Ce serait un acte de concorde entre les deux peuples.
Les sénateurs communistes vont déposer un projet de loi dans son sens.
« En adoptant une telle résolution qui souhaite que la France reconnaisse les faits et réalise un lieu du souvenir à la mémoire des victimes du 17 octobre 1961, estime Pierre Laurent, le Sénat agirait également en faveur du rapprochement entre le peuple algérien et le peuple français et poserait un acte de concorde entre les deux peuples. »
Les auteurs de cette proposition de loi proposent donc que la France, par la voix de son Parlement, reconnaisse, cinquante ans plus tard, cette tragique journée du 17 octobre 1961.
PROPOSITION DE LOI
Article 1er
La France reconnaît le massacre de centaines d’Algériens, perpétré par la police française sur ordre de ses supérieurs, lors de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris.
Article 2
Un lieu du souvenir à la mémoire des victimes du 17 octobre 1961 est créé.