colmat.jpg
Les élections approchent, et voilà que la droite fait mine de se préoccuper de l’échec scolaire.
Pour le faire reculer, elle propose d’évaluer les enfants des la maternelle, en désignant des élèves « à risque » et « à haut risque ».
L’évaluation est un outil indispensable pour les enseignants, les élèves et leurs parents. Mais ce qui est proposé ne relève en rien d’une évaluation. Il s’agit de prédire pour mieux trier, sélectionner, exclure.
Il s’agit surtout de ne rien changer à l’existant en individualisant et rendant chacun comptable de ses difficultés.
En même temps, la droite détruit la formation des enseignants. Elle continue à supprimer des postes d’enseignants en classe ou en réseau d’aide (RASED) et de conseillers pédagogiques.
Les effectifs dans les classes sont donc de plus en plus chargés, et la formation continue de plus en plus réduite. Les possibilités de scolarisation précoce ne cessent de reculer.