C’est possible tout de suite !
Les maires qui ont pris un arrêté anti-expulsion ont raison ! Le gouvernement a parfaitement les moyens de mettre un terme immédiat à cette pratique inhumaine des expulsions.
Il est certes, à court terme, nécessaire de légiférer comme l’ont proposé à maintes reprises les parlementaires communistes et républicains, mais dès demain les préfets peuvent avoir pour consigne de ne pas accorder le concours de la force publique pour procéder aux expulsions prononcées pour des raisons économiques.
Quant à l’indemnisation due aux propriétaires, elle est bien inférieure aux sommes dépensées par l’aide sociale pour assurer un hébergement même à minima des familles expulsées ! Personne ne l’ignore : il faut du temps pour une famille en difficultés surmontent ses impayés et ses dettes. Et la garantie de pouvoir compter sur un logement est indispensable pour sortir de la galère.
Le droit au logement est un droit universel

Se loger et loger sa famille est un droit ! Et comme tous les droits humains fondamentaux il faut une action publique forte pour le rendre effectif ! Et pour aussi juste et opportune qu’elle soit la loi « DALO » n’y suffit pas !
Sans construction massive de logements sociaux, singulièrement en Ile de France, le droit au logement restera pour des dizaines de familles de l’ordre du virtuel. Il est indispensable que l’Etat s’engage à un tout autre niveau dans l’aide à la pierre.
Qu’Il renonce à « aider » la marchandisation du logement, soutienne les élus locaux et les organismes volontaires pour construire, contraigne les maires « hors la loi » qui refuse d’appliquer la loi SRU, à construire.
Et au-delà des efforts dans la construction, partout où c’est nécessaire de logements de qualité accessibles au plus grand nombre, il est indispensable d’agir pour faire baisser le coût du logement (revalorisation des aides au logement ; lutte contre la spéculation foncière ; le maintien et la mobilisation de la ressource du livret A ; régulation des loyers du privé ; …).
Sans doute est-il aussi incontournable de combattre la précarité de l’emploi et les bas salaires pour que chacun puisse accéder à un toit…
Des mesures justes et immédiates pour l’accès au logement de tous
Exigeons du Gouvernement

  • Pas expulsions sans proposition de relogement !
  • L’arrêt immédiat de toutes les procédures d’expulsions pour les familles victimes d’un accident de la vie et de difficultés économiques et sociales et les demandeurs reconnus prioritaires au titre du DALO
  • Le gel des loyers et des charges.
  • Le plafonnement des loyers à 20 % des revenus des occupants ( loyer et charges comprises).
  • L’abrogation de la loi Boutin.
  • L’abrogation du surloyer dit de solidarité (SLS), en réalité surloyer d’éviction du logement social des familles populaires.

LES ELUS COMMUNISTES ET REPUBLICAINS PROPOSENT :

1.De relancer de façon urgente et forte la production de logements sociaux : Au plan national, il est indispensable de porter le niveau de production à 200 000 logements sociaux / an pendant cinq ans.
2 De réorienter le budget logement de la Nation en faveur du logement social par le vote d’un Collectif budgétaire :
- Relever le budget de l’aide à la pierre au niveau de 2008, soit : 800 millions
- Ouvrir un Prêt à taux zéro (PTZ) spécifique pour les organismes sociaux, applicable à toutes les opérations PLAI / PLUS
- Ré-ouvrir une ligne PALULOS pour toutes les opérations de réhabilitation hors ANRU, avec une subvention à 20 %.
Pour financer ce collectif budgétaire nous proposons de réduire les dépenses fiscales de tous les produits spéculatifs qui ne vont pas au logement social, mais la spéculation foncière et immobilière. Au total, c’est environ 2 milliards d’€ qui sont immédiatement disponibles.
Construire un service public du logement et du droit à la ville pour garantir le droit au logement pour tous et partout, tout au long de la vie.