argent.jpg
Cette "abstention de la colère" a prévalu lors des élections régionales, à Clichy comme dans tout le pays.

6 clichois sur 10 n'ont pas voté et 5 français sur 10 en ont fait autant. Il ne s'agit pas pour nous de justifier la forte abstention, il s'agit de la comprendre. De surcroit et ce n'est pas le moins important, le chef de l'état et la droite ont essuyé une cinglante défaite. Tant mieux, d'autant que la gauche a largement gagné ces élections régionales.
Ne nous faisons cependant aucune illusion, Nicolas Sarkozy et ses soutiens ne veulent rien changer à leurs projets funestes. D'où la nécessité absolue de stopper ce train fou des attaques à venir,en particulier celui du recul de l'age de la retraite, de la casse des services publics de la santé, de l'éducation et des transports... sans oublier le train fou des licenciements en premier lieu dans l'industrie ainsi que le blocage des salaires... A Clichy, rien ne doit être négligé pour empêcher la mise à mort de l'hôpital Beaujon qui commence par la suppression des urgences, la fermeture de la psychiatrie et l'abandon de la nouvelle maternité...
Ne renonçons pas au dédoublement de la ligne 13 du métro qui est la priorité pour en finir avec la "bétaillère".
Ne nous laissons pas endormir par les belles maquettes sur le "Grand Paris" de Sarkozy. Son seul but étant d'en faire une "métropole business" au détriment des franciliens qui y vivent et qui y travaillent.
Si les élections régionales ont tiré un signal d'alarme, le désespoir n'est jamais fatal.
Pour notre part, nous exigeons qu'on taxe enfin les revenus financiers, qu'on supprime les exonérations des cotisations patronales, qu'on satisfasse les revendications salariales, et qu'on s'engage sur une nouvelle politique de l'emploi.
Les clichois peuvent compter sur nous pour tenir tous ces engagements.



Les Conseillers municipaux communistes : Annie Mendez, Ch. Garnier, G. Schmaus