Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Crise européenne : signez la pétition de l'Humanité

Crise400.jpg
L’avenir de l’Europe doit devenir l’affaire des peuples européens et non des spéculateurs. L’Union européenne est aujourd’hui minée par les attaques des marchés financiers, de connivence avec le FMI et les institutions européennes.
Après la Grèce, l’Irlande se voit prescrire une cure de super d’austérité, qui va aggraver la pauvreté et augmenter le chômage.
Le Portugal, l’Espagne, puis l’Italie et la France sont menacés. Nul n’est à l’abri de cette thérapie de choc qui, faute d’être stoppée, ruine l’idée européenne elle-même.
Ce n’est pas aux salariés de payer les conséquences d’une crise provoquée par une politique ultralibérale qui a été présentée longtemps comme le seul modèle à appliquer dans toute l’Union européenne. La solidarité entre les peuples européens à la merci des agences de notation doit s’exprimer avec force.
Dans l’immédiat,

  • Il est indispensable de créer un fonds de développement humain social et environnemental financé par la Banque centrale européenne qui impulsera la création d’emplois, le développement des services publics, la réduction des inégalités de développement au sein de l’UE, l’éducation l’innovation environnementale. La Banque centrale européenne doit pouvoir aider les Etats en difficulté en leur permettant d’emprunter par création monétaire et par des refinancements à des taux quasi nuls pour lancer des projets utiles et créateurs d’emplois.
  • Une taxation des mouvements de capitaux, réclamée régulièrement par le Parlement européen, permettrait de doubler le budget de l’Union européenne et commencerait à limiter la spéculation qui étouffe l’Europe.

L’Union européenne ne sortira de la crise que si elle s’affranchit de la pression des marchés financiers et si elle s’attèle à la construction d’une Europe sociale, solidaire et démocratique telle que le réclame la Confédération européenne des syndicats.

Signer l'Appel

 

L'avenir de l'Europe est l'affaire des peuples européens

SarkoDSKH400.jpg
Dialogue clichois publie L'Appel de l'Humanité, pour une autre construction européenne s'émancipant de la domination des marchés financiers. Il s'agit d'une pétition que vous pouvez signer en ligne : signez l'Appel.
L’avenir de l’Europe doit devenir l’affaire des peuples européens et non des spéculateurs.
L’Union européenne est aujourd’hui minée par les attaques des marchés financiers, de connivence avec le FMI et les institutions européennes. Après la Grèce, l’Irlande se voit prescrire une cure de super d’austérité, qui va aggraver la pauvreté et augmenter le chômage.
Le Portugal, l’Espagne, puis l’Italie et la France sont menacés. Nul n’est à l’abri de cette thérapie de choc qui, faute d’être stoppée, ruine l’idée européenne elle-même.
Ce n’est pas aux salariés de payer les conséquences d’une crise provoquée par une politique ultralibérale qui a été présentée longtemps comme le seul modèle à appliquer dans toute l’Union européenne. La solidarité entre les peuples européens à la merci des agences de notation doit s’exprimer avec force. Dans l’immédiat,
- Il est indispensable de créer un fonds de développement humain social et environnemental financé par la Banque centrale européenne qui impulsera la création d’emplois, le développement des services publics, la réduction des inégalités de développement au sein de l’UE, l’éducation l’innovation environnementale.
La Banque centrale européenne doit pouvoir aider les Etats en difficulté en leur permettant d’emprunter par création monétaire et par des refinancements à des taux quasi nuls pour lancer des projets utiles et créateurs d’emplois.
- Une taxation des mouvements de capitaux, réclamée régulièrement par le Parlement européen, permettrait de doubler le budget de l’Union européenne et commencerait à limiter la spéculation qui étouffe l’Europe.
L’Union européenne ne sortira de la crise que si elle s’affranchit de la pression des marchés financiers et si elle s’attèle à la construction d’une Europe sociale, solidaire et démocratique telle que le réclame la Confédération européenne des syndicats.

 

Elections en Grèce : Le KKE cartonne

EleKKE350.jpg
Le premier tour d’importantes élections locales avait lieu en Grèce dimanche 7 novembre 2010.
Avec 11%, le KKE est le seul parti qui a connu une augmentation en pourcentage de voix (+ 3,3%) et en votes réels (+ 75 000 voix), malgré l’abstention, par rapport aux législatives de l’an dernier.
Les résultats représentent un véritable vote de défiance pour les deux grandes formations, le Parti socialiste (PASOK) et la droite libérale (Nouvelle démocratie - ND). Elles obtiennent respectivement 34% et 31%, en recul de 10% et encore de 2% sur les législatives de l’an dernier.
Ces résultats sont très encourageants pour le Parti communiste grec (KKE), fer de lance de la résistance à la casse des acquis sociaux exigée par le couple G. Papandréou (PS grec) et D. Strauss-Kahn (FMI).

Lire la suite...

 

Européens sous tutelle : Vingt-sept états à souveraineté limitée

Eurolandgaros300.jpg
Le Conseil européen a décidé (...) de renforcer le pacte de stabilité : les budgets devront être visés par Bruxelles avant de passer devant les Parlements nationaux.
Le traité de Lisbonne sera modifié pour pérenniser le Fonds de stabilisation.
Un nouveau serrage de vis contre les Européens. Voilà ce qui ressort du Conseil européen qui s’est tenu jeudi et vendredi à Bruxelles.
Les chefs d’État et de gouvernement se sont alignés sur la proposition formulée le 18?octobre à Deauville par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy?: un changement minime des traités.

Lire la suite...

 

Purge sociale européenne...

p03babouse.gif
Combien de fois les promoteurs du traité de Lisbonne n’ont-ils pas expliqué, avec morgue et suffisance, que leur texte était si sacré qu’il était intouchable ? Intouchable !
Évidemment, s’il s’agissait d’y inclure le moindre progrès social ou démocratique.
Or, voilà que subitement le Conseil des chefs d’Etat et de gouvernement, engage une procédure pour modifier ce traité, de telle sorte qu’il devienne encore plus un instrument d’application de sacrifices décuplés pour les peuples.
Il décide de pérenniser le fonds dit « de stabilité financière » et, décision gravissime, de le placer sous la tutelle du FMI. Ce fonds ne servait jusqu’ici qu’à mettre de l’argent public sur la table -440 milliards d’euros pour l’instant- pour permettre aux Etats, pillés par les réductions d’impôt sur le capital et les taux d’intérêt bancaires usuraires, de rembourser les banques qui les pratiquent, tout en continuant d’abaisser les impôts des plus fortunés et d’appliquer de véritables purges sociales à tous les autres.

Lire la suite...

 

Le mensonge de l'Europe protectrice, par P. Le Hyaric

brown-merkel-sarkozy400.jpg
Parmi les arguties utilisées contre le puissant mouvement social refusant l’abrogation du droit à la retraite à 60 ans, de grands médias tentent de culpabiliser nos concitoyens en multipliant les reportages venus de l’étranger, accréditant l’idée que les autres peuples ne comprendraient pas les français.
Belle manipulation consistant à désigner les français comme d’irréductibles râleurs. Et que dire des images télévisées à l’étranger où on fait croire que la France c’est la guerre civile permanente. Le peuple ne se laissera ni berner, ni culpabiliser. Et il ne laissera détruire ni le droit de grève, ni l’existence des organisations syndicales qui prouvent leur grande utilité.
En vérité, les tenants de l’ordre actuel combinant super austérité et autoritarisme souhaitent partout la résignation. Ils ont peur que partout dans le monde, des Etats-Unis à l’Europe, des mouvements se développent contre des politiques qui font payer leur crise aux peuples tandis que la suraccumulation du capital dans quelques mains repart de plus belle.

Lire la suite...

 

Mettre la Banque Centrale Européenne au service de l'Emploi et des services publics

marianne_europe350.jpgA l'occasion d'un débat bidon sur "les dispositions sociales" (!) du traité de Lisbonne, P. Le Hyaric, député communiste européen, a profité de l’occasion pour proposer le remplacement du pacte d’austérité et du fonds de stabilité financière par un nouveau fonds européen pour le développement humain, social et écologique.
Voici son intervention qui dissipe l'écran de fumée de cette pseudo "Europe sociale", en réalité au service du capital, au service des marchés financiers.

Lire la suite...

 

La Commission Européenne est à la botte des marchés financiers

PLHuma.jpg
Sur le terrain, comme à Bruxelles : P. Le Hyaric, député communiste européen et directeur de l'Huma

Pour la commission européenne, répondre à la crise c'est satisfaire les marchés financiers et écraser les solidarités.
C'est ce qu'explique le député communiste européen, Patrick Le Hyaric :
"Alors que cette année 2010 a été décrétée « année de lutte contre la pauvreté en Europe », et que le chômage ne cesse d’augmenter, la Commission européenne prépare pour cette fin de semaine un conseil économique et financier des plus antisociaux qui va accentuer la désindustrialisation, le chômage et la pauvreté.
Au moment du déclenchement de la crise, de nombreuses institutions ont salué le rôle des politiques de solidarité dans les pays européens comme « amortisseurs de la crise », pourtant la commission pousse à la destruction de ces solidarités.

Lire la suite...

 

Le PS portugais au pouvoir : baisse des salaires et hausse des impôts injustes.

arton1463.jpgLe PS portugais au pouvoir n'y va pas avec le dos de la cuillère et met en œuvre une politique réactionnaire à faire pâlir Sarkozy de jalousie..
Le premier ministre portugais, le socialiste José Socrates a annoncé le 29 septembre les grandes lignes de son budget pour 2011, qui prévoit notamment une baisse de 5% des salaires supérieurs à 1.500 euros dans la fonction publique ainsi qu'une hausse de deux points de la TVA à 23% et le gel des investissements publics.
Faute de s’attaquer au capital, les socialistes en Europe poursuivent leur fuite en avant dans la mise en œuvre du libéralisme et servent docilement les marchés financiers.

Lire la suite...

 

C'est Merkel qui décide !

AngemerkcduH280.jpg
"Pour la monnaie unique, la patronne c’est moi" , voilà ce que la chancelière A. Merkel vient de faire comprendre à Sarkozy et aux autres gouvernants européens.
Nicolas Sarkozy s’est incliné à Berlin devant toutes les revendications de la chancelière sur l’austérité comme système de gouvernance de l’euro en crise.
Les pays « laxistes » seront privés de droit de vote au Conseil européen...et les sanctions vont pleuvoir
Tous au pas de l'oie?
Le monde actuel ? un capitalisme financier mondialisé en crise profonde, dominé par les USA fort de leur dollar, monnaie d'échange, et une zone euro dominée par l'Allemagne.
Mais c'est aussi un système capitaliste enfermé dans ses contradictions fortement contesté par les peuples. Voici un article de Bruno Odent sur le super pacte de stabilité à la sauce Merkel et ses conséquences : report de l'age de la retraite, bas salaires, chômage et casse des services publics...

Lire la suite...

 

Budget de la France : c'est l'UE qui décidera à la place du peuple français!

merkelsarkH380.jpg
Le président français a rejoint les positions de la chancelière allemande Angela Merkel sur la "gouvernance économique" de l’UE, lors d’une rencontre à Berlin.
C'est de plus en plus clair : en Europe la patronne, c'est Merkel.
L'Allemagne impose ses vues et Sarkozy suit docilement. Désormais avant d'adopter son budget, la France devra le soumettre à l'Union Européenne, dominée par l'Allemagne.
Tant pis pour l'indépendance nationale.
A la veille de l'Appel du 18 juin, le général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe. Les choix budgétaires nationaux passeraient par dessus les Parlements, pour être délégués à la Commission européenne.

Il s'agit partout en Europe d'empêcher les gouvernements de mettre en chantier des politiques répondant à d'autres intérêt que ceux des multinationales, des banques, des marchés financiers.
Attention, peuple de France: on te passe le corset!

Lire la suite...

 

Une camisole pour imposer l'austérité aux peuples, par P. Ivorra

camisoleUE.jpg
En réclamant un droit de veto sur les budgets des pays membres, la Commission de Bruxelles met en cause la souveraineté des peuples et entend franchir un nouveau pas vers une politique autoritaire et ruineuse de superaustérité réclamée par Angela Merkel et soutenue par Nicolas Sarkozy.

Hier, dans plusieurs pays européens, des « fuites » ont été organisées dans la presse confirmant le durcissement des plans d’austérité des gouvernements.
Plusieurs quotidiens italiens ont révélé qu’un gel d’un an des salaires des fonctionnaires serait à l’étude. La presse espagnole a de son côté commenté les mesures d’austérité annoncées mercredi par le gouvernement : baisse des salaires pour les fonctionnaires, gel de la revalorisation de certaines retraites, suppression de projets d’investissement…
Au Portugal, les journaux ont annoncé le matin des mesures que le gouvernement a présentées l’après-midi et qui s’illustrent par une hausse généralisée des impôts.
Cette volonté de durcir les politiques publiques est aussi au cœur de la demande, mercredi, de la Commission de Bruxelles de pouvoir exercer un contrôle préalable des budgets des États.

Lire la suite...

 

Transformer l’euro de monnaie unique en monnaie commune

FMIslip.jpg
En pleine tourmente, des esprits bien intentionnés peuvent être conduits à considérer que mieux vaudrait que l’euro s’effondre et que chaque État récupère son indépendance monétaire.
Angela Merkel veut chasser les mauvais élèves, alors pourquoi la majorité de la classe ne sortirait-elle pas?de la salle pour aller jouer dans la cour? ?
?En vérité, on mesure mal le désastre auquel cela nous conduirait.
La constitution d’une monnaie unique en Europe a correspondu pour partie?à un besoin de coopération.
?Et dans ce monde de brutes, pour exister,? il faut coopérer.

Lire la suite...

 

Un plan au secours de l'Europe ou des marchés ?

BandchaillotH400.jpg
Champagne! Les spéculateurs, les boursicoteurs et les marchés financiers exultent : la Bourse est en hausse de + 9,6% ! Du rarement vu.
Les perspectives de profits juteux sur le dos des peuples font de nouveau rêver.
On se frotte les mains autour de la corbeille de la Bourse. D. Strauss-Kahn et Ch. Lagarde, N. Sarkozy et A. Merkel, M. Aubry et F. Fillon, Papandréou et Zapatero, droite et socialistes dans un même élan, sont en train de leur sauver la mise et de les remettre en selle.
Pas sûr que l'électorat populaire des uns et des autres, les syndicalistes, les militants du service public apprécieront...
En écho à leurs camarades grecs du KKE qui lançaient un appel aux peuples d'Europe du haut de l'Acropole, le PCF a, à son tour, déployé une banderole au Palais de Chaillot.(voir photo)
Décidément, il est temps que syndicalistes et peuples d'Europe, en unissant leurs luttes contre les marchés financiers, contre la domination du dollar, contre le capitalisme financier mondialisé, décident de construire ensemble une autre Europe, au service des peuples.

Dialogue Clichois livre à la réflexion de chacun l'analyse de P. Ivorra, journaliste économique à l'Humanité.

Lire la suite...

 

Euro : le plan qui vise à sauver les preneurs d'otages

bancothon250.jpg
750 milliards d'euro : 500 via l'UE et 250 via le FMI, le tout conditionné partout à des plans de rigueur qui vont ruiner le pouvoir d'achat, l'emploi et la croissance. Les Gouvernement libéraux et socialistes, sous la férule d'A. Merkel, n'y vont pas avec le dos de la cuiller pour assurer que créanciers et spéculateurs retrouveront leur fric et les bénéfices escomptés.
Tous ces milliards seront empruntés par l'UE....sur les marchés financiers!
Il faudra les rembourser, cela va donc accroître les dettes publiques. Quant aux plans de rigueur, ils pèseront sur la consommation et plomberont la croissance. Bonjour, le cercle vicieux !
Peuples d'Europe, à vos poches pour venir engraisser ces messieurs.
Pourtant tout appelle à découpler les Etats de ces même marchés financiers fauteurs de crise.
Dialogue Clichois propose cette analyse de Bruno Odent...

Lire la suite...

 

En France, en Grèce et en Europe, le PS à la botte des marchés financiers

PStroll400.jpg Le Ps et ses dirigeants viennent de voter un plan qui matraque le peuple grec et pulvérise les acquis sociaux.
En France, M.Aubry tient un langage de gauche mais propose des mesures marquées du sceau du libéralisme, branchées sur les dogmes patronaux de la nécessité de réduire les couts du travail et sur l'évangile libéral de la construction européenne.
Au lieu de mettre le cap sur des mesures de gauche et sur l'union, le PS cherche à tromper ses électeurs, les syndicalistes, la gauche et les milieux populaires pour mieux flouer les uns et les autres, une fois élu.
Manuel Valls, dirigeant socialiste approuve la rigueur.
Dominique Strauss Khan, patron du FMI autre dirigeant éminent du PS et homme de confiance des Banques, des spéculateurs et des milieux patronaux matraque le peuple grec. Son ambition ? aux Présidentielles faire mieux que Sarkozy pour imposer la rigueur, la super austérité et dégager les obstacles pour les marchés financiers.
En France (idem en Allemagne), les députés et sénateurs socialistes et les Verts ont voté avec les forces de droite pour poignarder dans le dos le peuple grec en votant avec l'UMP et Sarkozy le plan d'aide aux banquiers.

Au delà des discours hypocrites: seuls les actes comptent.
Les barricades n'ont dit-on que deux côtés : les dirigeants et députés PS se sont clairement rangés du côté des marchés financiers, des banques, des spéculateurs.
En Grèce, le Pasok, le PS grec a peur du peuple et des députés et piétine la démocratie en réussissant un coup de force inouï : le parlement grec est foulé au pied et n'aura plus son mot à dire : les décisions seront prises désormais par décret! Tant pis pour la légalité et la constitution dont les forces sociales libérales n'ont que faire quand il s'agit de servir la soupe aux puissances d'argents, aux marchés financiers.
Une sorte de coup d'Etat à froid...
Quel mépris pour la démocratie, de la part du patron de l'Internationale socialiste !
Chapeau aux trois courageux députés du Pasok qui, comme leur camarade du KKE (parti communiste Grec) ont voté contre ce plan suicidaire : ils ont aussitôt été exclus de leur parti...
Les communistes tendent la main aux électeurs et militants socialistes déroutés par la dérive droitière des PS en Europe et proposent des Fronts de luttes pour aider le peuple Grec, améliorer le système de retraite, faire reculer le chômage avec une autre utilisation de l'argent, réorienter du tout au tout la construction européenne, ou sauver et moderniser l'Hôpital Beaujon. Le rassemblement à gauche est nécessaire en France, mais aussi au niveau européen, pour construire une toute autre Europe, pour museler les marchés financiers et contraindre la BCE à financer l'emploi, les services publics, les besoins sociaux.

Lire la suite...

 

Solidarité avec le peuple grec : aidez les grecs, c'est nous aider nous mêmes!

akropoliH400.jpg
Grève générale et manifestations, la journée de mercredi s’annonce comme un grand moment de résistance du peuple grec au superplan d’austérité que veulent lui infliger l’UE et le FMI.
Le peuple grec, menacé par le plan d’austérité de l’UE et du FMI, résiste. Les manifestations et la grève générale d’aujourd’hui (la cinquième en l’espace de quelques semaines) devraient donner la mesure de sa colère et de sa volonté de ne pas se laisser empoisonner sans réagir.

Lire la suite...

 

Pas d'Union sacrée pour couler la Grèce : les Députés communistes voteront contre le plan

arsenicV.jpg
Le soit-disant plan d'aide à la Grèce est une potion mortelle pour les acquis sociaux : il revient à administrer de l'arsenic à un malade.
A l'assemblée, c'est hélas, l'Union sacrée UMP-PS pour voler au secours des marchés financiers et des responsables de la crise grecque.
Les communistes eux se refusent à poignarder dans le dos le peuple grec.
Ils avancent d'autres solutions : la restructuration de la dette grecque et l'attribution de prêt au taux à 1% conditionnée à des mesures sociales.
Les Banques n'ont pas à se faire des profits odieux sur le compte du peuple grec. Refuser de servir la soupe aux marchés financiers, c'est cela la solidarité, c'est cela être de gauche.

communiqué des députés communistes et républicain
"Les Députés communistes et républicains voteront contre le plan soumis par le gouvernement aujourd’hui à l’Assemblée nationale et abusivement qualifié de « plan d’aide » à la Grèce.
Il s’agit, en effet, d’un dispositif dont l’unique objectif est de renflouer les marchés financiers et les banques qui ont enfoncé la Grèce dans la crise en spéculant sur la dette publique de ce pays.

Lire la suite...

 

Grèce: un traitement à l'arsenic

EnsorsquelH350.jpg Squelettes se disputant un hareng saur, toile de J. Ensor

L’accord conclu entre les équipes des docteurs Strauss-Kahn et Barroso avec Athènes s’apparente à un crime prémédité contre le peuple grec. La croissance déjà revue à – 4 %.
Georges Papandréou, le premier ministre grec, a annoncé, hier, qu’Athènes allait se conformer au nouveau superplan d’austérité concocté par les experts de l’UE et du FMI.

Lire la suite...

 

Mikis Theodorakis: « Prémonition de grands malheurs pour la Grèce »

Mikis250.jpg
Le célèbre compositeur et musicien grec Mikis Théodorakis s'exprime sur la crise qui s'abat sur son pays.
Avec le sens commun dont je dispose, je ne peux pas expliquer et encore moins justifier la vitesse à laquelle notre pays a dégringolé à partir de 2009, au point d’en arriver au FMI, perdant ainsi sa souveraineté nationale et passant à un régime de tutelle.
Et il est curieux que personne jusqu’à présent ne s’est occupé du plus simple, à savoir de notre parcours économique chiffré à partir de données, degré par degré, de manière à ce que nous ignorants comprenions les motifs réels de ce développement vertigineux et sans précédent, qui a abouti à la perte de notre identité nationale accompagné de l’humiliation internationale.
J’entends parler d’une dette de 360 milliards, alors qu’en même temps je vois les mêmes dettes, voire de plus grandes, dans de nombreux autres pays.
Donc, celle-là ne peut pas être la cause de notre malheur. De plus, un élément s’ajoute à mon trouble, celui de l’exagération des coups internationaux, portés sur un pays à l’économie insignifiante, ce qui finit par être suspect.

Lire la suite...

- page 2 de 3 -

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs