Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Service Public

Fil des billets

(1) Electricité : Fillon et l'Union Européenne déblaient le terrain pour les spéculateurs

edf-m_0.jpg
Le gouvernement veut livrer un quart de la production électrique nationale d’EDF aux intérêts privés. Dans une lettre du premier ministre, François Fillon, adressée à la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, le chef du gouvernement décrit précisément une nouvelle organisation du marché de l’électricité (Nome).
Cette nouvelle étape dans la libéralisation du secteur devrait être franchie avec l’adoption d’une proposition de loi après les élections régionales...

Lire la suite...

 

(2) F. Imbrecht (CGT-EDF) : "Un hold-up au profit d'intérêts privés"

edf-gdf.jpg
Pourquoi qualifiez-vous la loi Nome de « hold-up » ?

FRÉDÉRIC IMBRECHT. Pourquoi cette loi, alors que Bruxelles reconnaît que le marché français de l’électricité est suffisamment ouvert à la concurrence ? Parce que le gouvernement et les concurrents d’EDF, comme Poweo, Direct Énergie ou GDF Suez, constatent que la concurrence ne fonctionne pas en France.
Les Français sont restés, dans leur écrasante majorité, fidèles aux tarifs réglementés. Et pour une raison simple : le prix de l’électricité en France est « trop bas » pour que la concurrence puisse se développer.
Les entreprises privées qui ne produisent pas ou très peu d’électricité peinent à prendre pied sur le marché, car leurs offres ne sont pas compétitives. Le projet de loi Nome vise donc à surenchérir artificiellement le prix de l’électricité.
Or, si le prix de l’électricité en France est historiquement faible, c’est en raison du choix qui a été fait de développer un parc nucléaire qui fournit aujourd’hui 80 % de la consommation.
La loi Nome est un hold-up, parce que l’on va offrir un quart de la production, que les Français ont payée avec leur facture, à Poweo, Direct Énergie et GDF Suez pour qu’ils puissent réaliser des profits au seul bénéfice de leurs actionnaires.

Lire la suite...

 

21 janvier: les Services publics se mobilisent

greve-generale.jpg
Dans la Fonction publique, les organisations CGT (Union générale des fédérations de fonctionnaires, Fédération de l’ensignements de la recherche et de la culture, Fédération nationale des travailleurs de l’état pour les fonctionnaires, Services publics, Equipement, Finances), FSU et Solidaires appellent les agents à une journée de grève le 21 janvier, jour de l’examen par le Sénat du projet de réforme territoriale.
Les syndicats veulent également s’opposer à la loi dite de mobilité et des parcours professionnels, votée fin juillet 2009 et qui remet en cause, de fait, la garantie de l’emploi pour l’ensemble des fonctionnaires.

Les trois fédérations de la fonction publique CGT, FSU et Sud exigent ainsi dans leur préavis :
- le retrait des projets actuels de réforme territoriale et de suppression de la taxe professionnelle ;
- le maintien et le renforcement des garanties statutaires pour assurer aux citoyens un service public égalitaire, ce qui passe notamment par l’abrogation de la loi dite de mobilité ;
- un vaste débat citoyen, avec les personnels et les usagers, sur l’organisation des missions publiques en préalable à toute réforme ;
- une refonte de la fiscalité locale permettant le financement pérenne des missions et de l’emploi, et la résorption des inégalités de ressources entre collectivités ;
- le rattrapage des pertes de salaire et l’augmentation significative de la valeur du point d’indice ;
- une loi de titularisation pour les près de 30% d’agents non titulaires de la Fonction publique territoriale.

 

A. Le Pors : La fonction publique, création continue au service de l'efficacité sociale

Fonc400.jpg
A la veille d'une nouvelle grève de la fonction publique le 21 janvier, Anicet Le Pors, ancien ministre communiste, revient sur le caractère progressiste du statut général des fonctionnaires.
La Fonction publique à la française doit être une création continue. Il insiste sur l'idée que les fonctionnaires peuvent participer à la construction d'une société plus solidaire, davantage dégagée des intérêts marchands.

En 1983 et 1984, sous votre responsabilité, la loi a modernisé la fonction publique et les statuts des fonctionnaires. Où en est-on aujourd’hui ?

Anicet Le Pors. Quatre lois en 1983-1984-1986 ont créé une fonction publique à « trois versants », sur la base d’un statut général des fonctionnaires comprenant un titre 1er regroupant les droits et obligations de tous les fonctionnaires, les trois titres suivants étant relatifs respectivement à la fonction publique de l’État, à la fonction publique territoriale et à la fonction publique hospitalière, l’ensemble regroupant 5,2 millions de fonctionnaires.
L’unité de cette architecture était essentiellement fondée sur trois principes : l’égalité, l’indépendance, la responsabilité, ancrés dans notre tradition républicaine.

Lire la suite...

 

Electricité : Gare au piège et pis c'est tout !

piegejus.jpg
La distribution d’électricité dans notre pays a été ouverte à la concurrence pour les particuliers le 1er juillet 2007 (dès 2004 pour les professionnels).
Souvenons-nous qu’en mars 2002, au sommet de Barcelone, le premier ministre socialiste de l’époque, Lionel Jospin, et le président Jacques Chirac avaient ratifié la « libéralisation » des marchés de l’électricité et du gaz.
Depuis les entreprises françaises qui avaient quitté les tarifs régulés ont vu leur facture flamber : +65 % en moyenne entre 2004 et 2007 pour les entreprises ayant opté pour le marché selon l’UFC-Que choisir ? De quoi refroidir les ménages qui, pour le coup, ont été très peu sensibles aux sacro-saintes "vertues" de la concurrence.
Face à cette défiance des français vis-à-vis des opérateurs privé, le gouvernement a mis en place un dispositif transitoire dit de « réversibilité » permettant aux particuliers et aux entreprises ayant opté pour une offre à prix de marché depuis plus de six mois de revenir au tarif règlementé.
Or, de fait, depuis le 1er janvier dernier, ce dispositif « transitoire » a pris fin. En effet, cette «réversibilité» n’a été accordée que jusqu’au 1er juillet 2010. Compte tenu du délai de 6 mois, les consommateurs souscrivant un contrat à prix de marché à partir de janvier 2010 ne pourront plus en bénéficier !
Attention donc aux offres alléchantes des fournisseurs privés et d’EDF lui-même qui ont déjà lancé l’offensive. Soyez certain que dans les semaines qui viennent des opérateurs téléphoniques ne manqueront pas de vous prouver par A + B qu’il faut changer de contrat et que vous pouvez faire d’importantes économies sur votre facture électrique.
Soyez vigilant et un conseil ne cédez pas aux sirènes de la concurrence, vous pourriez vous en « mordre les doigts » et sans possibilité de faire marche arrière !
La FNCCR* invite d’ailleurs «les consommateurs à la plus grande prudence avant de souscrire aux offres à prix de marché et rappelle que les tarifs règlementés, garantis par l’Etat, leur apportent la meilleure protection de stabilité dans la durée.» A bon entendeur salut !

  • Fédération nationale des collectivités concédantes et régies

 

Fonctionnaires, usagers, salariés du publics et du privés, retraités, tous solidaires !

CGT92400.jpg
Ci dessous, Dialogue clichois porte à votre connaissance le texte signé par les 3 organisations (CGT, la FSU et SUD) appellant à la mobilisation à partir du 18 janvier avec un appel à la grève dans toute la Fonction Publique, le jeudi 21 janvier 2010

Encouragés par le patronat, le Président de la République et son gouvernement ont décidé de s’attaquer frontalement à la Fonction publique territoriale, au service public local et au statut des fonctionnaires territoriaux.

Complété par la réforme de la taxe professionnelle et les attaques contre le Statut de la Fonction publique, le projet de réforme territoriale s’attaque à la décentralisation et vise trois des pans du pacte républicain : la démocratie locale, le financement pérenne des services publics et le Statut comme garantie pour toutes les citoyennes et citoyens d’un service public égalitaire.
Ces projets font peser de très lourds dangers sur les missions des services publics territoriaux, ainsi que sur l’emploi public et le statut des fonctionnaires territoriaux.

La suppression de la taxe professionnelle, l’assèchement des ressources des collectivités locales, visent à conduire de fait à la généralisation de la Révision générale des politiques publiques (RGPP déjà en œuvre à l’Etat avec le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux) au sein de nos collectivités, avec comme conséquence la limitation des activités de services publics et le transfert de pans entiers d’activités, assurées aujourd’hui en régie, vers le secteur privé, voire à leur abandon.

Nous constatons d’ailleurs, et déplorons, que de nombreuses collectivités s’engagent d’ores et déjà dans la mise en œuvre de cette politique gouvernementale. Des luttes sont engagées dans des collectivités (suppressions de missions, remise en cause d’acquis sociaux, précarisation de l’emploi, etc.), luttes que nous soutenons et encourageons.

Face à ces attaques, et à l’occasion de l’examen par le Sénat du projet de réforme territoriale, nos organisations appellent les personnels territoriaux à une semaine de débats en assemblée générale dans chaque collectivité à partir du 18 janvier 2010, pour construire un temps fort d’action, de grève et de manifestations le jeudi 21 janvier. Nous appelons nos équipes militantes à préparer ensemble ces initiatives.

Nous exigeons :


  • une loi de titularisation pour les près de 30% d’agents non titulaires de la Fonction publique territoriale.
  • le rattrapage des pertes de salaire et l’augmentation significative de la valeur du point d’indice.
  • une refonte de la fiscalité locale permettant le financement pérenne des missions et de l’emploi, et la résorption des inégalités de ressources entre collectivités.
  • un vas te débat citoyen, avec les personnels et les usagers, sur l’organisation des missions publiques en préalable à toute réforme.
  • le maintien et le renforcement des garanties statutaires pour assurer aux citoyens un service public égalitaire, ce qui passe notamment par l’abrogation de la loi dite de mobilité.
  • le retrait des projets actuels de réforme territoriale et de suppression de la taxe professionnelle.

Nos organisations conçoivent cette semaine d’action comme s’inscrivant dans un processus de mobilisation dans la durée, permettant les convergences avec les usagers et l’ensemble des acteurs attachés au service et à l’emploi publics territoriaux, et à leur développement.

 

Le service public avant le profit

service_publicPCF350.jpg
On ne peut certes maîtriser ni les caprices du temps, ni parfois les maladies.
Mais des décisions politiques pourraient en limiter largement les dégâts. Ainsi, on ne peut comprendre qu’un peu de neige puisse bloquer les trains les plus modernes et sophistiqués du monde, sans mettre ce fait en lien avec la réduction des moyens apportée aux services publics. Le nombre des personnels comme l’entretien du matériel.
De même, la réduction des moyens des services publics de l’équipement ne permet pas de garantir l’entretien convenable de toutes les routes et le déneigement lorsque c’est nécessaire.
Voilà maintenant qu’on nous annonce régulièrement le risque de difficultés d’approvisionnement en électricité sur certaines parties du territoire !

Lire la suite...

 

Déclaration du comité national pour des états généraux des services publics

SPTout.jpg
Après les batailles sur l’eau, le rail, l’éducation, la santé… La votation citoyenne en défense de La Poste vient de démontrer à la fois le fort potentiel de résistance et d’attachement aux services publics existant dans la population, l’efficacité de l’unité la plus large et l’importance de mettre ensemble citoyenn-es/usagé-e-s, personnels et élu-e-s.
La résistance est indispensable, mais nous ne pouvons nous contenter de défendre un existant que nous voulons transformer, ni nous résigner à le faire dans le cadre d’un choix de société par nature antagonique à l’essence du Service Public (SP). Il nous faut reprendre l’offensive idéologique sur le terrain du Service Public (et pas seulement de tel ou tel Service Public).



Les politiques néolibérales viennent d’exploser dans une crise économique, sociale et environnementale qui confirme à la fois leur inefficacité, leur coût et l’injustice qu’elles produisent.
Nous sommes convaincus que notre époque est celle d’une prise de conscience par les peuples de l’unité de leur destin. Nombre de biens et de services sont appelés à entrer dans le patrimoine commun de l’humanité ce qui appelle une large appropriation sociale et la mise en œuvre de services publics à tous niveaux : local, national, international, mondial.
Le XXI° siècle peut et doit être l’ « âge d’or » du service public. En raison de son expérience et de son histoire, la contribution de notre pays pourrait être essentielle dans cet avènement.
(lire la suite de la déclaration)

Lire la suite...

 

Services publics et territoires : où va-t-on ?

braderie350.jpg
Depuis bientôt un quart de siècle les services publics et plus particulièrement ceux qui répondent le plus directement aux missions d’intérêt général sont soumis aux attaques de la marchandisation.
Rappelons-le, la Fonction Publique est au cœur de la notion de service public, lui-même vecteur de l’intérêt général dont la prise en compte remonte loin dans notre histoire.

Les services publics dépecés

Avec l’arrivée de la droite sarkozyste, répondant aux nouvelles exigences du capitalisme, les attaques se sont diversifiées et intensifiées. (lire la suite sur la politique de révision générales des politiques publiques, la RGPP)

Lire la suite...

 

Suppression de la taxe professionnelle: Débat de dupes autour de la disparition d’un impôt essentiel, par Jean-Marc Durand

Taxe_professionnelle_W-.jpg
Raffarin, Juppé et des élus de droite font mine de s'opposer à la disparition de la taxe professionnelle, ressource importante pour les communes. Tartufferie! Le Sénat vient d'adopter le texte avec le vote des élus UMP ...
Il s'agit une fois de plus, pour Sarkozy, l'UMP et Balkany de faire un royal et colossal cadeau au patronat.
Le manque à gagner pour les communes entrainera à la fois une forte hausse de la taxe d'habitation pour les ménages et la diminution - voire la fermeture- de services publics de proximité.
A l'inverse, le PCF propose de taxer les actifs financiers des entreprises : en clair les placements boursiers issus des profits. A 0; 5%, cela rapporterait 25 milliards d'euros aux communes...
Jean-Marc Durand, responsable fiscalité de la commission économique du Pcf revient sur les enjeux de fiscalité locale et explique pourquoi une réforme d’ampleur de la fiscalité locale est-elle nécessaire ...

"Alors que le débat sur projet de loi de finances 2010 est en passe d’entériner la réforme – suppression – de la taxe professionnelle, vingt-trois sénateurs UMP, à la tête desquels l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, mènent une fronde contre le gouvernement.
Derrière un affichage alléchant « permettre aux collectivités territoriales de pouvoir continuer à répondre aux besoins sociaux de leurs populations », ne s’agirait-il pas d’un machiavélique jeu politique? ?
Tout d’abord, il y a la prise de conscience, au sein de l’UMP, des dégâts que risquent de causer dans ses propres rangs, notamment parmi les élus locaux des petites collectivités, la réforme de La Poste et la suppression de la taxe professionnelle avec les répercussions électorales prévisibles lors de l’échéance des régionales en mars prochain.
Ensuite parce que derrière la louable posture qui conduit ces vingt-trois élus de la Haute Assemblée à déclarer qu’ils ne voteront « pas en l’état la réforme de la taxe professionnelle » se cachent des intentions qui le sont beaucoup moins.
(lire la suite des explications de J.M. Durand)

Lire la suite...

 

Poste : On continue l'action!

carterect350.jpg

Le 3 octobre dernier, plus de 2,3 millions de votants ont refusé la privatisation de La Poste.%%% A Clichy même, la votation à la tenue de laquelle ont participé les communistes a connu un vif succès : 2934 clichois ont voté NON à la privatisation.
Alors que ce gouvernement ne réponds que par le mépris, nous ne relâcherons pas la pression.
Le Parti Communiste Français, avec le comité national contre la privatisation de La Poste, vous appelle à amplifier la mobilisation.
Chacun peut aujourd'hui adresser une carte pétitiion au Président de la République pour exiger la tenue d'un référendum.

carteverso440.jpg
Pour signer la carte pétition électronique en ligne, cliquez sur le lien suivant : référendum pour la poste
(Voir la suite de l'article sur la Poste)

Lire la suite...

 

Non au hold-up démocratique et financier ! Oui au développement du service public !

CGTSP.jpgLa Fédération CGT des Services publics appelle l’ensemble de ses syndicats à un rassemblement national à Paris le 18 novembre prochain Porte de Versailles à l’occasion de la venue de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, au 92ème congrès des Maires de France.
Ce rassemblement vise à porter nos exigences concernant le service public territorial dans le contexte créé par la réforme de la taxe professionnelle et le projet de loi de réforme des collectivités territoriales.

Lire la suite...

 

Double discours: ne pas oublier, par Jean Paul Le Marec

368_holdup_la_poste.JPG
Au cours d’un débat à la Fête de l’Humanité entre des responsables politiques et syndicaux, Pierre Khalfa, syndicaliste à Solidaires, a livré cette réflexion : "Au niveau politique, il faut clarifier les contenus.
Tout le monde n’est pas égal sur ce point ; certains ont tenu un double discours en faisant le contraire de leurs engagements au gouvernement. Il y a un problème de confiance vis-à-vis de la gauche institutionnelle".
Ce qui est valable pour le gouvernement français, ou plutôt pour les gouvernements successifs (la liste est longue des engagements non tenus ou des décisions contraires aux engagements pris), l’est aussi sur le plan européen.
(lire la suite de l'article de J.P. Le Marec)

Lire la suite...

 

Didier Le Reste (Secrétaire général de la Fédération CGT des Cheminots) s’adresse aux cheminots

Lereste250.jpg
Au regard du caractère exceptionnel de la période que nous traversons et de l’acuité avec laquelle se posent les questions socio-économiques, j’ai souhaité m’adresser à vous par le biais de cette lettre ouverte.
La crise du système capitaliste qui génère une récession d’une gravité historique continue de frapper des centaines de milliers de salariés, les retraités et les privés d’emplois.
Malgré les coups de mentons et les moulinets de l’hôte de l’Elysée, les choses repartent comme avant : financiarisation de l’économie, spéculation boursière et course aux profits.
Ce sont pourtant ces théories libérales qui nous ont amenés dans le mur.
La crise, c’est eux, la solution c’est nous !
Ce slogan, rythme les différentes mobilisations interprofessionnelles et citoyennes qui ont été engagées depuis le début de l’année auxquelles il convient de redonner du souffle, du rythme, de la consistance afin d’arracher, du Patronat et du Gouvernement, des décisions permettant d’améliorer substantiellement la situation des salariés, des retraités et des privés d’emplois.

Lire la suite...

 

Mobilisation générale pour un Service public du fret ferroviaire SNCF

rail350.jpg
Alors que les cheminots et leurs syndicats se mobilisent depuis des mois et formulent des propositions pour le développement du transport de marchandise pars le rail dans le cadre du service public SNCF, on assiste à une opération de communication de la direction de l’entreprise et du gouvernement qui cache une stratégie de démantèlement de l’outil et de l’activité fret ferroviaire de proximité.
Ainsi sont annoncés à grand renfort de communication publicitaire que des millions de camions vont prendre le train grâce développement de TGV Fret. C’est vrai. Mais, ce que ne dit pas la communication publicitaire, c’est que dans le cadre de l’ouverture à la concurrence, la SNCF déploie une stratégie d’abandon de l’activité dite du « wagon isolé » pour se concentrer sur les trains entiers à fort taux de rentabilité.
Le wagon isolé est utilisé surtout par les PME est un wagon, tout seul...mais ils sont combien en tout? Et combien de camions en plus sur la route?
Sont-ils comptés dans le bilan écologique? Et ce ne sont pas des camions seulement sur des nationales, mais aussi sur des départementales, voire des voiries communales.
Ce plan risque aussi de se traduire par la suppression de 6000 emplois. Il faut donc sauver le fret et soutenir les cheminots en lutte. Voir la suite de l'analyse.

Lire la suite...

 

Les français défendent La Poste : Vox Populi, par Patrick Apel-Muller

Manif à Bordeaux le 22/09 contre la privatisation de La Poste
© Copyright by Photothèque du mouvement social
Devant l’énorme participation à cette votation, Nicolas Sarkozy ne peut se dérober. La parole doit revenir aux électeurs.
La participation atteint au moins les deux millions et le « non » recueille une majorité écrasante. Les Français refusent le changement de statut de La Poste auquel le gouvernement veut procéder en catimini.
Nul n’ignore en effet que le projet gouvernemental est le prélude à une privatisation, à l’avènement de déserts postaux et à la disparition de sa fonction de service public.
Adieu usagers, bonjour clients ! Goodbye petits comptes chèques, good morning opérations financières. Le scénario est rodé. GDF, pour lequel Nicolas Sarkozy avait juré les grands dieux qu’il ne serait pas privatisé, France Télécom et les ravages sociaux que connaît l’entreprise ont déjà fait les frais du même procédé…

Lire la suite...

 

La privatisation c'est NON !

Consultation citoyenne sur l’avenir de la Poste
quessquilditestrosi.jpg
Ce qui vient d’avoir lieu avec cette consultation est énorme.
A cette heure 2 123 717 personnes, résultats comptabilisés et validés par les comités locaux et départementaux se sont rendues aux urnes pour donner leur avis dans une dizaine de milliers de points de vote.

Le résultat du vote est sans appel. Plus de 90% des électeurs disent NON au changement de statut de la Poste et à l’ouverture de son capital et donc sa privatisation.
Cette initiative inédite, à l’échelle du pays, témoigne de l’attachement profond de la population au service public de la Poste qui au-delà de son rôle économique joue un rôle de lien social indispensable et irremplaçable.
Le comité national remercie les 2 millions de votants et tient à saluer les milliers de bénévoles qui se sont mobilisés pour assurer l’immense succès de cette votation. Ils ont réalisé quelque chose d’incroyable.
Ce succès est aussi le résultat de l’unité des 62 organisations syndicales, politiques et associatives. Ce rassemblement historique réalisé autour de la défense du service public a démontré sa force et sa légitimité.
Cette unité au sein du comité national et des comités locaux doit se poursuivre. La mobilisation conjuguée des postiers, des usagers et des élus conditionne la mise en échec du projet gouvernemental.
Le président de la République et son gouvernement doivent entendre ce verdict sans appel et renoncer définitivement à cette loi.
La Poste appartient à toutes et à tous, aucune modification du statut de la Poste ne peut se faire sans l’organisation d’un référendum.
Forte de ce succès, la mobilisation se poursuit pour l’organisation d’un véritable débat public pour l’amélioration et le développement du service public.
Le comité national appelle les comités locaux à :
- rencontrer immédiatement les sénateurs et les députés de leur département et circonscription pour exiger du gouvernement le retrait du projet de loi,
- prendre des initiatives en direction des préfectures pour communiquer les résultats de la votation.
Le comité national demande à être reçu par le président de la République ainsi que par les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale.
Le comité national met immédiatement en débat dans les comités locaux avec la population les suites à donner à la votation : forum citoyen, journée nationale de manifestations, nouvelle votation et il fera connaître dans les jours qui viennent les initiatives nationales qu’il compte prendre contre la privatisation et pour la défense du service public.

Paris, le 5 octobre 2009

 

LA POSTE EST A DEMOCRATISER PAS A DESHUMANISER !

posteannexe360.jpg
Déclaration des élus communistes de Clichy la Garenne :
Comme les autres partis de gauche, les élus et militants communistes de Clichy se sont mobilisés pour la votation citoyenne contre la privatisation de la poste.
Cette action concerne aussi bien les postiers que les usagers, car il s’agit de sauvegarder et d’améliorer un service public et, non pas de le supprimer. Les postiers y perdraient leur statut et les usagers y subiraient une dégradation du service rendu.
France Télécom a été privatisé, il y a quelques années pour le seul profit des actionnaires et des banquiers, qui en veulent toujours plus. Cette recherche folle de rentabilité a généré une telle angoisse parmi les personnels que 24 d’entre eux ont renoncé à la vie en 18 mois. Ce drame des suicides n’est qu’une « mode » pour son P.D.G., Didier LOMBARD.
Pour lui, les salariés sont des robots et non des êtres humains.
Lorsqu’on pense que la ministre des finances vient de lui renouveler son « entière confiance » , elle a le cynisme d’une hautaine châtelaine du 18ème siècle.
Ces gens-là n’ont-ils donc qu’un coffre-fort à la place du cœur ?
Pour les communistes, l’action pour sauver le service public de la poste est cruciale.
Elle doit se décliner en trois points :
1) Développer la pression populaire pour faire reculer le chef de l’Etat et ses serviteurs zélés.
2) Moderniser ses services en faisant prévaloir l’efficacité sociale au lieu de la concurrence aveugle que nous dicte l’Europe des marchands.
3) Créer un pôle public financier pour consacrer l’épargne populaire à l’emploi, à la formation , au logement et à la santé.

On le voit, la bataille pour défendre les services publics est bel et bien l’affaire de tous.
Annie Mendez, Christian Garnier, Guy Schmaus, Conseillers municipaux de Clichy

 

CLICHY : SUCCES DE LA VOTATION CITOYENNE CONTRE LA PRIVATISATION DE LA POSTE: 2934 NON.

refposte1400.jpg
Clichy enregistre une belle participation à la votation citoyenne, organisée par les syndicats, les partis de gauche (ici, sur la photo, les militants PCF et socialistes) et le collectif national contre la privatisation avec 2967 votants
Les résultats sont les suivants :

nul : 12
OUI : 21
NON : 2934
refeposte3400.jpg

Les clichois refusent donc massivement le projet gouvernemental de privatisation de La Poste
Il en va de même partout en France où a pu se dérouler la votation.
Cet attachement de notre peuple à son service public postal est un camouflet pour ceux qui veulent imposer la logique libérale et les mises en concurrence impulsées par l'Europe du Traité de Lisbonne.
Le Gouvernement devra tenir compte de l'opposition massive de notre peuple et retirer son projet de privatisation car la mobilisation ne fait que commencer pour parer les mauvais coups et doter La Poste des moyens nécessaires au développement des missions de service public.

 

POSTE: Un vote citoyen pour dire NON à la privatisation !

ogreposte.jpg
Le gouvernement entend privatiser prochainement La Poste. Encore une proposition qui conforterait les logiques financières.
Notre société, les citoyens, ont besoin de La Poste et de grands services publics. C’est efficace pour résister à la crise et répondre aux besoins humains.
Avec d’autres, les communistes entendent participer à la défense et à l’amélioration du service public. La Poste et les télécommunications sont notre bien commun.
Au peuple, de décider de son avenir.
Commençons le vendredi 2 octobre et le samedi 3 octobre, à Clichy et partout en France avec les référendums. La Poste va constituer l’un des conflits majeurs de l’automne.
Le gouvernement croit pouvoir faire passer la privatisation comme une lettre à la poste. La méthode est éprouvée comme en avaient fait l’expérience les salariés de France Télécom. Les dégâts humains sont lourds mais le bulldozer libéral était passé.
Les sirènes des marchés financiers n’avaient-elles pas chanté sur tous les tons que la concurrence abaisserait les prix pour les usagers devenus des clients, qu’elle dynamiserait le pouvoir d’achat des employés devenus des actionnaires, que la déréglementation libérerait le travail de ses routines sclérosantes ?
(voir la suite)

Lire la suite...

- page 2 de 4 -

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs