D'autres cortèges ont parcouru de nombreuses villes de province (selon la police toujours, 850 manifestants à Lyon, 450 à Perpignan, 300 à Marseille, Lorient au Mans ou encore 200 à Quimper et Saint-Brieuc...)
"Les retraités ne sont pas des privilégiés, ce sont les financiers qu'il faut taxer", était un slogan souvent repris, allusion à la contribution prévue par le gouvernement de 0,15% sur les pensions des retraités imposables pour résorber le déficit du Fonds solidarité vieillesse (FSV) en 2013 puis de 0,3% à partir de 2014 pour financer la prise en charge de la dépendance.
Interrogé sur la contribution de 0,15% sur les retraités, Bernard Thibault a estimé que "les retraités ont du mal à admettre qu'on puisse envisager un prélèvement supplémentaire alors que nous sommes là pour signaler ce que sont réellement le niveau de ressources des retraités. Il y a des centaines de milliers de retraités qui ne peuvent pas joindre les deux bouts tout en ayant travaillé toute une carrière professionnelle."
Quand on lui a fait remarquer que la contribution épargne les petites retraites (non soumises à la CSG), le leader cégétiste a répondu: les retraités "ont conscience qui si on commence à mettre le doigt dans l'engrenage pour beaucoup d'entre eux, par expérience ils se disent qu'ils ne seront pas épargnés très longtemps".
Pour B. Thibault, à juste titre, la dépendance doit être prise en charge pour tout le monde au sein de la Sécurité sociale et donc les patrons doivent y contribuer financièrement à travers les cotisations sociales..