Par ailleurs, le projet de création d’une zone tarifaire unique, que nous soutenons, ne peut être le prétexte à une augmentation des tarifs injuste pour les usagers des zones centrales, particulièrement des zones 1 et 2 dont beaucoup sont des habitant-e-s des quartiers populaires de Paris et de la proche couronne ! Pour nous, cette zone unique doit être au tarif des zones 1 et 2.
Les orientations tarifaires envisagées aujourd’hui par le STIF, outre qu’elles enfermeraient ce dernier dans une logique consistant à solliciter toujours davantage les usagers, se trouve en totale contradiction avec les engagements de mener une politique sociale forte axée sur la réduction des inégalités, pris par les différentes listes régionales de Gauche et écologistes nouvellement élues.
Pour mener à bien les politiques de transports ambitieuses dont notre région a besoin, la réalisation des grands projets structurants inscrits au SDRIF, le maillage fin des réseaux pour améliorer les déplacements de banlieues à banlieues, la rénovation du réseau existant, sans pressuriser davantage usagers et collectivités, il faut de nouvelles ressources : un engagement plus important des entreprises par une révision du Versement Transports, le lancement d’un grand emprunt régional et, plus que jamais, un réinvestissement financier massif de l’Etat.
Il est impératif de sortir de cette situation par le haut.
Nous appelons donc les élus régionaux de Gauche et écologistes à continuer à travailler ensemble, à la Région et au STIF, en mobilisant les usagers, les mouvements associatifs et syndicaux, ainsi que les élu-e-s d’Ile-de-France, pour trouver de nouvelles ressources, et mettre le Gouvernement face à ses responsabilités sur le financement des transports en commun franciliens. »
Groupe Front de Gauche, Parti Communiste, Gauche unitaire et Alternative Citoyenne