Le rejet du Plan Local d’Urbanisme (PLU) désavoue le maire socialiste de Clichy, Gilles Catoire. Il signe l’échec de sa politique de division de la Gauche et d’allégeance à la droite.
Le voilà battu par ses propres amis politiques et soutenu par une partie de la droite, pour avoir préféré et persisté à choisir les requins de l’immobilier plutôt que l’intérêt des Clichois. Des Clichois qui, en 2009, à 80 % sur 5000 réponses comptées, ont condamné les tours de grande hauteur et la surdensification de la ville.
Rappelons qu’en octobre 2008, les élus communistes ont été les seuls, à gauche, à voter contre ce projet de PLU. En représailles, le maire de Clichy les a démis de leurs responsabilités au sein de la majorité municipale, alors qu’ils avaient été fidèles à l’hostilité légitime des Clichois à ce plan. Un Plan qui s’inscrit dans le droit fil du « Grand Paris Business» de Nicolas Sarkozy.
Nous restons, quant à nous, fermement attachés à l’union contre la droite, à la condition expresse que le parti socialiste mette réellement le cap à gauche.
Une véritable gestion de gauche à Clichy passe par : l’abandon des tours de la spéculation financière, la mise en échec des regroupements hospitaliers qui supprimeraient les urgences et la psychiatrie de Beaujon dans la perspective de sa démolition, le dédoublement en priorité de la ligne 13, l’adoption d’un plan de construction de logements accessibles aux 4000 mal logés de Clichy dont de nombreux jeunes, l’engagement de l’action solidaire pour l’emploi, les salaires, les retraites, l’école.
C’est aussi le maintien des terrains SNCF pour les transports publics, la restitution aux Clichois par le groupe Suez des millions d’euros de la surfacturation du chauffage urbain et la baisse du prix de la vapeur fournie, la réalisation rapide de tous les équipements publics programmés.
Bref, la gauche a le devoir d’établir avec les Clichois et pour eux, un nouveau contrat jusqu’à la fin du mandat. C’est là, le seul moyen de barrer la route à la droite, lors des prochaines élections municipales.
Comme de nombreux Clichois, nous nous demandons si le maintien de Gilles Catoire comme maire de Clichy est de nature à mettre en œuvre ce programme combatif de la gauche réunie. Il appartient au parti socialiste de répondre à cette question comme aux autres. Les Clichois ont clairement montré lors des élections régionales qu’ils veulent qu’on les écoute.
Soyons, ensemble, à la hauteur de leurs attentes.

La section du PCF de Clichy et les conseillers municipaux communistes Annie Mendez, Christian Garnier, Guy Schmaus