Cette situation s’est aggravée par le démantèlement des services publics, la casse de l’Hôpital et des maternités de proximité, la mise en place de la Loi HPST, des ARS et de la T2A, la remise en cause de la Sécurité sociale solidaire et du Code de la Mutualité pour répondre aux directives de Bruxelles favorisant la mise en concurrence du secteur assuranciel.
C’est une toute autre politique que le PCF et le Front de gauche proposent avec son candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon.
Il faut investir massivement dans l’Hôpital public, promouvoir les centres de santé, mettre un terme au renoncement aux soins, du au dépassement d’honoraires, aux franchises, forfaits et autres déremboursements de médicaments.
C’est pourquoi le Front de gauche propose d’établir le remboursement intégral à 100 % des dépenses de santé couvertes par la Sécurité sociale en y incluant les lunettes et les soins dentaires.
La Loi HPST doit être abrogée et avec elle, les Agences régionales de la Santé (ARS) comme la loi de 2003 instituant la tarification à l’activité (T2A).
Nous voulons, dans tous les domaines, une véritable démocratie sanitaire associant personnels, usagers et élu-es.
Augmentons sensiblement et de manière pérenne le nombre de médecins pour aller vers la suppression du numérus clausus, avec un service public de santé basé sur la proximité et la qualité des soins, en partenariat avec une médecine libérale renforcée et revalorisée avec un secteur unique.
Parti communiste français