Et J.M. Ayrault n’a pas raison de dire que les parlementaires qui n’acceptent pas ce texte, marqueront de la défiance vis-à-vis de F. Hollande ou l’affaibliront.
Non ! Ceux, qui, comme nous, refusent ce texte, le font au nom de la réussite du changement.
Mieux, un débat public, tout le mois de septembre, sur ce traité, comme nous y inviterons à la Fête de l’Humanité, sanctionné par un référendum, donnerait un poids considérable à F. Hollande face aux institutions européennes et à Mme Merkel pour pousser l’idée de renégociation qui est l’engagement numéro onze du programme du Président de la République.
Ce n’est pas non plus affaiblir la France. Au contraire ! Soutenir le texte baptisé « Merkozy » revient à conforter la domination et les options des dirigeants allemands.
Nous savons que là encore la pression du capital européen est forte. Mme Parisot s’est réjouie que ce traité européen soit adopté rapidement et sans débats.
Elle sait que ce texte constituera pour ceux qu’elle représente, un puissant outil contre les droits économiques et sociaux des travailleurs et une nouvelle flèche contre l’État social.
La majorité des Français a choisi de changer de pouvoir pour une politique au service de l’intérêt général et non plus au service des puissants et de la finance.
Après le changement de pouvoir, le changement de politique reste un chantier qui concerne chacune et chacun.