Dialogue clichois publie un communiqué de Guy Schmaus.
AMetGSbeauj250.jpg
Pour tenter d’apaiser la juste colère des 30.000 clichois, locataires, copropriétaires, contribuables, victimes, depuis des décennies des prix ahurissants du chauffage urbain produit par la sous filiale S.D.C.C.(1) du groupe G.D.F Suez, le maire Gilles Catoire annonce le 10 mars 2011, avoir obtenu du P.D.G. du groupe, Monsieur Mestrallet, la promesse d’une baisse significative des tarifs avant l’été dans le cadre d’une solution globale « tenant compte du passé, du présent et du futur ».
Le maire prévoit en conséquence de convoquer une nouvelle commission spéciale le 31 mars pour fixer, dit-il, avec les représentants des usagers, l’ordre du jour, le calendrier et la composition de la table ronde décidée le 8 décembre 2010 par le conseil municipal unanime.
Gilles Catoire, a-t-il enfin la volonté de donner une suite aux cinq pertinentes expertises successives des 11 années écoulées ?
Est-il enfin sensible à l’accablant rapport de la chambre régionale des comptes du 9 juillet 2010 ?
Rapport qui relève de nombreuses anomalies, irrégularités et zones d’ombre visant le groupe multinational et le maire de clichy, a tel point que le bilan annuel de la S.D.C.C. a été, ces deux dernières années, unanimement rejeté par la commission consultative des services publics locaux.
Sait-il aussi que les victimes, qui en ont assez des tarifs exorbitants du chauffage urbain s’organisent et ont décidé, s’il le faut, d’en appeler à la justice pour obtenir gain de cause ?
Pour ma part, je les comprends et je les soutiens car ce n’est qu’en se rassemblant et en fouillant ce dossier complexe dont l’enjeu se chiffre au minimum en dizaines de millions d’euros, qu’ils obtiendront des résultats tangibles.
Leur détermination doit être d’autant plus encouragée que le groupe G.D.F. Suez a, rien qu’en 2010, engrangé 4 milliards 616 millions d’euros de profits se plaçant ainsi au cinquième rang des puissances financières et industrielles françaises.
Leur expérience doit également les conduire à une extrême vigilance et à ne pas prendre pour argent comptant, les nouvelles promesses de celui qui, jusqu’à ce jour, les a abandonnés et veut apparaître aujourd’hui comme leur bon berger.
Il devra toutefois admettre que les clichois ne sont pas des moutons.
Et le plutôt sera le mieux !
Guy Schmaus
(1) S.D.C.C. Société de Distribution de Chaleur de Clichy.