Il est de la première importance que toutes les initiatives soient prises dans la plus forte et la plus large mobilisation citoyenne pour que les autorités françaises reconnaissent maintenant, sans attendre, l'Etat de Palestine et soutiennent l'initiative palestinienne aux Nations-Unies.
La France peut agir dans ce sens si l'exigence populaire se fait incontournable.
Cela dépend aussi de nous, alors que les Etats-Unis ont menacé d’un veto et que le Congrès américain se prépare à des mesures de rétorsions contre les Palestiniens.
Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont officiellement déclaré et répété à de multiples reprises qu'ils sont favorables à l'édification d'un Etat palestinien. Ils sont aujourd'hui devant leur responsabilité.
Mais il s'agit d'une responsabilité collective. Il appartient aussi aux pays membres de l'UE - aujourd’hui divisés - de s'engager avec détermination dans cette voie. La France doit y contribuer.
Le peuple palestinien a des droits. Des droits nationaux imprescriptibles qui doivent être réalisés par l'application des résolutions de l'ONU, par le démantèlement des colonies et du mur d'annexion, la levée du blocus de Gaza, la fin de l'occupation militaire.
Le Parti communiste français appuie avec détermination la démarche palestinienne pour la création d'un Etat palestinien dans les frontières d'avant juin 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, avec le principe du droit au retour pour les réfugiés, avec la libération de tous les prisonniers...
Un Etat de Palestine à côté de l'Etat d'Israël, c'est la condition de la justice et d'une paix véritable, c'est le moyen d'une avancée décisive pour le monde arabe et l'ensemble du Proche-Orient.
Cette juste cause palestinienne - soutenue par les communistes et les progressistes israéliens - c'est aussi une cause de dignité, une cause de l'anti-colonialisme pour l'ensemble des peuples du monde arabe qui aujourd'hui se lèvent pour leur liberté.
Une reconnaissance de l'Etat palestinien aux Nations-Unies permettrait d'acter solennellement une souveraineté nationale et de confirmer tous les droits de tous les Palestiniens, y compris les réfugiés.
Cela renforcerait l'exigence de l'application de l'ensemble des résolutions des Nations-Unies, y compris par Israël dont le mépris du droit international et la politique de colonisation sont de plus en plus largement condamnés dans le monde.
Cette politique a conduit à une impasse dramatique. Elle a légitimement poussé à des appels de plus en plus nombreux à des sanctions et au boycott des colonies. Le PCF en est partie prenante.
Aujourd'hui, une porte peut s'ouvrir sur l'avenir. Malgré tous les obstacles, c’est possible. La reconnaissance d'un Etat de Palestine est un acte de droit et de légitimité.
Il faut affirmer notre solidarité, soutenir, contribuer à donner l'élan le plus irrésistible aux mobilisations et aux initiatives afin que le peuple palestinien, enfin, puisse vivre dans l'indépendance et le libre exercice de tous ses droits nationaux.