Les clichois étant de plus en plus nombreux à prendre conscience de la nocivité du PLU ( 80 % d’entre eux refusent les « hypers-tours Catoire » !), le conseil municipal de Clichy a fort sagement repousser ce PLU.
Le maire s’est retrouvé minoritaire dans son propre camp, dans son propre groupe (socialiste). Notons et c’est inquiétant, qu’une partie de la droite UMP a voté avec Catoire, même si cet apport n’a pas suffit à faire passer ce texte.
Incapable d’écouter et d’entendre les clichois, les sanctions n’ont pas tardé à tombé contre les rebelles : les maires adjoints n’approuvant pas le PLU se sont retrouvés, à leur tour (bienvenu au club !) privé de leur délégation. Et puis ce fut le tour de Chloé Perreau et enfin celui de l’élu vert Alain Fournier, très critique sur la politique d’embauche du maire.
A la faveur du prochain conseil municipal, G. Catoire va tenter de faire en sorte que les élus critiques se déjugent et adoptent des amendements à la marge, ne changeant rien à la nature du PLU.
G. Catoire fait le vide autour de lui : il se coupe des forces de gauche et même de ses amis politiques. Face à une droite divisée mais menaçante, cet homme n’est sans doute plus à même de rassembler la gauche à Clichy. Pourtant la droite et ses représentants UMP et MODEM : Restoux, Muzeau, Cochepain ont les dents longues et rêvent de s’emparer de la mairie…
Qu'attendent les socialistes sincèrement attachés à l'union des forces de gauche, pour retrouver à Clichy, le chemin de l’union autour d’un programme conforme aux intérêts des clichois ?.