Depuis le 15 juin 2009, Challancin a repris les prestations de nettoyage et de sécurité assurées précédemment par la société La Brenne. Lors de cette passation, les sociétés se sont transmises le matériel, les produits d’entretien et…..les personnels. Challancin n’a pas jugé bon de se déplacer pour venir rencontrer le personnel !
Dans le cadre de la libre concurrence Challancin a remporté le marché avec une offre 30% inférieure à celle de son concurrent. Mais à quelles conditions ! Sur le papier, la SNCF a gagné 30% sur ce marché.
Sur le papier seulement car le grand gagnant c’est Challancin, en diminuant les effectifs et les consommables par deux. Sachant que l’entreprise ayant perdu le marché ne travaillait certainement pas à perte, c’est une confortable plus value qu’effectue Challancin sur le dos de son personnel et des cheminots.
Chez Challancin, les CDD c’est la règle. Lors de l’obtention du marché, 7 CDD étaient en passe d’être régularisés en CDI. Ils ont tous été remplacés aujourd’hui. Les CDD de leurs remplaçants ne sont pas renouvelés. Ce n’est pas grave, d’autres CDD les remplaceront !
La SNCF ne peut faire l’autruche et se défausser sur son prestataire. En tant que donneur d’ordre, la SNCF est responsable de la bonne exécution non seulement du contrat de prestations mais aussi du respect des règles sociales.

Lors d’une audience nous avions alerté la direction sur les dérives de Challancin sans résultat jusqu’à maintenant.
Chez Challancin, on travaille plus… pour rien. Pour pallier le manque de personnel lors des congés ou maladie, Challancin propose d’effectuer des heures supplémentaires qu’elle « oublie » de régler: jusqu’à 20 h supplémentaires par agent non payées.
La mauvaise exécution du contrat, c’est la faute au chef d’équipe. Après un simulacre de concertation, Challancin sanctionne M. MONTEIRO par une mutation disciplinaire sur un autre site.
Consommables rationnés
De deux livraisons par mois (papier, détergents, savon, etc.) Challancin est passé à une livraison. Les quantités par livraison restent inchangées. Lorsque le manque est trop important, Challancin se sert sur ses chantiers proches.
Parallèlement, en cas de besoin sur un autre site, Challancin vient se servir chez nous pour approvisionner ses autres clients. En toute opacité ! Vêtements de travail : toujours la même et unique blouse depuis 16 mois !
La mauvaise exécution du contrat, c’est la faute au chef d’équipe. Après un simulacre de concertation, Challancin sanctionne M. MONTEIRO par une mutation disciplinaire sur un autre site.
Challancin n’hésite pas à truffer ses contrats de travail de clauses abusives. Par exemple, une clause de non concurrence interdit à ses salariés de travailler pour un autre employeur. Facile lorsqu’on travaille 3h par jour pour 400€ nets mensuels !
La SNCF est co-responsable de la situation.
C’est à la demande de la SNCF que les agents d’entretien ont vu leur horaire journalier (et le salaire correspondant) passer de 6h à 3h. Les effectifs et leurs horaires de travail ont été initialement calculés pour répondre aux besoins du bâtiment, ils l’ont été au plus juste n’en doutons pas. Aujourd’hui avec 75% des moyens en moins les agents d’entretien ne peuvent tout simplement plus effectuer leur travail. Pour les contraindre, la direction de Challancin exerce des pressions allant de la promesse de CDI à la porte.
A la CGT, nous ne tolèrerons pas que le droit du travail soit bafoué de la sorte.
La SNCF n’a pas fait « une affaire » en confiant ce marché à Challancin car comme nous pouvons le constater tous les jours, la prestation malgré la bonne volonté du personnel se dégrade. Seuls nos financiers ont de beaux résultats sur leurs tableaux « Excel » Aux côtés des salariés de Challancin, nous réclamons le retour de conditions de travail et de rémunérations décentes à savoir :

  • La réintégration sur le site de Guy MONTEIRO
  • Le paiement des heures supplémentaires dues majoré des intérêts de retard.
  • Le retour des effectifs initiaux (soit 20 personnes pour l’entretien et des équipes de nuit de 2 personnes minimum pour la sécurité.)
  • La régularisation de tous les CDD en CDI
  • Aucun contrat de travail inférieur à 30h hebdomadaires
  • L’instauration d’un 13° mois
  • Une augmentation générale de salaires de 3%

À Clichy, le 15 octobre 2010