L'admission de la Palestine à l'UNESCO a été accueillie positivement dans le monde mais elle suscite l'agressivité et les volontés de représailles des dirigeants d'Israël, des Etats-Unis et de quelques autres pays.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou digère mal ce qui est un échec diplomatique majeur pour lui et son gouvernement. Il a décidé de geler les transferts de fonds dûs à l'Autorité palestinienne et d'accélérer la colonisation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie en annonçant la construction de 2000 logements nouveaux.
Quelques jours plus tôt, le Ministre des affaires étrangères israélien d'extrême droite, Avigdor Lieberman, s'était permis de demander la démission de Mahmoud Abbas, le Président palestinien. L'administration des Etats-Unis, quant à elle, a annoncé la suspension immédiate des versements de sa contribution au budget de l'UNESCO.
Tel Aviv et Washington se singularisent dans une démarche de confrontation en cherchant à punir les Palestiniens et à sanctionner l'UNESCO. Cette attitude provocatrice et irresponsable confine à l'intolérable.
Le PCF appelle les autorités françaises et européennes à la plus grande fermeté. Des sanctions doivent être prises contre les dirigeants israéliens, en particulier la suspension immédiate de l'accord UE/Israël.
Le boycott des produits de la colonisation et de tout ce qui l'alimente est plus que jamais nécessaire. La France doit prendre ses responsabilités et engager les initiatives utiles pour que les Etats-Unis et les Etats membres de l'UNESCO garantissent le budget de celle-ci.