11sept-world-trade-center-.jpg
''Dialogue Clichois reproduit cette intéressante analyse d'Alain Gresh, paru sur le site du Monde Diplomatique''
Les attaques contre les tours de New York et le Pentagone ont-elles marqué la naissance d’une ère nouvelle ?
Le monde a-t-il changé de bases parce qu’une poignée de terroristes a commis un des raids les plus audacieux de l’histoire contemporaine ? A voir le nombre de publications consacrées à l’événement, on serait tenté de le croire. Et pourtant…
Ces attentats ont d’abord ébranlé l’Amérique, et certains ont pu affirmer que, après la chute du mur de Berlin, on allait assister à un retour d’autant plus remarqué des Etats-Unis que leur puissance militaire est alors à nulle autre pareille : à eux seuls, ils représentent un peu moins de la moitié des dépenses d’armement dans le monde.
Les rapides succès en Afghanistan et en Irak ont corroboré ces analyses.
Dix ans après, « la guerre contre le terrorisme », qui visait à éradiquer toute menace, y compris celle des Etats dénoncés comme « voyous », est un échec, et la rhétorique belliciste de Washington s’est atténuée.