On pourrait dire qu’être croyant aujourd’hui dans notre pays expose à deux dangers : être stigmatisé ou être instrumentalisé.
Nous refusons les polémiques malsaines et dangereuses mises en œuvre au plus haut niveau de l’état, qui détournent la religion comme la laïcité pour essayer de faire avancer la peur de l’autre et le repli sur soi.
L’indigne polémique engagée sur la consommation de viande issue d’abattages rituels par des croyants juifs ou musulmans est un inquiétant exemple de ces dérives.
Nous voulons témoigner aux hommes et aux femmes de confession musulmane de notre dégoût devant cette course à l’islamophobie engagée par le président de la République avec Marine Le Pen.
Ils pourront nous trouver à leur côté pour refuser ces attaques et parler d’avenir.
Nous savons aussi que de nombreux chrétiens se sont sentis insultés par la manière qu’a eu Nicolas Sarkozy d’essayer de s’approprier leur foi. Ce d’autant qu’ils subissent la réalité de sa politique et pour nombre d’entre eux ont été choqués par les valeurs qu’il a foulées aux pieds ces derniers temps, avec la traque des roms, la stigmatisation des chômeurs et le culte de l’argent.
Tout cela nous renvoie à l’exercice de la laïcité. C’est pour nous un principe fondateur. On a bien souvent voulu lui faire dire des choses qu’il ne dit pas. La laïcité établit l’égalité de droit de tous les citoyennes et citoyens, quelles que soient leurs convictions religieuses ou philosophiques, dans un état indépendant.
Elle est une grammaire du vivre ensemble. Cette égalité de droits comprend l’égalité entre hommes et femmes qui demeure dans toute la société un combat essentiel à mener.
Nous voyons bien que le pouvoir en place est en train d’essayer de diviser, d’opposer, de désigner des boucs-émissaires. La laïcité est tout l’inverse de cela. Elle doit permettre un débat démocratique apaisé, parce que chacun s’y sent respecté.
Et les communistes pensent toujours que les croyants ont beaucoup à apporter dans la construction de la société.
La foi d’un être humain ne peut suffire à le définir et à déterminer ses choix politiques, mais nous savons la force des valeurs que peut également nourrir la foi.
C’est pourquoi nous refusons une conception de la laïcité à géométrie variable et cette manière qu’a Nicolas Sarkozy de vouloir dicter aux croyants les cadres d’une religion-pharmacie qui serait chargée de répandre une morale publique d’appoint et de renvoyer dans l’au-delà les attentes d’une vie meilleure. Comme nous refusons une conception de la laïcité qui se veut un instrument de combat contre la religion et cherche à formater des individus dépouillés de leurs convictions dès qu’ils franchissent le pas de leur porte.
Ce que nous combattons, en revanche, ce sont les fondamentalismes, qui contestent la légitimité de la République et veulent imposer des lois au nom de présupposés religieux. Ce que nous refusons, ce sont les communautarismes, qui apparaissent pour certains comme des refuges face à la violence du monde, mais en réalité isolent et opposent.
Loin de ces replis comme des abîmes de l’identité nationale, il existe dans notre pays une culture commune en mouvement, qui se nourrit des influences multiples advenues dans notre histoire et d’une diversité culturelle d’aujourd’hui. C’est à partir de là que nous devons construire le vivre ensemble, en donnant corps à notre devise républicaine.
Les vraies raisons de nos difficultés ne sont à chercher ni chez celui qui croit différemment, ni chez celui qui souffre plus encore, ni chez l’étranger qui essaye de survivre à la traque, ni chez le jeune qui ne se voit pas d’avenir. On les trouvera dans le choix de la concurrence à tout crin, la destruction de l’intervention publique, la marchandisation de tout ce qui pourrait nous unir et nous grandir, les discriminations en tous genres, la recherche effrénée du profit maximum quelles qu’en soient les conséquences…
Hommes et femmes du peuple, nous pouvons nous unir dans notre diversité, face aux vraies causes et aux vrais responsables de notre mal-vie.
Nous sommes convaincus qu’il y a besoin d’autres choix politiques, radicalement différents. Des choix politiques qui mettront l’humain au cœur des préoccupations et des enjeux pour redonner du sens au vivre ensemble. En prenant garde de ne pas tout ramener aux élections, nous savons que les échéances présidentielle et législatives sont une occasion formidable d’avancer dans cette direction.
Nous tenions à vous adresser ces quelques mots de respect et d’espoir, après ces années de traumatismes.

Ces quelques

mots de confiance en ce que notre peuple est capable de construire. Ensemble, prolongeons le débat et poursuivons sur des chemins communs.
Pierre Laurent secrétaire national du Parti communiste français lettre aux croyants en France mars 2012 contact : laicite-croyants@pcf.fr