l'audition de l'Autorité de Sûreté Nucléaire et de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

atomjap.jpg
Le Parti communiste français exprime toute sa solidarité au peuple japonais dans les terribles épreuves qu’il est train de traverser. Le tremblement de terre qui a secoué et continue de secouer le Japon a atteint une force inégalée.
Les conséquences humaines et environnementales de ce nouveau cataclysme naturel sont dramatiques, et restent ce dimanche encore insoupçonnées.

Lire la suite...

 

Cheminots : Des affiches pour sortir le fret du placard

FretCGTjpg.jpg
"Tous les jours, on tue le fret ferroviaire", c’est le message que transmet le comité central d'entreprise de la SNCF, associé au comité d'entreprise Fret de la SNCF.
Aux grands maux les grands remèdes, ces deux comités d'entreprise de la SNCF ont lancé depuis lundi une grande campagne d'affichage.
Des placards de 4x3 mètres ont fleuri sur 1900 panneaux un peu partout à travers le pays, notamment Porte Clichy.
L'objectif: sensibiliser les Français à la casse progressive du transport de marchandise par rail.
Les patrons des grands groupes préfèrent le tout-camion, basé sur la mise en concurrence des salariès en Europe et l'exploitation des chauffeurs routiers sous payés venus des pays de l'Est et de Turquie, au mépris des droits sociaux, de l'emploi, de l'environnement et de la sécurité routière.
En accompagnement de la campagne d'affichage, forcement limitée dans le temps, le CCE-SNCF et de CE Fret ont lancé un site internet dédié, www.sauvonslefret.fr, pour faire connaître leurs propositions alternatives.
Ce site présente notamment le compte-rendu du colloque organisé le 15 juin 2010 par le CE Fret et le CCE.

Lire la suite...

 

Cuba : Fidèle ... aux principes du développement durable !

cubasienfant.jpg
Au forum du Front de Gauche consacré aux enjeux écologiques, Maxime Vivas a prononcé une intervention consacrée à la récente étude de WWF, l'OGN au célèbre panda, montrant que si l'on prend en compte les indices de développement durable, Cuba est sur la plus haute marche du podium.
Voici des extraits de cette intervention.
Si l’Europe a renoncé d’emblée à devenir un pôle capable de rompre l’unipolarité du monde, si elle se contente de se poser en clone des USA, d’où peut venir un contrepoids ?
Probablement d’Amérique latine où des pays ont une même histoire, la colonisation européenne, les invasions états-uniennes, les dictatures militaires, les dictatures civiles, les droites et les gauches qui se ressemblent et qui se passent le relais.

Lire la suite...

 

A. Chassaigne : la grande misère de l'écologie libérale

Andre-Chassaigne.jpg
Les ministres en charge de l’Ecologie peuvent bien changer, les budgets qui lui sont consacrés, eux, restent.
Ainsi l’examen des propositions budgétaires du ministère de l’Ecologie pour 2011 est limpide : tous les programmes de la mission connaissent des baisses de crédits substantielles.
Avec 611 millions d’euros de moins pour 2011 par rapport à 2010 ce gouvernement fait plus qu’enterrer, comme je l’entends dire dans la presse, les promesses du Grenelle.
Il affiche son renoncement à porter une politique environnementale pour l’avenir. Il capitule sans combattre face aux exigences des marchés, c’est à dire face aux actionnaires, aux puissants, à la poignée de riches qui sont à l’origine des désastres environnementaux planétaires.

Lire la suite...

 

Le droit à l'eau

vereauHV200.jpg

Le poids de la facture de l’eau pour les ménages les plus précaires devient insupportable.
Les menaces de coupures se multiplient. Dans les tous prochains jours le parlement sera saisi d’un projet de loi qui intègre la création d’une «Allocation de Solidarité pour l'eau».
Cette initiative gouvernementale reprend pour l'essentiel la proposition de loi «Visant à mettre en œuvre le droit à l'eau», formulée et présentée par les parlementaires communistes en novembre 2009, répondant ainsi, au manifeste de grandes associations nationales.
C’est assez exceptionnel pour être relevé même si nos parlementaires devront se battre pour que ce nouveau droit soit le plus conforme possible à leur proposition.

Lire la suite...

 

MARÉE NOIRE DANS LE GOLFE DU MEXIQUE: BP s'assoit sur la sécurité et l'environnement

capvertV300.jpg
Le 1er mai dernier, un communiqué national du PCF exprimait les vives inquiétudes des communistes face au nouveau drame de la marée noire qui se jouait en Louisiane depuis le 20 avril.
Nos craintes étaient fondées. Nous condamnions la désinvolture avec laquelle les dirigeants de BP traitaient les conséquences de leur politique industrielle.
Il aura fallu plus de cinq mois pour colmater définitivement le puits (communiqué officiel le 18 septembre). Toutefois, personne n’est réellement en capacité de mesurer les séquelles écologiques et environnementales de l’accident de la plate-forme Deepwater Horizon.
Cette catastrophe, pourtant loin de nos terres, ne peut nous laisser indifférents car elle est au cœur de la conception capitaliste du rapport homme/nature.
Hervé Bramy, responsable de la commission écologie du PCF, tire les leçons de cette tragédie

Lire la suite...

 

(1) Biodiversité : Les peuples doivent s'en mêler !

guayasamin_manos_ternura.jpg
O. Guayasamin: Les mains de l'espoir
2010 a été consacrée année de la biodiversité.
Une conférence de l’ONU sur la diversité biologique a commencé ses travaux (...) à Nagoya, au Japon (193 états).
Il existe plus de 12 millions d’espèces vivantes, mais la vitesse d’extinction due à des activités humaines destructrices est d’environ 1000 fois supérieure à celle qui a marqué les « temps » géologiques.
Dans l’état actuel de la mondialisation, le système capitaliste provoque des dégâts considérables : déforestation massive, monoculture agricole, pollutions, menaces sur le climat… Ce fonctionnement ne cesse de provoquer une perte de biodiversité. La pellicule vivante de notre terre commune est fragile mais le « capital », qui détruit, veut s’enrichir encore à partir des méfaits de sa propre activité.
Les multinationales veulent mettre la main sur les écosystèmes, les espèces et les espaces, les gènes, le bois et les captages d’eaux.
Les penseurs « libéraux » évaluent la valeur monétaire de cette biodiversité pour que le marché et « la concurrence libre et non faussée » nous sauvent. C’est une immense tromperie.
Les peuples doivent s’en mêler !
Le PCF réaffirme la nécessité absolue de revaloriser en France les sciences naturelles en donnant aux chercheurs les moyens humains et matériels indispensables pour faire leur travail en toute indépendance et ainsi contribuer à préserver la biodiversité.
L’urgence d’un autre mode de développement est à l’ordre du jour pour préserver les biens communs de l’humanité.
L’émergence résolue et tenace de mesures alternatives pour la sauvegarde de la biodiversité doit devenir le bien de tous. C’est ce à quoi nous nous travaillons avec la construction d’un pacte d’union populaire.
Parti communiste français

 

(2) Nagoya : le bal des financiers, par Agnès Bertrand et Françoise Degert

guaya2.jpg
O. Guayasamin : Les mains de la protestation
Il est difficile de qualifier le degré de cynisme qui entoure la conférence de la Convention sur la diversité biologique (CBD) qui a lieu à Nagoya (Japon) du 18 au 29 octobre.
L'avalanche de déclarations, rapports, événements et autres publi-reportages qui a jalonné cette Année internationale de la biodiversité augure-t-elle vraiment d'un nouveau cap pour les écosystèmes et les millions d'espèces qui les constituent ?
Tous les grands équilibres de la planète sont menacés – stabilité du climat, capacité des océans à absorber le gaz carbonique, des sols à se régénérer, etc.
On serait en droit d'attendre un sursaut des décideurs politiques et des organismes internationaux. Or il n'en est rien. Ou plutôt si, mais c'est un saut périlleux, qui prépare le transfert de la gestion de la biosphère à la sphère financière.

Lire la suite...

 

ITER : Une aubaine pour la recherche dans les énergies nouvelles

Itersol.jpg
Le monde doit changer de base...énergétique.
Réchauffement climatique et épuisement des réserves pétrolières obligent.
En même temps, le droit à l'énergie, à son accès pour tous à bas coût est vital pour répondre aux besoins sociaux, combler les inégalités et assurer le développement humain.
Les obscurantistes verts et autres pseudo-écologistes diabolisent le nucléaire et cultivent les peurs : c'est là leur fond de commerce électoral.
Même positionnement anti nucléaire primaire au NPA de Besançenot et au Parti de Gauche de Mélenchon.
Faisant fi des réalités, les écolos en arrivent à nier les besoins énergétiques, car ils savent bien que sous nos climat, ni l'éolien et le solaire, poussés par les lobbies du capitalisme vert, ni la souhaitable amélioration de l'efficacité énergétique seraient suffisants pour remplacer le nucléaire et répondre aux besoins croissants .. Nier la croissance des besoins en énergie, c'est prôner sans le dire la décroissance et donc faire exploser encore plus le chômage, diminuer la création de richesses indispensables au financement de la protection sociale ( santé, retraite, sécurité sociale, services publics...).
Pour construire des dizaines de milliers de logements sociaux, relancer le fret ferroviaire, les transports en commun, il y a besoin de davantage d'électricité.
La France est au limite de l'autosuffisance et de la pénurie l'hiver lors des pointes de la demande en electricité. Il faut voir loin. L'occasion en est donnée avec le projet de coopération Iter que soutiennent les communistes. Jean-Marc Coppola, vice-président de la Région PACA, et Luc Foulquier, ingénieur chercheur en écologie reviennent sur l'intérêt du projet ITER...

Lire la suite...

- page 1 de 3

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs