De grandes zones de flou subsistent sur la question pourtant cruciale, des financements. Conséquence : le risque est fort de voir le prix des billets et des Pass Navigo sur l’ensemble des réseaux flamber du fait du désengagement de l’Etat. Et il en va de même pour les impôts locaux dans la mesure où les collectivités locales sont prêtent à financer à la place de l’Etat la réalisation de ce réseau d’intérêt national.
Au système actuel de financement qui s’inscrit pleinement dans l’accompagnement du libéralisme, les communistes doivent opposer la création d’un pôle public bancaire et la lutte pour réorienter la Banque Centrale Européenne afin de tourner l’euro, la création monétaire et donc le crédit vers le développement des services publics et la création d’emplois. Ce projet, revu pour correspondre aux attentes des populations, pourrait être un bénéficiaire type du Fonds de développement social européen que proposent d'instaurer les communistes et le PGE..
Les communistes demandent l'augmentation du versement transport acquitté par les entreprises : une simple augmentation de 2,6 % par an produirait chaque année 800 millions d'euros de rentrée supplémentaires.
De même rien n’est dit sur la maîtrise publique à venir des transports franciliens. A la privatisation du réseau qui se profile, les communistes avec les usagers et les salariés doivent opposer la création d’un pôle publique SNCF-RATP.
Par ailleurs, tel qu'il est actuellement conçu, ce projet permet à la SGP (Société du Grand Paris) et à l'Etat d'organiser la main mise sur la banlieue et son aménagement, en faisant main basse sur le foncier autour des gares pour le livrer aux spéculateurs immobiliers.
Le Département du Val de Marne et c’est une bonne chose pour les valdemarnais– a des motifs de satisfaction avec la reprise de propositions de son conseil général dirigé par le communiste Ch. Favier, notamment du judicieux projet Orbival permettant de mieux desservir son territoire.
On voit l’intérêt de disposer d’élus communistes combatifs et le poids que représente un Conseil général dirigé par un communiste.
Pour la Seine Saint Denis, l’intérêt est déjà beaucoup plus limité : si l’amélioration de la desserte de la partie Nord Est (Plateau de Clichy sous bois-Montfermeil) est réelle, le secteur de Montreuil est délaissé et pour la partie Ouest, (c’est à dire St Ouen, Stains, St Denis), ce projet n’est pas de nature à régler la situation : les banlieusards de ce secteur ont tout intérêt au dédoublement de la ligne 13.
Dans les Hauts de Seine, ce sont les habitants de Clichy, d’Asnières, de Gennevilliers, ceux qui endurent au quotidien la galère sur la Ligne 13 qui se trouvent sacrifiés.
Répétons-le : la consultation du STIF aura finalement été pour la banlieue Nord une mascarade puisque ce qui ressortait de toutes les réunions, c’est le souhait massif du dédoublement de la ligne 13. Supprimer le goulot d’étranglement de La Fourche reste en effet, la seule solution permettant d’augmenter la fréquence des rames.
Seuls des élus bien loin du terrain et des préoccupations des gens poussent aujourd'hui des cris de victoire.
L’enjeu du dédoublement nécessaire de la ligne 13 a-t-elle posée avec suffisamment de force et de conviction au sein de l’exécutif régional et du conseil d’administration du STIF?
La désertion de G. Catoire sur ce dossier, qui a très vite abandonné la revendication du dédoublement de la ligne 13, préférant laisser les usagers à leur triste sort pour venir à la rescousse d’Huchon avec son projet de dupe de ligne 14, reste préjudiciable au rassemblement plus que jamais nécessaire.
Catoire porte ainsi une lourde part de responsabilité. Cet homme qui livre Clichy à la droite et aux colistiers de l’UMP, rallie DSK (« l’affameur des peuples ») sera un obstacle pour le mieux-vivre à Clichy, tant qu’il sera en position d’exercer son pouvoir de nuisance, plombant ainsi l’avenir de Clichy.
Mais la colère des usagers de la L 13, transportés comme du bétail, enfermés et tassés jusqu’à l’asphyxie dans des wagons par des « pousseurs », humiliés chaque jour gronde et s'amplifie de jour en jour.
Ce dédoublement, demandé par les communistes de Clichy, par les maires de Gennevilliers, de Saint-Denis, de Stains faisait parti du programme de la liste Front de Gauche pour les Régionales.
Les élus communistes exigent plus que jamais le dédoublement de la ligne 13 et leur candidat clichois aux cantonales François Delalleau en sera porteur.
Les évènements de Tunisie montre que rien ne peut arrêter un peuple en colère.