Quel rôle pour la Commission d’enquête ?

Si la Commission d’enquête a bien été constituée, elle n’a toujours pas été convoquée à ce jour. Elle serait une coquille vide si elle n’avait pas les coudées franches pour interroger le fournisseur de chaleur, la SDCC, sousfiliale du groupe multinational Suez, si elle ne pouvait pas organiser la confrontation entre les experts et le fournisseur de vapeur, si elle ne prévoyait pas le remboursement aux Clichois des sommes versées indûment.

Par ailleurs, cette Commission d’enquête devra s’activer, car elle n’a que six mois, comme le stipule la loi, pour soumettre son rapport au Conseil municipal.

Gageons que la publication prochaine du rapport de la Chambre régionale des comptes – que Guy Schmaus, le premier, avait saisie en janvier 2008 – l’aidera dans sa tâche.
Guy Schmaus s’est, en outre, adressé le 30 novembre 2009 à la Mission interministérielle d’inspection sur le logement social, la MIILOS, pour lui signaler les dysfonctionnements de l’Office d’HLM de Clichy et pour lui demander de leur donner une suite.
Dans sa réponse du 11 décembre, le chef de la MIILOS s’engage à transmettre la correspondance de l’élu communiste au Service de l’habitat de la Direction départementale de l’équipement des Hauts-de-Seine.

L’action doit continuer

En définitive, l’action des locataires a fait bouger les choses dans le bon sens. Mais on est encore loin d’un dénouement satisfaisant de ce dossier. Un dossier qui concerne le chauffage des locataires de l’Office, des établissements publics (hôpitaux, écoles, immeubles en copropriété, entreprises locales), c’est à dire le chauffage de 40 000 Clichois et, au-delà, tous les Clichois comme contribuables.
Toujours est-il que ce qui s’est passé en novembre 2009 est un sacré encouragement à poursuivre l’action, à exercer une extrême vigilance, à amplifier la pression envers tous les décideurs jusqu’à la victoire.
Une victoire qui signifiera un chauffage urbain moins cher, un contrôle pointilleux de la gestion de la SDCC, un contrôle de la Ville et de son office d’HLM par les Clichois, bref, de la démocratie participative en actes.

N’oublions pas que nous avons en face de nous le groupe Suez, très proche de Nicolas Sarkozy : il a fait 6 milliards 800 millions d’euros de profits en 2008. Le groupe est certes puissant mais, si les Clichois continuent sur leur lancée, ce n’est pas lui qui aura le dernier mot.
(source 60 jours à Clichy)