Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Accès aux soins pour tous : URGENCE !

AAAimpsantno.jpg
Garantir l'accès aux soins pour tous, c'est d'abord développer le système hospitalier et la gratuité des soins. Il faut donc moderniser Beaujon - avec ses services de pointes et sa maternité - et non pas le condamner comme le gouvernements Fillion hier et Ayrault aujourd'hui.
Pour la santé aussi, l'austérité est mortifère !
Ensuite, c'est avancer vers la gratuité totale des soins en s'appuyant sur une conception solidaire de la sécurité sociale, hors des griffes des assurances privées. Franchises médicales, dépassements d'honoraires..., les restes à charge se sont accumulés au cours des années tandis que nos revenus n'augmentent pas.
Le renoncement aux soins progresse, particulièrement en dentaire et en optique, vu la modicité des remboursements dans ces domaines. C'est humainement inacceptable.
Mais c'est aussi économiquement absurde !
C'est un gâchis que d'attendre une complication comme une paralysie ou une insuffisance cardiaque plutôt que de prendre en charge à 100% le traitement de l'hypertension artérielle, retirée de la liste des affections de longue durée par le gouvernement Sarkozy ou de favoriser un accident par une absence de lunettes?
Rien dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2013 ne revient sur les franchises, les déremboursements, contre lesquels la gauche toute entière s'était battue !

Lire la suite...

 

L’augmentation de la TVA joue contre le financement de la protection sociale

AAAFaujtva.jpg
Les communistes et les socialistes avaient su dire non à la TVA « sociale » à la sauce Sarkozy.
Il est navrant de voir aujourd’hui Hollande, Ayrault et les députés socialistes reprendre cette recette libérale et la mettre en oeuvre.A partir du 1er janvier 2014, le taux normal, actuellement à 19,6%, sera porté à 20%.
20 milliards d'euros vont ainsi être ponctionnés dans la poche des ménages pour permettre de gonfler les profits et les dividendes des actionnaires. En pesant sur les consommateurs, la hausse de la TVA pénalisera plus fortement les consommateurs modestes, elle est foncièrement inégalitaire et aggrave les inégalités entre consommateurs modestes et aisés.
La hausse de la TVA accompagnée de la réduction des cotisations patronales est une machinerie destinée à faire baisser le coût du travail pour accroître les profits.
On soulage les patrons et les actionnaires en prenant dans la poche des salariés en tant que consommateurs.
Cette politique vise à reporter le financement de la sécurité sociale sur les ménages. Elle tend à peser sur la consommation populaire et à freiner la croissance réelle. Faut il rappeler que les cotisations sociales ne sont pas un poids pour l'économie réelle, mais un facteur positif ?
Les cotisations sociales sont une prise sur la valeur ajoutée, une partie de la valeur ajoutée qui ne va pas au profit et c'est pourquoi le principe de la cotisation sociale reste un principe moderne et révolutionnaire.
Les cotisations calculées en fonction des salaires versées sont prélevées sur la valeur ajoutée créée par les salariés eux-mêmes, elles servent à financer des prestations qui permettent de développer leur capacité contributive.
Chacun cotise en fonction de sa capacité contributive et peut recevoir des prestations en fonction de ses besoins, notamment s'il s'agit du système de soins.
Un principe inspiré du communisme, insupportable pour les capitalistes et les idéologues du système!
Les cotisations sont ainsi enracinées et source de dynamique économique, ce qui donne les moyens de financer la protection sociale.

Lire la suite...

 

Hôtel-Dieu et Beaujon : les urgences dans la ligne de mire

AAhotdi.jpg
Les usagers et les personnels de l'Hôtel-Dieu ont manifesté pour le maintien des urgences dans leur Hôpital.
A s'obstiner à faire prévaloir une logique comptable sur une logique médicale d'accès aux soins pour tous, les services d'urgences des Hôpitaux de l'AP-HP sont menacés de fermeture dans beaucoup d'endroits.
A Paris, comme à Clichy.
Plusieurs centaines de manifestants, personnel et usagers, sont venus défendre mercredi, à l'appel de la CGT de l’AP-HP, le maintien du service des urgences de l'Hôtel-Dieu, le plus ancien hôpital de la capitale.
Le service des urgences a pourtant accueilli 43 000 patients en 2011. Plusieurs services ont déjà été transférés à l'hôpital Cochin (XIVe arr).
La mort lente de l’Hôtel-Dieu n’est plus un mystère.
Depuis le début de l’année, les signaux négatifs se succèdent, annonçant à chaque fois la fin proche ou annoncée d’un nouveau service.
Du fait de structures d’accueil inadaptées et vétustes, l’Hôtel-Dieu doit subir une reconversion ou une rénovation.
En raison d’un coût estimé à 1 milliard d’euros pour une éventuelle rénovation, l’AP-HP (Assistance publique - hôpitaux de Paris) dirigée par le socialiste Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris et président du conseil de surveillance de l’AP-HP, a choisi la première solution, moins coûteuse, mais qui implique la fin de l’Hôtel-Dieu en tant que grand hôpital de proximité du centre-ville.
"Nous nous opposons à la décision de la Commission médicale d'établissement (CME) de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) qui a récemment voté la "fermeture progressive" des urgences de l'Hôtel-Dieu. Il faut déconnecter la question financière de l'offre de soin aux patients", a déclaré Rosemay Rousseau de l'Usap CGT.
Au total, les urgences (ophtalmologiques, médico-judiciaires et médico-chirurgicales) "accueillent 300 malades par jour, elles servent à quelque chose! Or, ce ne sont pas les médecins qui veulent les fermer mais des personnalités externes", a précisé Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu.
Parmi les personnalités venues apporter leur soutien, figurait l'urgentiste Patrick Pelloux. "Cette fermeture, ce sont des milliers de malades qu'il faudra basculer sur d'autres sites, tous saturés avec plusieurs heures d'attente pour les malades", a-t-il déclaré.
Le cortège s'est dirigé vers l'Hôtel de ville afin d'interpeller le maire de Paris Bertrand Delanoë qui s'était prononcé fin octobre "personnellement très attaché" au maintien des urgences de l'Hôtel-Dieu.

 

IL FAUT FINANCER L’HOPITAL PUBLIC

AAfaujhopy.jpg
Les Hôpitaux de proximité et de haut niveau comme Beaujon doivent avoir les moyens de remplir leur mission.
Le projet de Financement de la Sécurité Sociale 2012 (PLFSS 2012) vient d’être voté en première lecture avec l’opposition argumentée du groupe Front de Gauche.
En effet, les propositions du gouvernement socialiste pour la première année de la mandature révèlent une continuité désolante avec les politiques des dix dernières années.
La logique comptable fait passer la réduction des dépenses de santé avant la satisfaction des besoins de la population, la fiscalisation rampante casse notre système de protection sociale solidaire et universelle, la tarification à l’activité (T2A) ne permet pas aux hôpitaux publics de faire face à leurs obligations de service publique de santé.
La loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST) inchangée organise toujours la mise en concurrence du public/prive, les restructurations et/ou fermetures de services et établissements.
Beaujon est sommé de se regrouper avec Bichat, Mourier...Sa maternité est menacée de fermeture alors que le dernier drame de Figeac vient cruellement d’éclairer les conséquences funestes pour les patients de ce genre de décisions administratives !
Après les élections de mai/juin, nous étions endroit d’attendre une rupture significative avec ces politiques destructrices ! Il n'en est rien.

Lire la suite...

 

Le buget 2013 d'austérité mauvais pour la Sécu et l'accès aux soins

AAAFaujmat.jpg
Le projet de budget de la Sécurité sociale 2013 (PLFSS) va continuer d’aggraver les inégalités face à l’accès aux soins.
Avec une gestion inefficace car uniquement orientée vers la gestion d’un déficit prévisionnel, ce PLFSS ne répondra ni aux besoins des populations, ni aux demandes urgentes des personnels.
La Sécurité sociale n’échappe pas à l’austérité.
Le gouvernement a en effet choisi la continuité avec ses prédécesseurs, en appliquant à la Sécurité sociale la fameuse règle d’or, au nom de la réduction des déficits publics et sociaux à 3?% du PIB en 2013.
Dans ce PLFSS voté cette semaine à l’Assemblée nationale, difficile de trouver des signes réels de changement.
Les mesures rétrogrades et aggravant les inégalités de l’époque Sarkozy sont maintenues : franchises médicales, multiples déremboursements de médicaments, hausse du forfait hospitalier, taxe sur les mutuelles, jour de carence pour les arrêts maladies des agents de la fonction publique ou encore fiscalisation des indemnités journalières des victimes d’accidents du travail.
Dans les hôpitaux publics, la trop faible hausse des dotations budgétaires pourrait entraîner la suppression d’à nouveau 15 000 à 20 000 emplois, alors que des coupes drastiques dans ses effectifs ont déjà eu lieu au détriment de la qualité de l’accueil des patients.
Rappelons que malgré le drame de Brive où une maman a perdu son nouveau né, faute d'une maternité à proximité, la fermeture de la maternité de Beaujon reste programmée.
C'est ça le changement ? Décidément ni F. Hollande, ni le gouvernement Ayrault, ni le PS font le poids face au MEDEF et aux exigences de la Droite!
Des patrons se travestissent en monstres d'égoïsme et d'ingratitude pour eux ne compte que le profit et les dividendes des actionnaires.

Lire la suite...

 

Le drame qui accuse les fermetures de maternités et d'hôpitaux

AAAHop.jpg
Alors que le réseau des maternités a été amputé des deux tiers en France en tris décennies, la mort d'un nouveau-né au bord d'une route, dans le Lot, souligne l'urgence de stopper les restructurations hospitalières, qui mettent la santé en danger.
"Désormais, la carte de France est mitée de zones où l’on ne peut plus compter que sur la chance si l’on est victime d’une pathologie qui réclame des soins urgents. ", écrit l'Humanité.
Le drame, au bord de l’autoroute A20 en direction de Brive, trouve un retentissement d’autant plus fort dans l’opinion que chacun peut s’identifier à ce jeune couple, au parcours interminable pour rejoindre une équipe médicale, au désarroi puis au désespoir quand la petite vie s’évanouit avec le temps qui passe.%%% Les jeunes parents , comme plus de la moitié des habitants du Lot, étaient à plus de 30 minutes d’une maternité…
Les arguties comptables de ceux qui trouvent la santé toujours trop chère ne tiennent plus devant les conséquences de leurs raisonnements et le docte aplomb des professionnels de la «?rigueur?» en prend un coup.
A Clichy, la fermeture des urgences et d'autres services de l'Hopital Beaujon pourraient provoquer de tels drames parfaitement prévisibles.
En banlieue où les embouteillage rallongent les temps de trajet, le regroupement des Hôpitaux imposé par le dirigeant socialiste de l'Agence Régionale de Santé Claude Evin et la Droite, se traduit déjà par un rallongement du temps d'intervention des urgences.

Lire la suite...

 

AP-HP : Manif devant le siège parisien

AvAPHP.jpg
Vu sur l'Humanité, ce compte rendu de la manifestation de mardi des syndicaliste de l'AP-HP , dont Beaujon fait partie, devant le siège parisien.
La mobilisation des personnels et des clichois est d'autant plus indispensables qu'outre l'attaque contre les urgences, la réorganisation des secours se fait au détriment de la vitesse d'intervention.

Bravant le vent et la pluie, plus de 300 élus syndicaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés (...) à l’appel d’une intersyndicale (CGT, SUD, CFDT, FO, CFTC) devant le siège de l’institution, au cœur de Paris, pour réclamer l’ouverture de négociations sur les moyens d’exercer leurs mandats, et plus largement sur la politique en vigueur au sein des établissements.
Peu après 9 heures, la façade du bâtiment haussmannien s’est retrouvée en quelques minutes drapée de banderoles dénonçant les effets des restructurations : « Les outils, c’est bien ; avec du personnel, c’est mieux », pouvait-on ainsi lire sur les murs.
Pendant ce temps, une partie des élus, réunis dans la salle des instances de l’établissement, refusaient de siéger au comité technique d’établissement (CTE) central si des négociations n’étaient pas ouvertes. « Avant la loi HPST, nous avions un CTE par établissement.
Désormais, il n’y en a plus qu’un par groupement hospitalier. De fait, nous avons perdu 437 élus », dénonce Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l’Usap-CGT.

Lire la suite...

 

Dépassements d’honoraires : « le résultat de la marchandisation de la santé »

africsant_.jpg
Une enquête de 60 millions de consommateurs révèle des dépassements allant jusqu’à 10 fois le tarif remboursé par la Sécurité sociale.
Le PCF ne s’étonne nullement d’une telle situation qui est le résultat d’une politique mise en place depuis des décennies, d’ajustement des besoins médicaux au regard de celui du Patronat, de la médecine ultralibérale comme des assurances privées.
Après les dents et les lunettes, c’est toute la santé qui devient depuis dix ans une marchandise.

Lire la suite...

 

La santé malade du sarkozysme

avec_hop.jpg
Le Quinquennat de l'homme du Fouquet's se termine enfin : il aura été, sans conteste, celui d’un formidable recul dans les domaines de la santé et de la protection sociale.
Le niveau tristement record du renoncement aux soins en témoigne.
Notamment chez les jeunes, chez les étudiants et dans les familles modestes.
Sarkozy a multiplié les baisses de remboursements de soins et de médicaments. Les tarifs des mutuelles augmentent. Avec l'aide du socialiste C. Evin, patron de l'Agence Régionale de Santé, Sarkozy et Bachelot maltraitent l’hôpital public, prévoient leur regroupement et programment la casse de Beaujon à Clichy.
En cinq ans, les menaces se sont accumulées à Beaujon sur les Urgences, la Psychiatrie, la cardiologie et nombres de services sont en sous effectifs et le personnel est à bout..
Leur crédo est une folie sur le plan humain et médical : pour ces technocrates l'hôpital doit être "rentable" et géré comme une entreprise.
Cette approche capitaliste est un recul de société. Si on les laisse faire, bientôt n'auront plus accès aux soins que les riches, les privilégiés. La carte bleue remplacera la carte vitale!
Avec le PCF, il faut dire stop!
Cette casse prend aussi le visage de la mise en concurrence permanente, celui des partenariats publics-privé (les PPP) dont l’exemple emblématique est le scandale de l’hôpital Sud-Francilien.
Il est vraiment indispensable d’en finir avec ce détricotage violent et systématique de la protection sociale pour notre pays et son peuple.
Oui, une autre politique de santé et de protection sociale réellement solidaire est possible !

Lire la suite...

 

NON, au médicament marchandise! avec le PCF, OUI à un pôle public du médicament en France, en Europe et dans le monde !

artonm_doc1809.jpg
L’affaire du Médiator, hier, celle des Prothèses implants mammaires, aujourd’hui, et quoi encore demain, ont révélé à quel point pouvoir politique, pouvoir médicale et économique pouvaient être liés, créant une exigence de plus de démocratie sanitaire dans ce domaine comme dans d’autres.
Sortir le médicament du marché est une des exigences des communistes, tant la place du médicament dans l’économie sanitaire et sociale est importante.
Avec plus de 21 milliards d’euros en 2009, les remboursements de médicaments représentent le premier poste de dépense des soins de ville.
Des dépenses qui ont explosé en12 ans et dont le taux de remboursement moyen, devenu le plus faible depuis la création de la Sécu, amène nombre de Français à renoncer à des soins mettant en danger leur propre santé.

Lire la suite...

 

Fraudes à la Sécu : les cinq mensonges de Sarkozy

Alatribsarko.jpg
Tandis que ?le gouvernement instaure ?une journée ?de carence pour les fonctionnaires et une quatrième pour les salariés du privé, le président annonce une réforme ?du financement de la Sécu.
«La fraude, c’est la plus terrible et la plus insidieuse des trahisons de l’esprit de 1945. C’est la fraude qui mine le fondement même de la République sociale?», rien de moins?!
Candidat ou président?? Nicolas Sarkozy a en tout cas revêtu hier à Bordeaux le costume d’un «?protecteur?» du modèle social français, tout à la fois pour pourfendre les fraudeurs de la Sécu, assurer le SAV (service après-vente) de sa réforme des retraites – qui aurait selon lui sauvé le système par répartition –, et annoncer la mise en chantier d’une réforme du financement de la protection sociale.
L’habillage est très «?idéologique?», sur le modèle de la campagne de 2007, avec maintes références au programme du CNR, au général de Gaulle et «?aux frères d’armes?» de la Résistance. Le terrain sur lequel s’engage le candidat-président paraît, au regard de ces évocations, plutôt décalé et même déplacé.
Car c’est celui de la droite dite «?populaire?» et de l’extrême droite?: les pauvres, ces «?assistés?», et les fonctionnaires comme boucs émissaires. Un terrain labouré depuis des mois par l’UMP.

Lire la suite...

 

Pour un Système de Santé Solidaire : Refusons la privatisation de notre Santé

621646509.jpg
Nous l’avions dénoncé, nous l’avions combattu, et les premiers mois d’application le confirment, les effets de la Loi HPST sont désastreux pour la santé dans notre région.
Il faut stopper la folie de l’Agence Régionale de Santé.
Elle programme la mort à terme de Beaujon.
A marche forcée, R. Bachelot , l’ancien ministre socialiste de la santé, Claude Evin et l’Agence Régionale de la Santé (ARS) entendent restructurer et privatiser notre système de santé et de protection sociale.
En Ile de France, on ne compte plus les fermetures de services, les suppressions d’emplois. L’Hôpital n’est pas le seul secteur concerné.
L’actualité de la santé en danger, c’est aussi le projet de loi sur la psychiatrie, c’est encore la suppression d’emplois à SANOFI-AVENTIS, les menaces sur les collectivités et les centres de santé, la taxe sur les mutuelles, les déremboursements de médicaments.…
Ces mesures antisociales conduisent à une accélération de l’inégalité d’accès aux soins :
40% de la population retardent ou renoncent à se soigner, et 5 millions n’ont pas de mutuelle ! A Clichy, Beaujon doit guérir pas mourir !
Dialogue clichois fait le point sur Beaujon.

Lire la suite...

 

Le gouvernement oblige les mutuelles à augmenter leurs cotisations en 2012

Impotsante.jpg
L'alourdissement de la taxation par le gouvernement des contrats de santé des mutuelles va pousser ces dernières à augmenter en moyenne leurs tarifs de 4,7% en 2012, a indiqué la Mutualité française.
Selon les explications données à la presse par le président de la Mutualité française Etienne Caniard, la taxe sera répercutée sur les cotisations des mutualistes à hauteur de 3,2% auxquels il faudra ajouter 1,5% correspondant à "l'évolution tendancielle des dépenses de santé" et à une "extrapolation des économies" décidées dans le cadre du budget de la Sécu, notamment des déremboursements de certains médicaments.

Lire la suite...

 

LE MÉDICAMENT N’EST PAS UNE MARCHANDISE, exigeons un Pôle public du médicament, par le Dr Fabien Cohen

Blocklmedic.jpg
Si nous sommes d’accord pour affirmer que la santé est un bien universel et non une source de profit, il nous faut y inclure le médicament.
Pour ce dernier, il nous faut partir des besoins réels des gens, de leur évolution, et de la nécessite de créer les conditions d’y répondre tant en France, en Europe que dans le monde.
On ne peut pas parler « industrie pharmaceutique» en ne parlant que de l’industrie française, car de fait celle-ci n’existe plus, elle s’est mondialisée.
La recherche n’est pas à la hauteur de ces besoins et de leurs évolutions. La politique de réduction des dépenses publiques et la pression des complémentaires jouent aussi un rôle négatif sur la situation du médicament en France.
C’est pourquoi le PCF fait de la sortie du médicament du marché une de ses principales préoccupations.

Lire la suite...

 

Beaujon : Délégation du personnel et des Clichois à l'Agence Régionale de Santé

ARS1.jpg
Le 1er juin, une délégation composée de personnels de Beaujon, de clichoises et de clichois, accompagnés de Guy Schmaus et de militants communistes s'est rendue au siège de l'Agence Régionale de Santé, à Paris, pour défendre l’Hôpital Beaujon de Clichy.
La délégation a été reçue par le directeur de cabinet de Claude Evin, le patron de l'Agence.
Elle a rappelé l'exigence des personnels et des clichois du maintien de l'Hôpital sur Clichy qui doit rester un hôpital d'excellence et de proximité et disposer des moyens de son développement.
Les syndicalistes ont eu l'occasion de dénoncer le fait que 200 emplois ont été supprimés sur deux ans. Les conditions de travail ne cessent de se détériorer dramatiquement sur Beaujon ce qui commence à poser de graves problèmes.
Actuellement dans le collimateur des démolisseurs de la santé publique, le Service des Urgences (15 médecins, 30 infirmières et 20 aides soignantes et 27 000 admissions de patients chaque année)
ARSBeau.jpg
Il faut le sauver : un hôpital sans urgence, sans service d'excellence est un hôpital sur le déclin.
Faute de capacité d'accueil et de soins dans le cadre de l’hôpital public, trop de patients admis aux urgences sont dirigés vers des structures privées dont l'objectif essentiel est la rentabilité avant la santé.
Guy Schmaus a souligné que le conseil municipal de Clichy s'était réuni deux fois sur la situation de Beaujon et s'était prononcé à chaque fois à l'unanimité sur la nécessité de sauver l'Hôpital.
Il a également insisté sur la nécessité d'abroger la loi HPST (Hôpital-patient Santé- Territoire) dite Bachelot et a exigé des mesures concrètes. Le représentant de l'ARS, dans ses réponses, a botté en touche du côté de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris....
Une évidence : la mobilisation des clichois autour de leur Hôpital doit prendre davantage d'ampleur pour se faire entendre.

 

L’hôpital en proie à la déshumanisation, par Christophe Prudhomme, médecin urgentiste (syndicaliste CGT)

chPrud.jpg
L’Hôpital Beaujon est menacé de dépérissement et de démantèlement service par service.
A commencer par le service des Urgences, que l' Agence Régionale de Santé, dirigée par l'ancien ministre socialiste Claude Evin, aujourd'hui exécuteur des basses œuvres de R. Bachelot et de Sarkozy, veut fermer, à l'occasion du départ de son responsable.
Ch. Prudhomme, médecin urgentiste nous rappelle l'importance de l’hôpital public dont l'existence est incompatible avec les exigences de rentabilité.
L’hôpital ne doit pas devenir une entreprise de production de soins.
Le mot hôpital vient du latin hospitalus domus, c’est-à-dire maison où l’on reçoit les hôtes. Les personnels continuent à appeler le service d’hospitalisation ?des urgences, le « service porte », et négligent les acronymes barbares inventés par les technocrates. ?
Ces rappels sont essentiels pour bien comprendre le rôle de l’hôpital dans la société. Un hôpital est un établissement destiné à dispenser aux malades des soins spécifiques qui ne peuvent être donnés à domicile.
On ne vient donc pas à l’hôpital par plaisir mais dans une situation de détresse physique, morale et parfois sociale qui nécessite une prise en charge spécifique, assurée par un ensemble de professionnels qui travaillent avec un même objectif, soulager cette détresse pour permettre un retour à domicile dans de bonnes conditions.

Lire la suite...

 

Défendons Beaujon et notre santé !

Hferm_.jpg
Le 2 avril dernier, tout ce que la santé comptait de personnels, de syndicats, de comités d’usagers, d’associations, de militants de gauche et parfois aussi classés à droite se sont donnés rendez-vous pour pousser ensemble un grand cri de colère.
Les communistes Clichois appellent au développement de la mobilisation pour sauver et développer Beaujon, menacé par la droite, Sarkozy, Fillon, Bachelot et le socialiste Claude Evin, directeur de l'Agence Régional de Santé.
L'argument de la réduction des dépenses publiques n'est pas recevable quand on voit la France dépenser chaque jour des millions d'euros, pour faire la guerre dans des opérations néo-colonialistes en Libye, en Afghanistan, en Côte d'Ivoire.

Lire la suite...

 

Défendons Beaujon et l'Hôpital Public

APHPsol250.jpgLes luttes sont porteuses d’exigences nouvelles. A Beaujon, c'est la survie de l'Hôpital qui est en cause.
Devant l’importance et la diversité des mobilisations pour la défense de l’Hôpital public, dans toutes les régions, les communistes souhaitent un large front de lutte face au laminage orchestré par N. Sarkozy, F.Fillon, X. Bertrand et leur exécuteur des basses œuvres, le socialiste C. Evin, directeur de l'Agence Régionale de santé d'Ile de France.
Des luttes, qui font rarement la une des médias, mais qui sont néanmoins porteuses d’exigences nouvelles et de perspectives, depuis l’entrée en Résistance des personnels, des usagers, des élus, avec les populations face à la Loi Hôpital, Patient, Santé et Territoires (HPST).
Avec leurs syndicats, les salariés dans leur diversité ont engagé des luttes frontales pour l’emploi, la formation, les salaires, la retraite partout, dans tous les services, les urgences, les blocs, les services de pointe comme la cancérologie ou les maternités, les services de gériatrie, de psychiatrie…

Lire la suite...

 

Le PCF dénonce la mise à l'index de la Santé

cochsant250.jpg
Faisant suite à une mise en scène aussi longue que méprisante pour la population, le « nouveau Premier Ministre » a désigné Xavier Bertrand, Ministre du travail de l’emploi et de la Santé alors que Roselyne Bachelot récupère les Solidarités et la Cohésion sociale.
Après avoir dépecé l’hôpital public, les services déconcentrés du Ministère de la santé et imposé un recul démocratique considérable dans la santé, Roselyne Bachelot prend en charge le dossier de la dépendance.
Le pire est à craindre de cette ancienne collaboratrice des groupes pharmaceutiques qui veillera, à n’en pas douter, aux intérêts du MEDEF dans le dossier du financement de la dépendance.
Il est parfaitement ahurissant que la santé soit reléguée au rang de Secrétariat d’État alors que c’est une des toutes premières préoccupations des Français-e-s.
Nora Berra occupera ce poste déqualifié. Médecin aux Hospices Civils de Lyon tout en étant médecin au sein de trois des principaux groupes pharmaceutiques, la nouvelle Secrétaire d’État continuera de cultiver le conflit d’intérêt, qui reste la marque de fabrique des gouvernements de l’ère Sarkozy. Il n’y a rien de bon à attendre de cette « nouvelle » équipe.
La santé et la protection sociale sont en danger.
Le PCF dénonce la mise à l’index de la Santé et appelle à la mobilisation et à l’intervention de tous les professionnels, personnels et usagers pour préserver ce bien précieux pour la population.
Communiqué du Parti communiste francais

 

APHP : Le plan stratégique de tous les dangers !

CGTHOP400.jpg
« Le plan de tous les dangers » c’est ainsi que l’USAP CGT qualifie le plan stratégique 2010/2014 voté le 15 septembre dernier par le conseil de surveillance de l’Assistance publique hôpitaux de paris (APHP).
Rappelons que sous la houlette conjointe de la ministre UMP R. Bachelot et de l'ancien ministre socialiste C. Evin, Président de l'Agence régionale de santé (ARS) s'organise la casse du système hospitalier francilien (dont Beaujon, à Clichy fait partie), laquelle compromet gravement l'offre de soin.
Voici le communiqué de l'USAP CGT.

L’USAP CGT estime que le plan stratégique 2010 / 2014 dans sa déclinaison actuelle, ne présente pas les garanties indispensables pour une offre de soins publique de qualité et de sécurité pour la population.
Il a été voté à 5 voix contre (élus du personnel, de la région, et de la mairie de Paris) et 10 voix pour.
Il est élaboré dans le droit fil de l’obligation de retour à l’équilibre et du plan d’économie imposé par le gouvernement en contradiction avec le projet médical.

Lire la suite...

- page 1 de 4

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs