De quoi a-t-on parlé la semaine dernière dans les grands médias, de manière quasi exclusive ? D’abord d’une pseudo-émission de télévision taillée sur mesure pour un chef de l’Etat plus manipulateur que jamais dans le corps à corps verbal et la mystification. Heureusement, un grain de sable s'est glissé dans cette émission : le syndicaliste de la CGT qui a mis Sarkozy en difficulté !
Ensuite nous avons droit au Cirque Clearstream : un procès pipolisé réduit à un duel, une guerre plutôt, entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, qui manifestement n’a pas fini d’occuper les médias et les blablateurs qui se complaisent dans le soupçon permanent ne perdent jamais une occasion pour rabaisser l’idéal républicain.
Cette guéguerre pour amuser la galerie, sur fond d'ambitions personnelles, sert aussi à semer des illusions sur une relève possible de droite à Sarkozy.

Enfin une énième ignominie de Georges Frêche, qui, du haut de sa baronnie locale qu’il gère en autocrate décrispé, se permet décidément n’importe quoi et donne à voir la vraie nature de son tempérament.
Et un parti socialiste qui condamne ce nouveau dérapage, pendant que nombre de ses dirigeants continuent d’apporter leur soutien au président de la région Languedoc-Roussillon, tandis que d'autres s'entre-déchirent pour la course à présidentielle : Strauss- Kahn, Valls, Peillon, Hollande, Aubry, Fabius, Royal....
Déjà M. Aubry donne des gages à la droite, évoque le recul de l'âge de la retraite et considère une partie de la Droite (le MODEM), comme un futur "partenaire". En Espagne, Zapatero,le Président socialiste - qui, lui, n'a pas à affronté d'élections Régionales en mars _, suit les conseils de M. Aubry : il repousse l'age de la retraite (de 65 à 67 ans en Espagne!).

Et quoi d’autre ? Des suites du débat sur le voile intégral, pardi, tandis que nos gouvernants, Sarkozy, Besson, Fillon, Hortefeux et les autres, continuent d’insinuer avec un plaisir quasi maladif, comme pour mieux ressouder l’électorat ultradroitier, que les interrogations soulevées par l’odieux "débat" sur "l’identité nationale" sont liées d’une manière ou d’une autre aux difficultés d’intégration des immigrés...
Et quoi encore ? Des insultes. Des profanations de cimetières. Des discriminations qui déchirent le pacte républicain.

Le climat actuel, qui installe insidieusement une espèce de dictature de l’émotion, vise à détourner les Français de l’essentiel, de la crise économique durable, de l’épouvantable casse sociale, de la limitation des droits, de la décomposition du vivre ensemble.
Un million de chômeurs arrivent en fin d'indemnisation en 2010, tandis que les profits et la spéculation repartent, voilà ce qui devrait faire la Une des journaux télévisés et indigner nos grands médias....

Ceux qui souffrent ne s’y trompent pas.
Nombreux sont ceux qui sont en recherche d’alternatives et veulent non seulement exprimer leur colère, mais lui donner de la force.
La campagne électorale qui vient de commencer est une occasion de décréter que seule l’urgence sociale doit nous préoccuper.
Il existe un moyen de répliquer au gouvernement et de sortir du marigot politicien : le vote le 14 mars, en faveur de Pierre Laurent, en faveur des listes du Front de Gauche proposées par le PCF.