Monsieur le Président,

La concertation officielle organisée au sujet de la désaturation de la ligne &3 du métro par le Syndicat des Transports d’Ile de France que vous présidé s’est achevée le 12 février 2010.

Dans toutes les assemblées qui se sont tenues, à Paris à Saint-Denis, à Gennevilliers, à Clichy et à Saint-Ouen, la revendication qu a dominé est celle du débranchement et du dédoublement de la ligne 13 afin de la désaturer à 50%.

Certes le prolongement de la ligne 14 jusqu’à la Mairie de Saint-Ouen a été considéré comme utile, mais , toutefois pas de nature à désaturer de manière satisfaisante la surcharge de la ligne 13 qui atteint, dores et déjà, 120% aux heures de pointe. En outre les constructions programmées dans ce secteur, dans les prochaines années, ne feront qu’empirer une situation déjà insupportable.

Malgré leurs efforts, vos représentants dans les réunions n’ont guère convaincu leurs différents auditoires. Or, il faut agir vite.

Aussi nous proposons d’organiser, dans les plus brefs délais possibles, un référendum afin que les usagers et les populations concernées puissent se déterminer en toute connaissance de cause.

Permettez-nous de vous rappeler que le Président directeur général de la RATP, qui n’était autre que l’actuel secrétaire d’Etat chargé du Grand Paris, Monsieur Christian Blanc, promit à notre collègue Guy Schmaus, dans une correspondance du 5 juin 1990, il y a vingt ans, que « la ligne 13 ne sera plus exploitée en fourche, mais comme une ligne classique, ce qui permettra », précisait-il « d’augmenter la fréquence des trains… ».

Dix ans plus tard, occupant les mêmes fonctions, Madame Idrac déclara que la ligne 13 était sa « priorité ».

Désormais, c’est vous qui présidez à la fois le Conseil régional d’Ile de France à majorité de gauche et le Syndicat des Transports.

Nous ne doutons pas que votre attachement à la démocratie participative vous conduise à réserver une suite favorable à notre proposition. En vous remerciant à l’avance pour l’attention que vous réserverez à notre requête, veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos cordiales et respectueuses salutations.

Christian Garnier, Annie Mendez, Guy Schmaus.