UN TRAITE POUR IMPOSER L’AUSTERITE
Le Traité va infliger une cure d’austérité permanente en imposant à tous les états la fameuse règle d’or : ramener leur déficit à pas plus de 0,5 % du PIB ( Produit Intérieur Brut ).
S’il était appliqué cela signifierait des nouvelles coupes dans les dépenses sociales pour la santé, les transports, l’école et tous les services publics. Loin de résoudre la crise cela aggraverait la situation économique et les conditions de vie des salariés, des chômeurs et des retraités.
Pour les clichois, outre les bas salaires et la dégringolade du niveau des retraites, l’adoption de ce Pacte Budgétaire condamnerait à mort l’Hôpital Beaujon, entraînerait la détérioration sans fin des conditions de transports sur la Ligne 13, etc.
Chaque pays qui s’engage dans cette voie s’enfonce dans la récession économique: on le constate en Grèce, en Espagne, en Italie, en Irlande…. Quant au soit-disant pacte de croissance, c’est du pipeau !
Il ne concerne qu’un simple redéploiement des fonds structurels européens et laisse l’Europe dans les griffes des marchés financiers : il ne prévoit pas de mettre la Banque Centrale Européenne et l’Euro au service de la croissance et de l’emploi.
LE TRAITE ORGANISE LA CONFISCATION DE LA SOUVERAINETE NATIONALE
Le Traité comporte des mécanismes de sanctions automatiques et une grave perte de souveraineté. Ainsi, le budget de la Nation ne pourra plus être présenté au Parlement sans l’accord de la commission de Bruxelles.
LE PEUPLE DOIT AVOIR LE DERNIER MOT !
En vérité, on veut confisquer le pouvoir de décider à tous les peuples européens. N’oublions pas que la Grèce a vécu dix mois sous un gouvernement nommé par les dirigeants européens. L’Italie vit aujourd’hui encore avec un gouvernement qui n’a jamais été élu.
Nous ne voulons pas de ce Traité également pour une autre raison : François Hollande a pris un engagement devant les Français, celui de renégocier ce traité. Or le texte qui sera soumis à la ratification du Parlement est à la virgule près celui adopté par Sarkozy et Merkel.
Dans un sondage réalisé par CSA, 72% des personnes interrogées se prononcent pour l'organisation d'un référendum sur ce traité.
C’est donc aux Français de trancher.
SIGNEZ LA PETITION EXIGEANT UN REFERENDUM !