En s'opposant à cette ratification, les 17 députés PS - dont Henri Emmanuelli et Razzi Hammadi -qui n'ont pas oublié cette promesse ont fait le bon choix, celui du respect de la parole donnée.
Ils ont refusé de jouer les les godillots de la renonciation.
L'abstention de 14 députés de gauche souligne aussi un grand malaise car la vérité est têtue : l'austérité est en échec partout en Europe avec une flambée du chômage, une destruction massive des emplois, une aggravation des conditions de vie, une saignée des peuples pour satisfaire les marchés financiers.
La bataille se poursuit au Sénat où Pierre Laurent présentera, dès demain, des perspectives européennes pour sortir d'une crise qui vire à la récession.
Alors que l'on nous parle de plus en plus de "choc", "choc budgétaire", "choc de compétitivité", dans un climat où les tensions réapparaissent dangereusement, le seul "choc" attendu est celui d'une rupture avec une orientation injuste et inefficace.
Ce Traité soutenu par la Droite et le PS va être adopté, mais les luttes pour les salaires, pour l'emploi et pour l'essor des services publics ne manqueront pas de faire éclater le carcan de l'austérité et rendront caduque ce traité scélérat.
On peut compter sur les communistes pour combattre sur le terrain les conséquences néfastes de ce Traité qui finira dans les poubelles de l'histoire...