J’en appelle à tous les démocrates, à tous les élus de la Nation, à tous les témoins, aux associations d’anciens combattants, de déportés ou de fusillés, aux historiens, aux syndicalistes, aux gens de culture et aux salariés de RENAULT.
Dénonçons ensemble ces agissements ignobles et méprisables de chercheurs d’or pris les doigts dans le pot pourri de la réhabilitation de la collaboration. Je rappelle que, le 16 janvier 1945, Charles DE GAULLE, soutenu par toutes les forces politiques et patriotiques de l’époque, signait une ordonnance instituant la nationalisation des usines Renault dont voici un extrait de l’exposé des motifs :
« Alors que les livraisons fournies par la société Renault à l’armée française s’étaient montrées notoirement insuffisantes pendant les années qui ont précédé la guerre, les prestations à l’armée allemande ont, durant l’occupation, été particulièrement importantes et ne se sont trouvées freinées que par les bombardements de l’aviation alliée des usines du Mans et de Billancourt. »
En cette période de fascisation rampante de la FRANCE, il est urgent de restaurer l’autorité de l’État et le sens de l’intérêt général, de lutter contre l’égoïsme et la vérité historique.