pieter-brueghel500.jpg
La parabole des aveugles. Pieter Brueghel

Les communistes s’honorent de préférer le débat d’idées aux querelles de personnes. C’est de cette façon qu’ils abordent la question du renouvellement de leurs dirigeants.
Les communistes de Clichy, en adoptant à l’unanimité une motion, ont voulu faire partager leur attente d’une réorientation stratégique profonde de leur parti. La crise économique et les attaques brutales de Sarkozy et du MEDEF pour lever les obstacles à l’exploitation la plus féroce imposent d’urgence que le parti communiste, pour répondre aux défis du XXIè siécle, se transforme profondément, sans se dénaturer ni se renier. Il doit délaisser les jeux politiciens et les alliances de sommet sans principe.
La France et l’Europe ont besoin d’un parti communiste ouvert et accueillant, accordant la primauté aux luttes, tourné vers l’action de proximité, dans les quartiers, dans les entreprises, et mettant en débat public des propositions alternatives transformatrices s’attaquant réellement à la logique du capitalisme financiarisé. Les contenus des rassemblements, les programmes électoraux doivent s’articuler désormais de façon cohérente avec le projet communiste.

La grande majorité des communistes attendent que ce congrès marque la fin du flou, des hésitations, de l’immobilisme, de l’affadissement de leur parti . Ils veulent des orientations claires et une direction les traduisant en actes. Quelles sont les femmes et les hommes les mieux à même de mettre en oeuvre cette nouvelle orientation ? Marie-Georges Buffet (1,93 % aux élections présidentielles), malgré ses qualités personnelles, ne peut aujourd’hui incarner ce renouveau.

Elle propose une direction resserrée – dont elle ferait temporairement partie - composée…. de ceux là même qui ont choisi de maintenir l’ambigüité dans le texte préparatoire au congrès, se réclament du réformisme ou proposent la création d’une autre force politique dans laquelle les communistes devraient se diluer. Ce n’est pas ce que veulent les communistes. Ainsi ce congrès ne servirait à rien et déboucherait sur le statu quo, la paralysie ? Quel signal attristant et désespérant serait ainsi donné à l’opinion et aux français : celui de l’immobilisme, de l’indécision, celui de dirigeants cultivant les doutes existentiels sur l’utilité du parti communiste.
La nouvelle équipe dirigeante doit être constituée de jeunes camarades, ayant l’expérience du terrain et des luttes, motivés et ayant fait la démonstration de leur intelligence politique et de leur capacité d’initiative.