C’est le cas chez les Verts avec l’idée de « coopérative », en place d’un parti, préconisée par Cohn-Bendit. La création du NPA en place de la LCR relève de cette problématique. Les « primaires » décidées par le Parti socialiste flirtent avec.
D’une autre façon un courant intellectuel qui se réclame du communisme estime qu’on ne peut pas compter sur les partis et met l’accent, à juste titre d’ailleurs, sur des mouvements profonds dans la société qui en appellent à l’idée communiste et traduisent du communisme de fait.
C’est ce que disent, j’espère ne pas simplifier, Badiou et Zizek. Et puis des communistes ont quitté le PCF, pour certains sur cette problématique. Ces questions sont donc des questions de fond.
Que se passe-t-il? ?
D’abord le sentiment populaire est que les partis politiques trichent, font le contraire de ce qu’ils promettent et n’ont pas de vision d’avenir. Les citoyens ont le sentiment d’être floués.
C’est vrai lorsque la droite et le Parti socialiste viennent sur longue période de s’aligner sur le libéralisme, les lois du marché, les privatisations… Et maintenant brûlent, ou font semblant, ce qu’ils ont adoré.
Pèsent aussi l’échec de ce qui s’est voulu à l’Est, une formidable transformation de la société sous le titre de communisme, et l’échec, à l’Ouest, d’une social-démocratie qui avait promis de changer la vie.
Y ajouter la soumission « du politique » aux « marchés », l’idéologie de l’individu au-dessus de tout, et l’élection présidentielle devenue mère des batailles. Le compte y est pour que le doute soit profond et pour le prendre au sérieux.
Changement de période
Or les choses bougent. La crise du capitaliste rebat les cartes et met en cause le système, y compris ses valeurs idéologiques.
Aujourd’hui contrairement aux années 1980 ce n’est pas le socialisme de l’Est, mais le capitalisme qui est sur la sellette.
Des questions vitales sont posées. Que faire? ? Peut-on sortir du capitalisme et construire des changements profonds? ? Que devrait être un nouveau socialisme ? La lutte des classes, la guerre des idées se font plus rudes et nécessitent plus que jamais le combat politique.
Que faire? ?
Dans la période qui commence, le destin hésite. Sous l’apparente banquise, la société bouillonne. La crise peut mener à tout, « le chacun pour soi », le populisme ou l’abandon dans les bras d’un sauveur, qu’il soit de droite ou de gauche.
Mais aussi le meilleur, un formidable mouvement progressiste comme notre pays en a le secret. De ce fait ce n’est pas de flou artistique dont le pays a besoin mais de politique nettement affirmée et donc de partis politiques debout et clairs.
Les partis politiques à la française sont une formidable invention historique. Ils peuvent et doivent être des lieux de débats et d’actions, des lieux qui expriment les intérêts de classe et les idéologies qui s’y rattachent, mobilisant les énergies et les intelligences. C’est ce dont on a besoin. Et je suis solidaire de ceux qui chez les Verts, au NPA et au Parti socialiste défendent de telles conceptions.
D’ailleurs il n’y a, face aux médias et au pouvoir, pas d’autres forces que des partis politiques combattants et vivants, articulés à de puissants mouvements dans la société.
Je ne parle pas de la droite. Ils n’aiment pas les partis organisés et militants et se méfient même des leurs. Chez eux, règnent les chefs autoproclamés, les clans et les réseaux. En un mot ils craignent la démocratie.
Et les communistes? ?
La prégnance des idées du communisme est forte en France. Bien au-delà des adhérents du Parti communiste. Les valeurs communistes sont là. Tant mieux si le tissu idéologique est tant marqué de ce qu’on appelle l’exception française.
En même temps ce mouvement profond vit et perdure aussi parce qu’il y a une formation politique qui, vaille que vaille, en porte le nom et les conceptions.
Tout ne dépend pas du Parti communiste, loin de là, mais sans son existence il n’y aurait pas de perspectives de véritables transformations.
L’existence d’un Parti communiste, d’une force aux références théoriques fortes, creuset d’actions et d’intelligence militantes, fonctionnant à la cohésion et à la diversité mêlées, est une des clés de la situation.
À la condition essentielle de regarder en face, comme cela a été décidé, tout ce qu’il faut créer et inventer pour que ce parti tienne la route dans la durée. Il y faut de l’audace et de l’intelligence collective. Les communistes ont choisi ce chemin à une très grande majorité. La tâche est immense. Il faut essayer de bien comprendre l’époque et ne pas céder à la facilité et au court termisme. Voire loin et travailler près.
Il y a besoin d’un Parti communiste combattant en relations étroites avec le monde du travail, la jeunesse et les intellectuels. Et intangiblement d’une politique unitaire et de rassemblement.
En respectant son voisin sans se laisser manger par lui. Il y a du boulot.