Le Modem porte donc sa propre responsabilité dans l’insolent enrichissement de quelques uns que paie la mal-vie de tant d’autres . C’est donc bien Gilles Catoire et ses soutiens qui de dérives droitières en dérives droitières, ont trahi le vote démocratique des clichois pour se pacser avec le Modem.
Il lui fallait d’abord se débarrasser des gêneurs que sont les élus communistes puis écarter d’autres élus de gauche hostiles au béni-oui-oui.
Mais cette trahison du suffrage universel risque de coûter très cher aux clichois : le prix du renoncement à la lutte. A la lutte pour les salaires et pour l’emploi des 5000 sans travail clichois.
A la lutte pour l’accès au logement des 4000 familles clichoises, mal logées. A la lutte pour toutes les grandes revendications locales que sont le dédoublement de la ligne 13 du métro, la sauvegarde de l’hôpital Beaujon, la sécurité et la réouverture de la caserne de pompiers, la fin du scandale du chauffage urbain, la défense de l’école de la République et celle d’un urbanisme à visage humain…
Nous sommes ici, ce matin, pour ensemble, dire que nous n’accepterons jamais l’infidélité aux engagements pris. Pour dire que nous relevons le défi du mépris de la démocratie.
CatoiretrainH400.jpg
La démocratie ce n’est pas que des mots, c’est des actes avec l’obsession d’aboutir à des résultats. C’est possible si loyalement, nous travaillons à l’apport de chacun dans le respect de tous. Nous les élus communistes, nous croyons au devoir de vérité, de citoyenneté, d’unité, de solidarité et de combativité !
Face à la trahison, il y a heureusement l’action.
C’est le sens de notre esprit d’ouverture pour un combat commun.
Un combat commun pour nos concitoyens pour l’humain, car dans le monde d’aujourd’hui, l’avenir ne peut surgir que dans le Je et le Nous retrouvés.
Vive le Clichy de Gauche et du progrès que nous reconstruirons ensemble !