Une réelle rupture aurait été de se fixer comme objectif d'augmenter le cumul des minima sociaux au dessus du seuil de pauvreté, soit 950 euros par mois.
On ne combat pas la misère en maintenant des millions de personnes sous le seuil de pauvreté.Le contrat d'insertion destiné aux jeunes non qualifiés pour bénéficier d'un RSA laisse un goût amère.
Une fois encore, il est demandé plus aux jeunes pour qu'ils bénéficient ce qu'ont, de plein droit, les plus de 25 ans. C'est regrettable et infantilisant.
Les travaux annoncés sur le sur-endettement ou l'"amélioration conséquente des aides aux familles mono-parentales" peuvent être positifs si le gouvernement consent à desserrer l'étreinte d'une austérité qui fait plonger le pays.
Il ne sert à rien de faire des économies sur le dos de la solidarité.
Plus les difficultés sociales sont traitées en amont, moins elles coûtent chères en terme de santé, d'école, ou d'emploi. Éradiquer les causes de la pauvreté nécessite de s'attaquer à la domination de la finance sur l'économie et la société, c'est résoudre la question du chômage avec la sécurité-emploi-formation, c'est relancer une croissance riche en emploi en matant les marchés financiers et en nationalisant le système bancaire, c'est développer les services publics.