Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Luttes et Présidentielles

Fil des billets - Fil des commentaires

Maintenant, un Front de gauche fort dans une majorité de gauche au Parlement

aholetayr.jpg
Le gouvernement Ayrault regroupe toutes les sensibilités du PS : l'aile gauche du PS ( Hamon, Montebourg....) voisine avec l'aide droite blairiste ( Valls...) gagnée au libéralisme, c'est significatif des contradictions et de l’ambiguïté du PS et de F. Hollande. Comment prétendre répondre à l'urgence sociale sans rompre franchement avec les recettes libérales ? Sans remettre en cause la logique et les traités européens qu'Hollande , Ayrault, Moscovici et la plupart des ministres ont soutenus au referendum et ratifiés au Parlement? En vérité, pour réussir la gauche a besoin de l'apport novateur du PCF et du Front de gauche et des mesures contenues dans le programme l'Humain d'abord.
Voici l'opinion de P. Le Hyaric, député européen et directeur de l'Humanité.
Cette semaine s’est définitivement tournée la sombre page du sarkozysme, avec l’installation de F. Hollande à l’Élysée et la mise en place de son premier gouvernement. De premières mesures sont annoncées.
Certaines sont emblématiques et marquent la volonté du nouveau pouvoir de ne plus faire de «l’argent» la marque de la puissance. C’est le cas de la diminution de la rémunération du Président de la République et des ministres comme celle des dirigeants des entreprises publiques.
Une orientation à soutenir et à renforcer, notamment pour ces patrons des banques et des grandes firmes privées qui gagnent jusqu’à l’équivalent de quatre cent fois plus que le salaire moyen dans l’entreprise.
Évidemment ces actes positifs ne règlent pas la question principale et fondamentale à laquelle sont confrontées notre société et la collectivité citoyenne en son entier : celle du nécessaire engagement de la gauche pour un nouveau partage des richesses.
L’augmentation substantielle de la prime de rentrée scolaire comme celle des effectifs dans l’éducation nationale ou pour la sécurité sont une bonne chose.
Mais le débat qui perdure entre les organisations syndicales, le Front de Gauche et le nouveau gouvernement socialiste est de savoir si cela peut se faire uniquement par simple redéploiement des crédits publics ou par des réformes structurelles, telles qu’une nouvelle fiscalité plus favorable au travail et dissuasive pour la spéculation financière ; un nouveau crédit public, contribuant lui aussi à l’activité et à l’emploi, impliquant une profonde réforme bancaire, jusqu’à la création de pôles publics financiers et bancaires.
Le blocage temporaire des prix de l’énergie et une taxe flottante sur les carburants peuvent également améliorer le pouvoir d’achat. Mais cela aura une portée limitée s’il n’est pas décidé d’augmenter substantiellement les salaires minimums, les retraites et les prestations sociales en promouvant une nouvelle répartition des richesses, tout en impulsant une nouvelle manière de les produire.
Tout le contraire de l’austérité, qui, non seulement fait mal au plus grand nombre, mais qui anémie l’activité comme en témoignent nos voisins européens.
Si l’on veut promouvoir la justice, il faut effectuer des ruptures. Inventer une nouvelle voie devient une nécessité pour qu’une cohérence nouvelle permette d’associer efficacité économique et sociale au service du développement humain et écologique.
La question est au cœur des élections législatives. Elles devront bien sûr donner une majorité à l’Assemblée Nationale aux forces qui ont permis la victoire de François Hollande.

Lire la suite...

 

Maintenant le vote Front de gauche pour rendre le changement possible

aben.jpg
Battre Nicolas Sarkozy ! Nous avons réussi, en mettant ainsi fin à son quinquennat dont le bilan est lourd en matière de précarité et de chômage, de casse des services publics, de banalisation de l’extrême droite.
Nous y sommes parvenus avec l’élection de François Hollande, victoire à laquelle le Front de Gauche -et en son sein, le parti communiste -a apporté une contribution essentielle par la mobilisation des 4 millions d’électeurs ayant voté Jean-Luc Mélenchon au premier tour.
Élire des députés Front de Gauche, c’est se donner l'assurance d'avoir à l'Assemblée des députés qui proposeront d'abroger les lois néfastes de Sarkozy et sa soumission aux MEDEF et aux marchés financiers: TVA sociale, recul de l'age du départ en retraite, cadeaux fiscaux aux privilégiés et aux patrons, inféodalisation à Merkel et à l'Europe du capital.
Voter Front de gauche aux législatives, et donc voter pour F. Delalleau à Clichy, c'est se garantir une majorité qui vote des lois pour changer la vie au quotidien :

Lire la suite...

 

"En avant, pour la réussite du changement à gauche", par Patrick Le Hyaric

Aholbar.jpg
Avec toutes les électrices et électeurs de gauche, progressistes et de l’écologie politique, nous nous réjouissons qu’une majorité nette de nos concitoyens vienne d'élire François Hollande et de mettre fin au sarkozysme.
La page est enfin tournée d'un quinquennat de la régression sociale et démocratique qui a fait tant souffrir notre peuple, tant défiguré et affaibli notre pays, tant stigmatisé, tant divisé, tant opposé les uns aux autres en piétinant les plus belles valeurs de notre République.
(...)Nous sommes soulagés, heureux et nous félicitons chaleureusement François Hollande pour son élection. Une victoire à laquelle nous avons activement participé.
Avec lui tout peut commencer.
Nous souhaitons ardemment, dans l’intérêt de nos concitoyens, que la gauche réussisse, qu’elle s’attaque à la crise, qu’elle améliore la vie quotidienne de chacune et chacun.
e défi est immense car les puissances d’argent, les institutions européennes, la droite, l’extrême-droite et le grand patronat vont se mobiliser pour dresser des obstacles sur la route des changements que vous espérez depuis si longtemps.

Lire la suite...

 

Sarkozy viré: Maintenant des députés Front de Gauche pour réussir le changement !

Abastocholland.jpg
Le Président des riches et du MEDEF est battu et fait ses valises. La joie dans les milieux populaire est immense ! Les français veulent le changement et en ont assez de l'austérité et de cette construction de l'Europe allant au devant des désirs des marchés financiers : ils ont par leur vote débarrasser la France de Sarkozy.
F. Hollande avec 51,6% des voix a été élu de justesse.
Nul doute que si Hollande s'était engagé en faveur d'une hausse importante du SMIC ou pour le retour de la retraite à 60 ans, sa victoire aurait été plus nette.
A Clichy, les clichois ont montré leur volonté profonde de changement : F. Hollande a obtenu dans notre ville 66, 96 % des suffrages.
Une évidence : la victoire de Hollande n'aurait pas été possible sans l'apport des 4 millions de voix qui se sont portés sur le candidat présenté par le Front de gauche.
Cette victoire est aussi la nôtre et nous partageons la joie du peuple de gauche dont nous sommes, communistes, une composante très importante.
Le score plus serré qu'annoncé montre que la droite reste puissante et que les électeurs du Front National ont massivement reporté leur voix sur Sarkozy.
L'extrême droite et l'UMP restent en embuscade et comptent tirer les marrons d'un éventuel échec de la gauche. Celle ci doit donc impérativement se donner les moyens de ne pas décevoir les couches populaires.
La victoire de F. Hollande ouvre la possibilité d'une alternative en France et en Europe : cela dépendra en réalité de la composition de la prochaine assemblée nationale. Aura-t-elle suffisamment de députés prêts à abroger les lois scélérates votées par la droite, à en découdre avec la droite, avec les marchés financiers, prêts à voter le SMIC à 1700 € et la retraite à 60 ans à taux plein, prêts à voter la nationalisation des banques ?
Le programme de Hollande est en réalité incohérent : faute de s'attaquer au capital, il ne se donne pas les moyens d'assurer le financement des attentes sociales fortes.
F. Hollande devra pour réussir entendre cette profonde volonté de changement et y répondre. Seuls, l'apport massif des députés Front de gauche et la mobilisation populaire pourront pousser Hollande à adopter les réformes transformatrices nécessaires.
Avec une attitude ferme contre la droite, constructive, responsable, vigilante, ils travailleront à ce que cette fois la gauche réussisse et réponde aux urgences sociales
A Clichy l'important est donc de parachever cette victoire en se rassemblant autour de la candidature de F. Delalleau.
Quel qu'ait été leur vote au premier tour, les clichois de gauche ont intérêt à voter pour F. Delalleau, candidat Front de gauche. Y compris l’électorat socialiste : comment les électeurs de gauche pourraient ils faire confiance à G. Catoire qui gère notre ville de gauche avec la Droite ?
Le secrétaire national du Parti communiste français a salué dès 20 heures la victoire de François Hollande au deuxième tour de la présidentielle.
Voici sa réaction.

"En élisant aujourd'hui 6 mai, François Hollande président de la République, le peuple de France s'est libéré d'un pouvoir qui l'a méprisé et agressé pendant 5 ans. Je veux dire la joie des communistes qui ont combattu sans relâche Nicolas Sarkozy et sa politique et qui ont œuvré de toutes leurs forces à cette victoire. Je veux féliciter François Hollande pour son élection.

Lire la suite...

 

Virons Sarkozy le 6 mai et créons les conditions d'un vrai changement en votant Front de gauche aux législatives

AFDGportroyal.jpg
A Clichy, votons massivement Hollande le 6 mai pour chasser Sarkozy.
Une fois Hollande élu, il faut aux législatives donner de la force à vos attentes, donner de la force à la gauche en la musclant avec le maximum de député-es du Front de gauche.
Eux, c'est certain, ne cèderont pas devant les marchés financiers, eux refuseront l'austérité et ils aideront ainsi Hollande à prendre les bonnes décisions.
Dès maintenant, amplifions notre campagne pour les élections législatives des 10 et 17 juin.
Les candidates et candidats Front de gauche sont à la pointe du combat pour battre Sarkozy, à la pointe du combat pour faire front contre le FN. Comme F. Delalleau à Clichy, partout ils seront les promoteurs d’une gauche combative, constructive et responsable !
Pour mettre au coeur des décisions l'Humain d'abord, pour construire une politique et voter des lois répondant à l'intérêt général contre la toute-puissance des marchés et de la finance, le futur groupe Front de gauche devra compter de nombreux, de très nombreux député-es.
Dans notre département, amplifions les résultats très prometteurs du 1er tour de la présidentielle en faisant réélire Roland Muzeau, Marie- Hélène Amiable et Jacqueline Fraysse et en réalisant les plus hauts scores possibles dans toutes les autres circonscriptions.
Vous trouverez ci-dessous la liste complète des candidat(e)s présenté(e)s par le Front de gauche dans les Hauts de Seine.
La 5ém circonscription est celle de Clichy Levallois.
(Le nom du Candidat Titulaire est suivi de celui du Candidat Suppléant)
Chacun peut observer que la stratégie d'ouverture est mise en œuvre et que l'ensemble des composantes du Front de gauche se trouvent représentée.
1ère Circ. Roland Muzeau PCF, Michèle Fritsch PCF; 2ème Circ. Jean-Michel Tarrin GU, Mélanie Grotte PCF; 3ème Circ. Adélaïde Naturel PCF, Khalid Aït Hamou PG; 4ème Circ. Jacqueline Fraysse Fase, Rodolphe Balensi PCF; 5ème Circ. François Delalleau, PCF Annie Mandois PCF; 6ème Circ. Ioanna Mayhead FDG, Jérôme Wurtz PCF; 7ème Circ. Camille Barré PCF, Antoine de Cabanes Cit.; 8ème Circ. Dominique Rabany PCF, Théo Chevalier PG; 9ème Circ. Isabelle Goïtia PCF, Pascal Mausoleo PG; 10ème Circ Lysiane Alezard PCF, Bastien Lachaud PG; 11ème Circ. Marie-Hélène Amiable PCF, Catherine Margaté PCF; 12ème Circ. Jocelyne Le Métayer PG, Gérard Aubineau PCF; 13ème Circ. Pascale Le Néouannic PG, Pierre Ouzoulias PCF

 

1er Mai : 750 000 manifestants contre l'austérité et Sarkozy

1ermai2012.jpg

Premier Mai de bonne augure : toutes les raisons de se réjouir sont réunies au lendemain de cette journée de mobilisation des travailleurs.
A Clichy, le matin, la vente du muguet a été une nouvelle fois couronnée de succès et l'argent ainsi collecté servira au PCF à financer les luttes locales (tracts, affiches, matériels....).
L'après midi, des dizaines de milliers de personnes ont défilé en Province où près de 290 cortèges sont annoncés par la CGT, plus de 200 000 à Paris, pour dire non à l'austérité imposée par l'Union européenne.
Le syndicat annonce 750.000 manifestants dans toute la France : une mobilisation 7 fois supérieure à l'an passé.
A Paris, à l'appel de l'intersyndicale et des forces de gauche, syndicalistes et progressistes ont relevé le défi de Sarkozy qui prétendait après Pétain célébrer le vrai travail et appelait les syndicats à "déposer le drapeau rouge".
Les élus et militants communistes clichois, notamment G. Schmaus, Ch. Garnier et François Delalleau, candidat du Front de gauche à Clichy, étaient parmi les manifestants.
A cinq jours des présidentielles, le rejet de Nicolas Sarkozy est également extrêmement présent, mais l'exigence de changements notables s'exprimait très fort : interdiction des licenciements, refus de l'(austérité et de l'europe du capital, SMIC à 1700€, retour à la retraite à 60 ans à taux plein, nationalisation du système bancaire, volonté d'en finir avec la domination des marchés financiers.
Des exigences dont Hollande, une fois élu devra tenir compte, s'il veut réussir cette fois et se décider enfin à une politique qui tranche avec les politiques d'austérité voulues par l'Europe et les marchés financiers.
Les clichois, les électeurs qui ont voté Mélenchon, et au delà tous ceux qui vont assurer l'élection de Hollande au second tour, auront la possibilité en votant aux législatives pour F. Delalleau, le candidat du Front de gauche, de marquer leur soutien à ces mesures et de peser pour que cette fois, la gauche au pouvoir ne déçoive pas et réponde vraiment aux attentes populaires.

Lire la suite...

 

Didier Le Reste : Il faut empêcher Nicolas Sarkozy de continuer à nuire au monde du travail.

amarsako.jpg
Didier Le Reste, syndicaliste cheminot, animateur du Front des Luttes, invite à prendre la mesure de l’espoir suscité par le Front de Gauche.
Est-ce que le résultat du premier tour de l’élection présidentielle reflète le climat de lutte que l’on peut observer au sein de nombreuses entreprises ?
DLR. L’analyse des résultats méritera d’être plus approfondie. Mais, évidemment, le score du Front National interpelle. Selon moi, il résulte avant tout de l’insécurité sociale générée par la crise qui traverse le pays et l’Europe.
Les grandes luttes médiatisées, qui révèlent la casse industrielle et les dégâts causés dans tous les secteurs par les restructurations et les délocalisations, ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Le mal est beaucoup plus profond et diffus.
Les conséquences sur la vie des populations, sur les économies des territoires sont réelles, mais insuffisamment mises au grand jour. Et dans ce contexte, il y a lieu de se féliciter de l’émergence d’une nouvelle force politique à gauche, incarnée par l’alliance au sein du Front de Gauche.
Son évolution se poursuit d’élection en élection et cela ne peut que croître.

Lire la suite...

 

La CGT : battre Sarkozy

Aoui.jpg
La CGT appelle à un puissant 1er mai pour les revendications, le progrès social et la solidarité internationale et appelle à battre Sarkozy dans les urnes, tout en soulignant ses exigences.
Déclaration de la commission exécutive confédérale
Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2012 fait apparaître notamment :
- une participation importante des électrices et électeurs, manifestant ainsi leur volonté d’intervenir sur les choix structurant leur avenir ;
- un premier désaveu pour le Président sortant, Nicolas Sarkozy, qui n’obtient que 27% des voix ;
- une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale.
Le rejet de la politique antisociale et autoritaire que Nicolas Sarkozy a menée durant 5 ans est massif.
Après les mobilisations nombreuses et importantes de 2009 et 2010, les salariés, les retraités et les privés d’emploi ont ainsi confirmé leur refus de payer la facture d’une crise économique dont ils ne sont pas responsables.

Lire la suite...

 

Sarkozy et le "vrai travail"

Apetainsark.jpg
Sarkozy, le Président des riches et du MEDEF, le politicien tout droit sorti du triangle Neuilly-Auteuil -Passy, le chef de la clique du Fouquet's, le bronzé sur le yacht de Bolloré annonce sa volonté de célébrer "le vrai travail", le 1er mai. Comme Pétain ?
Voici la réaction de G. Filoche, ancien inspecteur du travail.

Le “vrai” travail ? Celui des 600 accidents mortels, des 700 suicides, des 4500 mutilés au travail par an ? Celui des droits violés, des licenciements sans motif et des heures supp’ impayées ?
Le « vrai » travail ? Celui des maladies professionnelles, des 100 000 morts de l’amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.
Le “vrai” travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail…
Le “vrai” travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l’engin qu’il réparait, à cause de la compétition sauvage « libre et non faussée » entre Otis, Koné, Schindler et Thyssen.
Le “vrai” travail ? Et les milliers d’ouvriers désamianteurs que Sarkozy laisse en ce moment mourir sans protection par refus d’un moratoire alors que de récentes études scientifiques ont découvert des nouvelles fibres cancérogénes ?
Le « vrai » travail ? Celui de l’ouvrier de 55 ans devant son marteau piqueur ? De l’instituteur de 62 ans pour sa 41e rentrée devant sa classe d’enfants ? De l’infirmière qui soigne encore à 65 ans ?

Lire la suite...

 

Sarkozy : la glissade pétainiste, par P. Le Hyaric

Aavisar.jpg
Le premier dirigeant politique de droite à avoir tenté de récupérer le 1er mai était le maréchal Pétain en 1941.
Le second a été M. Le Pen en 1988, en en faisant « la fête du travail et de Jeanne d’Arc ». Le troisième va être M. Sarkozy. Il le fait à partir des mêmes valeurs nauséabondes et ultra-réactionnaires que les précédents.
Après avoir vanté en 2007, « la France qui se lève tôt », parsemé ses discours de « la valeur travail », voici que « le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail ».
« Du vrai travail » ? Celui dont la politique jette mille travailleurs par jours au chômage va glorifier « le vrai travail ».
Oui, « le vrai travail », comme il y avait « le vrai français », à une époque où la devise de la France commençait par le mot : « travail,»…
Tout ceci sent l’odeur rance des années 1940.

Lire la suite...

 

Et maintenant, Sarkozy dehors !

APelaur.jpg
Déclaration de Pierre Laurent, secrétaire du PCF

Pour toutes celles et tous ceux qui aiment notre pays, qui, depuis cinq ans, ont durement souffert de la politique de Nicolas Sarkozy, souffert de la voir affaiblir, appauvrir, abîmer la France, les résultats (connus à cette heure) du premier tour de l’élection présidentielle résonnent comme un appel à tout mettre en œuvre pour battre le président sortant.
Comme on le redoutait, le score du Front national peut servir de réservoir au candidat Sarkozy. Le président sortant, en recul par rapport à 2007, peut être battu le 6 mai prochain.
Le second tour mettra aux prises, pour la droite, Nicolas Sarkozy, pour la gauche, François Hollande, le candidat socialiste que le suffrage universel a placé en tête.
La droite doit maintenant subir une large défaite. C’est la nouvelle et prochaine étape indispensable de la révolution citoyenne que nous avons entamée.
À gauche, les près de 12 % et quelque 4 millions de voix crédités au candidat commun du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon représentent un score inédit et un événement de cette élection, comme l’a été notre campagne, une campagne dont se sont emparé des centaines de milliers de femmes et d’hommes, et de jeunes dans tout le pays.

Lire la suite...

 

CLICHY : Le candidat du Front de Gauche J.L. Melenchon à 14,6% !

Aaffichemelsol.jpg
Voici les résultats de Clichy :

Hollande : 9143 voix 41,6 %
Sarkozy : 4422 voix 20 %
J.L. Melenchon : 3219 voix 14,6 %
Le Pen : 1993 voix 9 %
Bayrou : 1860 voix 8,4 %
Joly : 751 voix 3,4 %
Dupont-Aignan : 289 voix 1,3 %
Poutou : 184 voix 0,8 %
Arthaud : 108 voix 0,4 %
Cheminade : 57 voix 0,2 %

14,6 % , la percée du candidat Front de gauche est réussie à Clichy, ville populaire où le rejet de Sarkozy est particulièrement net.
Le beau score de J.L. Melenchon sur Clichy, qui dépasse largement Marine Le Pen -, est à mettre au crédit des militants du PCF et de l'ensemble des partenaires du Front de gauche.
Tous ont mené une belle campagne en profondeur dans les quartiers.
Ce bon résultat traduit une tendance de fond sur Clichy, en récompensant un travail militant de longue haleine, car il survient après la progression régulière des candidats PCF-Front de gauche lors des précédentes élections, cantonales et régionales.
Le PCF remercie les 3219 électeurs de J.L. Melenchon et les appellent à se servir du bulletin Hollande pour battre Sarkozy le 6 mai prochain.
La dynamique de rassemblement doit se poursuivre maintenant autour du candidat du Front de gauche à Clichy François Delalleau pour marquer la volonté des clichois de réussir un véritable changement à gauche, avec une majorité de députés prêts à en découdre avec les marchés financiers, disposés notamment à voter le SMIC à 1700 euros et le retour à la retraite à 60 ans à taux plein.
Le 6 mai, on vote Hollande pour dégager Sarkozy et pour les législatives, on ne cède rien, on continue avec François Delalleau !

 

Vote Melenchon, vote d'espoir, par P. Le Hyaric (PCF)

avotemel.jpg
Jusqu’à dimanche soir, les électrices et les électeurs vont choisir le bulletin qu’ils mettront dans l’urne.
Le rejet du Président sortant est si fort, si largement partagé qu’on voit mal ce qui pourrait empêcher une majorité de nos concitoyens de tourner la page d’un quinquennat qui leur aura fait tant de mal, qui aura défiguré notre beau pays, qui aura terni son image en Europe et dans le monde.
Et son projet est encore pire que son bilan ! Les enquêtes d’opinions confirment ce que nous entendons et ressentons autour de nous.
L’actuel climat ressemble à celui qui précédait la victoire du “non” au référendum de 2005. Elles nous disent que la gauche et l’écologie politique sont, au premier tour, à un niveau bien plus élevé qu’en 2007 de dix pour cent puisqu’elles atteignent les niveaux de 1981 qui ont permis la victoire de François Mitterrand.
C’est grâce à la percée de Jean-Luc Mélenchon depuis quelques semaines qui conforte toute la gauche. Elles nous disent aussi, depuis des mois et des mois, sans aucune exception, que F. Hollande l’emportera au second tour avec une avance à la mesure de la répulsion suscitée par le candidat des riches.
Elles nous disent enfin que, notamment sous les coups de boutoir du Front de Gauche, la candidate de l’extrême-droite n’est heureusement pas en mesure de rééditer le sinistre “exploit” de son père en 2002.
C’est donc en toute liberté et sans risque, dimanche prochain, que chacune, chacun pourra non seulement choisir le changement à gauche mais surtout la nature et le niveau de ce changement.
Or, ce dont il est question, c’est de savoir si cette élection, puis celles des députés qui suivront, permettront ou non de renouer avec les fils d’un processus démocratique trop longtemps interrompu, pour une marche en avant vers le progrès social, humain, écologique.

Lire la suite...

 

Pouvoir d'achat: François Hollande ne promet rien pour le Smic

Aholchang.jpg
Dieu merci, ces élections vont nous débarrasser de Sarkozy et de l'arrogance de sa bande du Fouquet's. Mais se pose dès maintenant la question-clé des contenus du changement.
François Hollande a indiqué mardi que s'il était élu le 6 mai prochain, il soumettrait aux partenaires sociaux la question d'une revalorisation du Smic dès juin.
Mais il évoque un simple coup de pouce et non une augmentation significative du SMIC et des retraites. Ça ne fait pas le compte!
Le candidat socialiste reste très timoré sur la question, très loin de la proposition du Front de gauche d'augmenter tout de suite le Smic à 1700 euros brut par mois.
Interrogé sur des propos du candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon assurant que l'augmentation du Smic faisait partie "des figures imposées" quand la gauche arrive au pouvoir, M. Hollande a affirmé : "Moi je ne suis pas dans les figures imposées, je suis dans une figure qui doit réussir et qui ne doit pas promettre ce qu'elle ne peut pas tenir."
François Hollande ne promet rien. "Il faudra voir ce qu'il est possible de faire", explique-t-il, "puisque le Smic n'a pas reçu de coup de pouce depuis au moins 3 ans. Il y aura deux choses:
- "la concertation avec les partenaires sociaux (...) sur l'ensemble des sujets sociaux de la rentrée et notamment le coup de pouce sur le Smic puisqu'il doit intervenir au mois de juin, la date a changé mais c'était au mois de juin jusque-là",
- "deuxièmement pour l'avenir, pas simplement pour 2012 mais pour les années du quinquennat, le Smic sera non seulement garanti au niveau des prix, donc indexé, et en même temps lié à la croissance (...) Chaque fois qu'il y aura plus de croissance il y aura un coup de pouce au Smic".
C'est le couplet du "on verra"... qu'entonne le champion de la gauche molle prisonnier du social-libéralisme et toujours tétanisé par les marchés financiers.
Avant de nous expliquer le moment venu que rien n'est possible et que l'austérité est inévitable ? Attention au marché de dupe ! Au PS, comme on l'a vu avec le gouvernement Jospin et le vote des parlementaires pour le Traité de Lisbonne pourtant refusé par le peuple français, la tendance à céder à la Droite, à la finance et aux patrons est permanente.
Mais les français ne veulent pas de changement en trompe l'oeil . Ils refusent l'austérité imposée par Sarkozy, ils ne l'accepteraient pas davantage avec Hollande.
Ils veulent le SMIC à 1700 euros brut tout de suite, le retour à la retraite à 60 ans à taux plein, la réorientation totale de l'Europe, et un gouvernement menant une véritable politique de gauche.
Ils veulent un gouvernement et une majorité de députés prêts à en découdre avec les marchés financiers pour sortir le pays de leurs griffes. Est-ce impossible ?
Non, pour cela il faut un score très élevé du Front de gauche et de son candidat J.L. Mélenchon à la Présidentielle et un nombre très importants de députés communistes et Front de Gauche à l'assemblée nationale, pour contraindre Hollande, une fois élu, à entendre les aspirations populaires et à s'engager sur la voie du changement à gauche.
Car si Hollande et son gouvernement ne s'attaquent pas demain à la domination des marchés financiers et restent accrochés au catéchisme libéral de l'Europe et du Traité de Lisbonne, ils iront droit dans le mur, comme ses amis Papandréou en Grèce et Zapatero en Espagne.
Faute de s'attaquer à la finance, le programme d'Hollande est incohérent.
On voit l'importance d'accélérer le rassemblement en cours autour de la dynamique du Front de Gauche. C'est la seule façon de faire bouger les lignes à gauche, de sorte qu'une fois notre peuple enfin débarrassé de Sarkozy, l'élection d'Hollande débouche non sur de nouvelles déceptions mais sur une transformation progressiste de notre société.

 

"Relancer les salaires et reconsidérer le travail", par J.C. Le Duigou, syndicaliste et membre de la Commission économique de la Nation.

Adeltax.jpg
L’objectif de porter le Smic à 1?700?euros par mois se veut le symbole d’une rupture avec la logique de déflation salariale.
«?Ce serait irréaliste?», décrète un expert de l’Institut de l’entreprise. Oui, eu égard aux critères de gestion actuels. Mais, bien entendu, non si l’on ambitionne de bousculer la logique de la rentabilité financière.
La déflation salariale a été la contrepartie de la financiarisation de l’économie?: le niveau des salaires a baissé, le prix des actifs financiers et immobiliers a explosé.
Ainsi alors que les rémunérations salariales stagnent depuis quinze ans, le volume des actifs financiers détenus par les entreprises a été multiplié par 2,5?!
La politique de désindexation des salaires, la permanence d’un fort taux de chômage et le renvoi des négociations salariales au niveau des entreprises ont comprimé les rémunérations.
Cette stratégie du «?low cost salarial?» nous conduit droit dans le mur.
L’augmentation des petits salaires est indispensable.

Lire la suite...

 

"Où trouver l’argent ? pas sur les marchés financiers!", par Denis Durand, économiste et syndicaliste.

acredselec.jpg
Le programme du Front de gauche n’est pas un catalogue de promesses sociales que l’on pourrait satisfaire par la vertu d’une simple redistribution des richesses.
La crise du capitalisme financiarisé est profonde, aussi notre stratégie économique est-elle d’amorcer un nouveau type de développement fondé sur l’économie des dépenses en ressources naturelles et en charges financières, pour pouvoir dépenser plus pour les salaires et l’emploi?: l’humain d’abord?!
Mais cela exige dès à présent de réaliser des investissements considérables pour pouvoir créer beaucoup d’emplois.
Où trouver l’argent?? Sur les marchés financiers?? Sûrement pas?!
C’est cela qui nous a conduits au chômage de masse et aux crises spéculatives de plus en plus destructrices.
Dans les banques, alors?? En effet, les banques disposent d’un pouvoir extraordinaire?: décider à qui ira l’argent de leurs crédits.
Mais depuis trente ans les politiques monétaires menées par les banques centrales ont incité les banques à financer les spéculations financières plutôt que l’emploi et la création de richesses réelles.
Changer ces politiques est un levier indispensable pour sortir des cercles vicieux du chômage et de l’austérité.
Bien sûr, pour changer les objectifs et le statut de la Banque centrale européenne, il faudra changer les traités européens.
C’est ce que prévoit le programme du Front de gauche.
Mais il appelle à commencer cette action dès aujourd’hui.

Lire la suite...

 

Contre la finance, le projet du Front de gauche est crédible

AvotezFDG.jpg
Il n’est de programme réalisme que si l’on combat la loi de l’argent pour l’argent.
Pas réaliste, le programme du Front de gauche ? Les « experts » et économistes de services dans les médias, où ils représentent en réalité les groupes financiers auxquels ils appartiennent, s’autoproclament papes de l’orthodoxie économique.
Pour eux hors de l'austérité imposée aux peuples point de salut. Ils pratiquent le tri sélectif à la frontière du scrutin.
Les propositions que porte le candidat du Front de gauche seraient «?irréalistes?».
Mais tout montre, au contraire, que pour sortir la France et les Français de la crise actuelle, la seule démarche crédible est celle en faveur de mesures radicales visant à faire reculer la domination de la finance.
Nos soi-disant experts se gardent bien de réclamer des comptes à Nicolas Sarkozy. De lui demander de s’expliquer sur sa promesse de 2007 de réduire le taux de chômage à 5?% au bout de cinq ans, sur l’assurance renouvelée aux Français que le nombre de personnes sans emploi allait enfin baisser.
Ils évitent de mettre en cause la crédibilité des candidats qui comme F. Hollande, prétendent marier l’eau et le feu, l’austérité budgétaire et sociale et la croissance économique. Comme si c’était possible !

Lire la suite...

 

Cohérence du programme du Front de Gauche : Priorité aux services publics, par F. Boccara

AprogFDG.jpg
Frédéric Boccara est économiste du PCF ?et membre du conseil national de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Le programme du Front de gauche est le seul qui mette l’expansion sociale et du social comme un objectif et au cœur de sa logique.
C’est nécessaire face au programme de Sarkozy, qui fragilise les salariés et donc l’efficacité économique réelle avec par exemple les accords de compétitivité qui autorisent la baisse des salaires.
Un président candidat qui vient encore d’annoncer une diminution supplémentaire de 53,5?milliards d’euros des dépenses publiques. Lui comme Marine Le Pen sont d’accord pour appliquer la règle d’or, de déficit public zéro avant tout.
Le Front de gauche affirme l’absolue nécessité d’une expansion nouvelle des services publics, de l’emploi, des qualifications et des salaires.
C’est une nécessité absolue pour relever les défis d’une autre efficacité, basée sur les capacités des hommes et des femmes et leur développement, pour répondre aux aspirations sociales de notre peuple, et pour sortir la France de l’ornière avec une l’impulsion d’une tout autre croissance.
C’est incontournable aussi bien pour réindustrialiser vraiment et autrement que pour relever les défis écologiques.
Ceux-ci exigent à la fois un développement sans précédent de services publics ouverts à l’intervention et des dépenses non soumises aux diktats des marchés financiers.
Le programme du Front de gauche est cohérent et donc réaliste, face aux incohérences contradictoires de F. Hollande qui affirme partager une ambition sociale, refuser l’austérité, et rivalise, cependant, avec la droite pour atteindre le déficit zéro en fin de mandat?!
Mais la cohérence du programme du Front de gauche vient surtout de ce qu’il se donne les moyens de ses ambitions?: des pouvoirs nouveaux et des moyens financiers.

Lire la suite...

 

Les valeurs du progressisme sont de retour, par P. Le Hyaric

Abastoche.jpg
La semaine dernière a encore amplifié la dynamique autour du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon.
De la rencontre avec les créateurs et intellectuels, de Vierzon, Limoges, jusqu’à la grande démonstration de force et d’unité place du Capitole à Toulouse, partout des foules actives, déterminées, joyeuses et fraternelles ont plaisir à se retrouver.
Une nouvelle démonstration de la vitalité et de la force du Front de Gauche aura lieu ce samedi à Marseille.
Ces puissants rassemblements qu’aucun autre candidat ne peut organiser sont constitutifs d’un processus de maturation d’un nouveau rapport de forces politiques.
Le Front de Gauche gagne en intérêt, en capacités de rassemblement et d’élargissement. En influençant toute la campagne électorale, il démontre aux yeux de millions d’électrices et d’électeurs qu’il peut modifier les rapports des forces politiques dans les urnes, pour la victoire et demain, dans la vie, pour la réussite du changement.
Sa progression redonne des couleurs à toute la gauche et à l’écologie politique.
Pour beaucoup de nos concitoyens, elle est la meilleure nouvelle de ce printemps.
A partir du Front de Gauche se construit quelque chose qui a à voir avec un Front unitaire du peuple en mouvement pour briser tant d’années de pensée unique, de valeurs renversées, d’humiliations aussi, pour celles et ceux qui n’ont jamais voix au chapitre.

Lire la suite...

 

Clichy : Le PG et le PCF appelent à voter Mélenchon à la présidentielle et François Delalleau à la législative

AvFdeletJLMel.jpg
Voici le texte diffusé à Clichy par les forces du Front de gauche

Avec le Front de gauche faisons entendre l’exigence de l’Humain d’abord.
En 2012 : on dit stop à Sarkozy et à la droite.
L’élection présidentielle des 22 avril et 6 mai et les élections législatives des 10 et 17 juin seront l’occasion de dire stop à la politique de Nicolas Sarkozy et de la droite quoi veulent nous imposer l’austérité.
La crise n’est pourtant pas une fatalité. Elle est bien la conséquence directe des politiques qui ont été menées ces dernières années : blocage des salaires qui oblige à s’endetter, spéculation débridée et carte blanche donnée à la finance… Pour sortir de la crise, il faut donc changer de politique.
Mettons un coup de barre à gauche
Il ne suffira pas de chasser Nicolas Sarkozy.
Nous avons besoin d’une gauche qui ne déçoive pas.
Faute d’être à la hauteur, cela nourrirait la droite et le Front national de Marine Le Pen.
Nous avons besoin d’une gauche offensive, déterminée, qui s’attaque à la loi de l’argent qui soit porteuse de nouvelles et de grandes avancées sociales, qui remette en cause les logiques qui ont amené l’Europe au bord du gouffre.
Il faut une politique de gauche qui ne laisse pas écraser par les financiers.
Le Front de gauche veut s’attaquer à la racine de la crise.
Les mesures proposées par le Front de Gauche permettent de sortir réellement de la crise dans laquelle le capitalisme nous a plongés.
Le Front de Gauche, c’est l’humain d’abord !
Avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle et les candidats du Front de Gauche aux législatives, François Delalleau et Annie Mandois à Clichy\Levallois, nous proposons la seule alternative crédible : résister à la finance et rendrele pouvoir au peuple pour permettre le progrès humain. Quand le peuple s’en mêle, tout peut changer

Lire la suite...

- page 1 de 5

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs