Nous pouvons porter à l’Assemblée Nationale une majorité bien à gauche. Une gauche à la hauteur de la situation, avec des députés prêts à voter les lois sociales et démocratiques sans lesquelles le changement ne se fera pas.
Des députés bien décidés a en découdre avec la droite et non des girouettes comme le maire socialiste G. Catoire, accueillant la Droite à bras ouvert dans son équipe municipale, après avoir rompu l'union de la gauche.
C’est tout le sens de la candidature de F. Delalleau.

  • Un député du Front de Gauche, c’est le courage de soumettre au vote de l’assemblée des droits nouveaux pour les salariés du public comme du privé, pour les jeunes qui méritent mieux que l’apprentissage à vie, pour une réelle égalité entre les femmes et les hommes.
  • Un député du Front de Gauche, c’est la garantie d’abroger les lois scélérates du quinquennat Sarkozy et des dix années de droite au pouvoir.
  • Un député du Front de Gauche, c’est la garantie de reprendre le pouvoir sur le secteur bancaire et financier, pour mettre en place un pôle public nationalisé de la banque et du crédit.
  • Une Député du Front de Gauche, c’est la garantie du SMIC à 1700€ et du relèvement des salaires, c’est l’engagement de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, l’interdiction des licenciements boursiers, la relance de l’emploi industriel et des services publics.
  • Une députée du Front de Gauche, c’est la garantie que le droit de vote des étrangers aux élections locales sera porté dès le début de la législature.

La droite et l’extrême droite vont tout faire pour empêcher ces changements. Leurs candidats aux élections législatives, ici Balkany, figure emblématique du clan Sarkozy - doivent être battus partout.
Il faut barrer la route de l’Assemblée Nationale et du pouvoir au FN.
Son ennemi, c'est l'immigré, le pauvre et jamais l'exploiteur! L’extrême droite rêve de casser les syndicats , d'en finir avec le droit de grève afin d'amplifier les reculs sociaux, ce qui aggraverait la situation de l’emploi et des salaires.
Pour barrer la route à l'extrême droite et réduire son influence, il faut répondre aux urgences sociales, à la souffrance des milieux populaires.
Seul un Front de gauche puissant, un parti communiste renforcé peuvent pousser toute la gauche et le nouveau gouvernement de Hollande à prendre cette direction.
Si Hollande ne comprend pas cette nécessité et cède devant les marchés financiers et Merkel, alors le risque serait grand de voir sous peu arriver au pouvoir une droite recomposée alliée avec le Front National. Il n’en sera pas ainsi si le Front de Gauche sort renforcé des législatives et s'appuie sur les mobilisations populaires pour faire bouger toute la gauche.