Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Retraite

Fil des billets

Tous à Montparnasse contre cette réforme ILLEGITIME!!

manifmohican400.jpg
Ce 12 octobre, une nouvelle fois, nous sommes déterminés, salariés du privé comme du public, à refuser le projet Sarkozy-Fillon.
Ils continuent de mentir et nient une évidence : leur réforme est très largement contestée et restera illégitime, même votée !
Illégitime car présentée par un gouvernement discrédité par ses rapports de soumission au monde de la finance et au patronat.
Illégitime car votée avec de basses manœuvres antidémocratiques, aujourd’hui au Sénat hier à l’Assemblée Nationale, imposées par un gouvernement qui refuse depuis des mois de discuter, de négocier.
Illégitime car elle s’oppose à l’exigence exprimée par plus de 70% de l’opinion publique et des millions de manifestants.
Le ministre du travail, en difficulté avec sa réforme impopulaire, a beau jeu de se réclamer du soutien du directeur du FMI et futur présidentiable, le socialiste Dominique Strauss Khan.
"Hélas, note O. Dartigolles (PCF), la surprise serait que l’avis du FMI et de son directeur soit de taxer les marchés pour qu’ils participent à l’effort de solidarité nationale. Mais la réalité est toute autre. Le FMI est en première ligne pour mettre le couteau sous la gorge des peuples du monde, en témoignent les nombreux plan d’austérité en Europe" ....mis en œuvre soit par la droite soit par des gouvernements "socialistes" en Espagne, au Portugal, en Grèce...
Qu’Éric Woerth se rassure, le mouvement sur les retraites qui s’amplifie chaque jour et gagne de l’influence ne fondait pas de grand espoir sur le directeur du FMI. On a les soutiens que l’on mérite.
Pour l'heure, tous à Montparnasse pour la retraite à 60 ans à taux plein et la revalorisation des pensions.

Lire la suite...

 

La CGT s’adresse à vous : "Vivre dignement ma retraite à 60 ans à taux plein, j’y tiens"

CGTretSNECMA400.jpg
Tous ensemble pour nos retraites : mardi 12 octobre 2010 grande journée de grèves et de manifestations.
Discutons et décidons ensemble des suites !
L’opinion publique a clairement manifesté, à plusieurs reprises, son rejet massif du projet gouvernemental des retraites. Les journées de manifestations et de grèves des 7 et 23 septembre, du 2 octobre en ont fait la démonstration exemplaire.
Tous les sondages pointent que plus de 70 % des salariés sont opposés au report de l’âge légal de départ en retraite à 62 ans.
Plutôt que d’en tenir compte, le gouvernement campe sur une position hautaine de refus du dialogue, répétant à tout va que « les manifestants se trompent », que les salariés « n’auraient pas compris » et qu’il s’agit de « faire de la pédagogie ».
S’il concède du bout des lèvres que le projet peut-être « amélioré » à la marge, la seule pédagogie dont il use et abuse, c’est celle du mensonge.
Face à cette attitude aussi méprisante qu’irresponsable, la CGT s’adresse aux salarié(e)s

Lire la suite...

 

Réforme des retraites : la cata pour les femmes!

femmesretraite400.jpg Les femmes sont particulièrement nombreuses et combatives dans les manifestations pour la retraite à 60 ans à taux plein. Et on les comprend : la retraite Sarkozy serait une catastrophe pour elles.
La réforme de la retraite renforce tous les facteurs d'inégalité à l'encontre des femmes.
Malgré toutes les lois sur l'égalité professionnelle, 27 ans après la loi Roudy, les inégalités professionnelles demeurent très profondes.
* Les salaires des femmes à temps complet sont inférieurs de 25% à ceux des hommes (il était de 36% en 1960).
* Les femmes représentent aussi 80% des salariés payés en dessous du Smic.
* 30% d'entre-elles travaillent à temps partiel contre 5% des hommes (85% des postes à temps partiel sont occupés par les femmes). Ce travail à temps partiel est très souvent imposé.
* Elles occupent aussi 70% des emplois précaires.

Lire la suite...

 

L'augmentation de la durée de cotisation ruine la possibilité de prendre sa retraite à 60 ans à taux plein

cgtousunis500.jpg
Accepter l'augmentation de la durée de cotisation, comme le font la CFDT ou le parti socialiste et ses dirigeants - Aubry, Hollande, Royal ou DSK -, ne permettrait pas de répondre à l'attente des manifestants et des salariés.
L'augmentation de la durée de cotisation ruine la possibilité effective de prendre sa retraite à 60 ans à taux plein. C'est pourquoi le PCF est opposé à toute idée d'allongement de la durée de cotisation.
L’âge légal de départ à 60 ans constitue la possibilité de départ –droit à liquider- sa retraite dès 60 ans. Ce droit s’accompagne de revendications spécifiques majoritairement partagées :
- prise en compte de la pénibilité et prise en compte des carrières catégorie active dans le cadre de la fonction publique et des régimes spéciaux pour un départ avant 60 ans ;
- prise en compte des situations de carrières longues (détention avant 60 ans d’une durée de cotisation supérieure à la durée exigée à l’âge de départ et début de carrière jeune) ;

Lire la suite...

 

Retraite : L’affrontement de classes, par P. Le Hyaric (PCF)

cgt92manif2octH400.jpg
Les bidouillages gouvernementaux sur les chiffres n’y changent rien.
La journée d’action unitaire ?de samedi dernier contre l’abrogation du droit à la retraite à 60 ans a été puissante, diversifiée, déterminée. Les journaux régionaux comme les images télévisées le confirment amplement.
Un mouvement populaire contre la régression sociale s’enracine dans la société.
Depuis les 23?mars, 29?mai, 24?juin, 7?septembre, 23?septembre, bien au-delà des trois millions de manifestants de samedi dernier, ce sont plusieurs millions de citoyens qui ont manifesté au moins une fois, et pour beaucoup, ils l’ont fait pour la première fois de leur vie.

Lire la suite...

 

FINANCER LES RETRAITES: Suffit-il de répartir autrement les richesses?

beretrougeH350.jpg
La retraite à 60 ans, à taux plein, voilà la revendication qui rassemble aujourd'hui des millions de françaises et de français.
Mais comment la financer ?
Certains à gauche (NPA, Verts, ATTAC, et même certains syndicalistes) sous estiment les besoins réels de financement pour assurer la retraite à 60 ans à taux plein et s'en tiennent à des solutions simplistes qui en réalité ne remettent pas vraiment en cause le système capitaliste. Ainsi, suffit-il de répartir autrement les richesses?
NON ! répond l’économiste Denis Durand : Le financement des retraites représente aujourd’hui environ 12 % du PIB. Pour garantir la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, il faudrait 6 points de PIB supplémentaires. Facile, entend-on dire souvent à gauche. Il suffit de « changer la répartition des richesses ». Comment ? Par l’impôt. On ferait payer plus d’impôts aux riches pour financer l’assurance vieillesse.
Même pas besoin de changer le pouvoir dans l’entreprise, ni de s’attaquer à la dictature des marchés financiers ! En somme, on pourrait apporter des solutions à la crise du capitalisme…sans changer la société ! Malheureusement, les choses ne se passent pas comme cela dans la « vraie vie ».
La répartition des richesses dépend de la façon dont elles sont produites.

Lire la suite...

 

La mobilisation s’est élargie avec les manifestations unitaires du 2 octobre

Manif2oct450.jpg
Après le beau succès de la manif unitaire du 2 octobre, la CGT a publié le communiqué suivant.

Une nouvelle étape est franchie !
Samedi 2 octobre, salariés ou autres citoyens, jeunes ou plus âgés, issus du public ou du privé, de grandes ou de petites entreprises, en famille ou entre collègues, c’est une nouvelle fois près de 3 millions de manifestants qui sont descendus dans la rue pour crier leur opposition au projet de réforme des retraites.
Plus de 230 manifestations ont été recensées dans tout le pays, dans les grandes ou petites villes. Cette multiplication des rassemblements démontre à l’évidence une conviction et une détermination ancrée.
Des milliers de salariés ont participé à leur première manifestation. Cette mobilisation résolue et grandissante ne peut rester sans réponse. Le gouvernement doit maintenant prendre la mesure de la colère des salariés et citoyens de ce pays.
La CGT, aux côtés des salariés, appelle les sénateurs à mesurer l’enjeu social et démocratique du mouvement : il ne peut pas y avoir d’abîme entre la volonté profonde des citoyens de ce pays et la représentation nationale.
Le mépris ne peut pas être une nouvelle fois la réponse aux millions de manifestants. L’ouverture de négociations doit intervenir dans les plus brefs délais. La CGT y défendra des propositions permettant de garantir la pérennité de notre système de retraite par répartition, pour le maintien du droit au départ à 60 ans, avec un niveau de pension permettant de vivre dignement, la reconnaissance de la pénibilité.
Pour poursuivre l’élargissement de la mobilisation unitaire la CGT appelle l’ensemble des salariés à débattre dans les territoires et dans les entreprises et décider de nouvelles actions unitaires. La CGT appelle à faire du mardi 12 octobre, par la grève et les manifestations, un moment déterminant pour la suite de la mobilisation.
Montreuil, le 2 octobre 2010

 

Retraites : c’est en 2010 qu’on les arrête !

Imposonsmanif.jpg
En 1945, la France était dévastée, ruinée: pourtant, le résistant communiste et dirigeant CGT A. Croizat, devenu ministre du Travail sur la base du programme du CNR, mettait en place les retraites par répartition et la Sécu.
Depuis la Libération, la productivité du travail a été multipliée par 50 en France : et pourtant, Sarko-MEDEF et l’Union européenne prétendent qu’ils n’ont plus d’argent pour payer nos retraites…
Quel mensonge ! En réalité, les profits capitalistes s’envolent (cf l’envol du CAC 40) et l’affaire Woerth-Bettencourt révèle la soumission totale de l’UMP aux privilégiés de la fortune.
Quand il s’agit de renflouer les banques victimes de la spéculation financière ou de mener une guerre stupide en Afghanistan, comme par miracle, l’argent existe !
De qui se moque-t-on?
En s’ajoutant aux contre-réformes Balladur-Fillon de 93, 2003, 2007 (allongement des annuités, plus lourdes décotes), le texte Woerth obligerait 90% des salariés à « choisir » entre un départ retardé à 62 ans avec une pension minable et un départ à 67 ans pour toucher la pension à taux plein. Une pension dont le pouvoir d’achat ne cesse de diminuer.
Pas question d’un réferendum-bidon qui noierait le poisson et renverrait les luttes aux calendes grecques, comme le proposent Ségolène Royal et J. L. Mélenchon.
C’est toute de suite qu’il faut agir pour contrer la réforme Woerth, mais aussi pour imposer une réforme progressiste.

Lire la suite...

 

Le 2 octobre, pour la retraite à 60 ans à taux plein!

Bourseretraite300.jpg
En l’espace de trois mois, des millions de personnes ont manifesté dans la rue leur refus net et majoritaire d’une réforme des retraites injuste et inefficace.
Le Président de la République utilise sa majorité de 2007 contre la majorité des Français.
Malgré le déferlement de mécontentement, malgré une mobilisation qui s’enracine, malgré tous les sondages qui confirment que près de 70% des Français veulent garder la retraite à 60 ans, le gouvernement s’obstine.
Sarkozy se masque les yeux et se bouche les oreilles pour ne rien entendre et s’entête à passer en force cette réforme qui accable les salariés mais épargne les hauts revenus.
On remet ça, le 2 samedi 2 octobre ! La retraite, c’est à 60 ans et à taux plein !

Lire la suite...

 

Sarkozy s'obstine ? Rebelote le samedi 2 octobre et mardi 12 octobre !

ATTmedefV350.jpg
Communiqué commun CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

Les organisations syndicales considèrent que la journée nationale d’action du 23 septembre 2010 est un franc succès.
Les salariés du public et du privé, en participant massivement à cette 2ème journée de grèves et de manifestations du mois de septembre, ont réaffirmé leur détermination à ne pas accepter une réforme injuste et inefficace.
La journée d’hier a été marquée par l’engagement de nouveaux salariés du privé, notamment des PME mais aussi par la présence de plus de jeunes et de femmes.

Lire la suite...

 

Pierre Laurent (PCF) sur les Retraites : « Amplifier le mouvement jusqu’à la victoire »

Manifbast450.jpg
Trois millions de manifestants dans le pays ! Partout des grèves et des manifs géantes soutenues par 68 % des français.
Au soir de cette belle et formidable journée de mobilisation pour la retraite à 60 ans à taux plein, le nouveau numéro 1 du PCF, Pierre Laurent a fait la déclaration suivante...

"Nous vivons depuis ce matin une nouvelle journée de mobilisation exceptionnelle avec un élargissement notable du mouvement dans le secteur privé.
C’est à un véritable déferlement humain auquel nous avons à nouveau assisté sur tout le territoire national.
A la guerre sociale menée contre nos droits, nous avons répondu par une gigantesque mobilisation fraternelle et solidaire. La rue a parlé et elle est unanime.
Le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion publique. %%% Il n’a plus le choix.
Nicolas Sarkozy et les siens misaient une fois encore sur le découragement des salariés et le passage en force à l’Assemblée nationale.
Ils doivent se rendre à l’évidence. Le rejet du projet gouvernement est plus que jamais clair, net, et massif.
Plus aucune catégorie de la population ne fait exception.
L’arrogance, le mépris, la mise au pas du Parlement, ça ne passe décidément pas !

Lire la suite...

 

Retraites : le peuple veut des solutions de progrès social

nevotezpasH400.jpg
Le projet de réforme de la retraite que tente d'imposer la droite provoque des mouvements sociaux dont l'ampleur dépasse tout ce que nous connaissons depuis plusieurs décennies.
Des millions de salariés, de chômeurs, de retraités se retrouvent dans la rue à l'appel des syndicats dans l'union. Leurs exigences sont relayées à l'assemblée nationale par les députés communistes, porteurs d'un autre projet de financement de la retraite permettant de préserver le départ à 60 ans à taux plein.
Le "retour au 60 ans" ne suffit pas : encore faut-il qu'à cet age la retraite soit suffisante pour vivre.
Donc, 60 ans, oui, mais A TAUX PLEIN !
Se prononcer pour la retraite à 60 ans, tout en acceptant l'allongement des durées de cotisation comme le PS, c'est assurer un droit factice et proposer une coquille vide : qui demain aurait suffisamment de trimestres validés pour pouvoir prendre sa retraite à taux plein à 60 ans ? Dire que l'allongement des durées cotisations est inéluctable, c'est prendre les français pour des idiots.
C'est "inéluctable", si on ne veut pas taxer le capital et si on tient à ménager le MEDEF!
Car il suffit de faire reculer les prélèvements financiers en faisant cotiser tous les revenus financiers et de tourner le crédit vers la création d'emplois et non plus vers la spéculation financière.

Lire la suite...

 

TROIS PROPOSITIONS POUR FINANCER LES RETRAITES A TAUX PLEIN DES 60 ANS

Manif24J4H400.jpg
1ere proposition

Une réforme de l’assiette des cotisations patronales, la modulation de leur taux pour les rendre efficaces pour l'emploi. Aujourd'hui, plus une entreprise embauche et accroît les salaires, plus elle paye de cotisations.
Mais celle qui licencie, bloque les salaires et choisit les placements financiers contre l'emploi, en paye de moins en moins. Ainsi la part de charges sociales dans la valeur ajoutée dans le BTP est plus du double de celle des banques, des compagnies d’assurances.
C'est injuste et inefficace!
D'où la proposition d'une modulation du taux de cotisation : des taux beaucoup plus lourds pour les entreprises qui limitent les salaires et licencient (=Modulation en fonction d’un rapport masse salariale / valeur ajoutée).
Des taux relativement plus bas pour celles qui développent les emplois, les salaires, la formation. Cela pousserait à la création d’ emplois et à l’accroissement des salaires et donc aux rentrées de cotisations sociales.

Lire la suite...

 

A. Bocquet (PCF) à E. Woerth : Vous ne dites pas la vérité!

BocquetH250.jpg
Vous ne dites pas toute la vérité quand vous évoquez, comme hier, l'augmentation de l'espérance de vie pour justifier votre réforme rétrograde.
Espérance de vie, oui mais dans quel état de santé ?
Là est la question.
Une étude récente de l'Union européenne indique qu'en France, l'espérance moyenne de vie en bonne santé est de 63,1 ans pour les hommes et 64,2 ans pour les femmes. C'est dire !
Il est vrai que votre préoccupation prioritaire ainsi que celle du Président de la République est d'être des VRP zélés des sociétés du CAC 40 dont les fabuleux profits ont doublé au premier semestre, atteignant 41 milliards.
Contrairement à vos dires, celles-ci sont épargnées par votre réforme qui sera financée à 85 % par les salariés.

Lire la suite...

 

A Gauche, c'est le PS qui n'est pas à la hauteur : Aubry accepte l'allongement de la durée de cotisation

Assezsarko300.jpg
A gauche, sont apparues des différences de positionnement sur la question de l’allongement de la durée de cotisation.
Car les socialistes ne souhaitent pas revenir sur la réforme Fillon de 2003, celle qui allonge la durée de cotisation sans que cela règle la question du financement de nos retraites.
En effet, le PS partage le choix du gouvernement d’allonger cette durée de cotisation jusqu’à 42 ans en 2018 contre 40,5 ans aujourd’hui.
Les dirigeants socialistes acceptent donc que le nombre d'années de cotisations nécessaires pour pouvoir profiter d’une retraite décente augmente.
Avec Martine Aubry, F. Hollande, S. Royale ou DSK à l’Elysée, les travailleurs ne doivent pas se bercer d’illusion : il leur faudrait travailler plus longtemps pour avoir droit de prendre leur retraite à taux plein ! D'ailleurs, partout en Europe, conformément aux recommandations de la stratégie dite de Lisbonne approuvée à l'époque par L. Jospin, les gouvernements socialistes s'efforcent d'obtenir le recul de l'âge de la retraite...

Lire la suite...

 

Retraites : la lettre ouverte des 7 confédérations

L-Huma-speciale-retraite.gif
Le PCF lors de la Fête de l'Huma a rappellé son attachement au droit à la retraite à taux plein dès 60 ans.
Pour assurer ce droit à vivre pleinement sa retraite, il faut faire cotiser davantage le capital et éradiquer le chômage en réservant le crédit à la création d'emplois.
Le PCF s'inquiéte des renoncements du PS qui vilipende Sarkozy, mais accepte sur le fond l'allongement du durée de cotisation, ce qui revient à repousser dans les faits, l'age de la retraite.
Les Secrétaires généraux des 7 confédérations : CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, UNSA, FSU et Solidaires ont adressé une Lettre ouverte au Président de la République, Premier Ministre, aux membres du gouvernement, aux députés et sénateurs.
Voici son contenu.

Lire la suite...

 

Retraites : Alain Bocquet expose l'alternative des communistes

 

Avec les députés communistes, la colère sociale s'invite à l'Assemblée

ANH350.jpg
Lors des questions orales au gouvernement, les députés communistes et du Parti de gauche ont déposé, sous les huées de la droite, 120 000 pétitions au premier ministre.
La séance des questions orales au gouvernement a résonné des manifestations qui, dans tout le pays, rassemblaient des millions de citoyens contre le projet de casse de la retraite à 60 ans de Nicolas Sarkozy.
Après avoir, par la voix de Daniel Paul (PCF), dénoncé un gouvernement qui veut par sa réforme « en finir avec le socle social instauré à la Libération », les députés communistes et du Parti de gauche (PG) se sont tous levés pour dé''poser auprès du premier ministre, François Fillon, présent dans l'Hémicycle, les 100 000 pétitions recueillies tout au long de l'été par les militants communistes.

Lire la suite...

 

Retraites : Une autre réforme est possible : les députés communistes l’ont démontré !

ManifretraiteH400.jpg
C’est une mobilisation historique à laquelle nous avons assisté aujourd’hui dans les rues de France.
Devant ce raz-de-marée, Eric Woerth, présent sur le journal télévisé de TF1, n’a apporté aucune réponse aux exigences exprimées par les Français. Il a avoué avoir perdu la main sur le dossier et annonce que c’est Nicolas Sarkozy qui s’exprimera demain en Conseil des Ministres.
J’alerte donc solennellement le Président de la République : « vous ne pouvez pas ignorer la colère qui a gagné le pays. Les fondements de la réforme que l’Élysée s’entête à imposer qui sont aujourd’hui massivement rejetés ».
Celui qui croit encore pouvoir passer en force trouvera face à lui un pays mobilisé.%%% Depuis des mois, le gouvernement a beaucoup manœuvré. Il est maintenant temps d’écouter les salariés et leurs syndicats et d’apporter des réponses claires à leurs exigences. J’appelle à maintenir partout un très haut niveau de mobilisation dans les heures et les jours à venir.
Une autre réforme est possible : les députés communistes l’ont exprimé aujourd’hui avec force dans l’hémicycle à l’Assemblée nationale en déposant 120 000 pétitions sur le banc des Ministres.
Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

 

Les compliments de DSK (PS) à Sarko

dsksarko2.jpg
La note d’information du FMI, sur l’économie française, rendue publique le 30 juillet 2010, est un véritable recueil de félicitations adressées à la politique du gouvernement. Loin des contingences électorales, le socialiste Strauss-Kahn n’a pas à se retenir et à cacher son accord total avec la politique de casse économique et sociale de Sarkozy.

C'est d'ailleurs le même type de politique anti sociale actuellement mise en œuvre en Europe par les socialistes grecs ou espagnols, eux aussi au service des marchés financiers.
Voilà qui en dit long sur ce qu’il y a à attendre d’une simple alternance en 2012 et sur les illusions qui cherchent à détourner les travailleurs des luttes présentes.
Voici des extraits de cette note rédigée sous la direction du dirigeant socialiste français.
« Les administrateurs (du FMI) ont estimé que les mesures de relance budgétaire de 2009-10 étaient bien conçues, notamment la suppression de la taxe professionnelle. Étant donné la forte hausse de la dette publique, il conviendra, au cours des années à venir, de donner la priorité à un rééquilibrage crédible et sensible des finances publiques.
Les administrateurs ont félicité les autorités de leur détermination à ramener le déficit budgétaire global à 3 % du PIB d'ici 2013. Ils ont salué les mesures de rééquilibrage déjà identifiées, notamment la poursuite de la limitation des dépenses de l'administration centrale et le gel en valeur nominale des transferts aux collectivités locales.
La réforme annoncée des retraites est un élément clé de la stratégie d'assainissement et met l'accent à juste titre sur le relèvement de l’âge de la retraite. Il convient aussi de poursuivre les efforts visant à mieux maîtriser les dépenses de santé. »
« Les administrateurs ont observé que la rentabilité des banques françaises s'était améliorée au sortir de la crise et ils se sont félicités de voir confirmée la solidité des banques par les résultats des tests de résistance effectués à l'échelle européenne. »
« Les administrateurs ont insisté sur l'importance de poursuivre l'application du programme de réformes structurelles afin de rehausser la compétitivité, de stimuler la création d'emplois et de promouvoir l'innovation. Outre les politiques d’activation engagées sur le marché du travail et les mesures de formation, la modération du salaire minimum devrait être poursuivie afin de rétablir progressivement une échelle des salaires incitative pour les jeunes et les travailleurs peu qualifiés. »
Pour le PCF , la politique économique du gouvernement mène la France dans le mur.
Elle est illégitime et continue de se soucier de l’enrichissement de la bande du Fouquet’s, de l’essor des grandes fortunes et des profits financiers et immobiliers.
Il est temps de rompre avec ces orientations en menant d’un même mouvement, bataille pour les salaires et le pouvoir d’achat, bataille pour l’emploi et les qualifications et bataille pour les retraites et les services publics.
Il s’agit de mobiliser tous les financements pour une véritable relance au service de l'emploi, de sa sécurisation et de la promotion de toutes les capacités humaines.
C'est sur cette base là, pour prolonger les luttes, que doit s'opérer le rassemblement et se préparer la candidature communiste de rassemblement pour les Présidentielles.

- page 2 de 5 -

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs