Avant-hier, M. Barroso, pape européen de l'orthodoxie libérale, a prescrit une nouvelle vague d'austérité ; il a même menacé de sanctions les pays "mauvais élèves" comme la France à qui il suggère des coupes franches dans ses dépenses de santé et des collectivités locales !
Comme répondait Pierre Laurent mercredi, "c’est bien le coeur de cette politique austéritaire que la France doit affronter si elle veut réussir le changement. C’est pourquoi une renégociation du traité européen doit toucher à ses fondements si une majorité de gauche veut être libre de mettre en place une politique de progrès social et rendre au parlement son pouvoir élémentaire de décision budgétaire.
Les députées et députés Front de gauche, qui doivent être nombreux dès le 18 juin à l’Assemblée nationale, seront bien les garants d’une réorientation de l’Europe, un choix majoritaire dans le peuple et nécessaire à gauche."
Alors, la mobilisation doit être générale : il nous reste quelques jours jours pour convaincre, pour porter à l’Assemblée un Front de gauche utile et nécessaire, pour garantir le succès du changement !