Fonc400.jpg
A la veille d'une nouvelle grève de la fonction publique le 21 janvier, Anicet Le Pors, ancien ministre communiste, revient sur le caractère progressiste du statut général des fonctionnaires.
La Fonction publique à la française doit être une création continue. Il insiste sur l'idée que les fonctionnaires peuvent participer à la construction d'une société plus solidaire, davantage dégagée des intérêts marchands.

En 1983 et 1984, sous votre responsabilité, la loi a modernisé la fonction publique et les statuts des fonctionnaires. Où en est-on aujourd’hui ?

Anicet Le Pors. Quatre lois en 1983-1984-1986 ont créé une fonction publique à « trois versants », sur la base d’un statut général des fonctionnaires comprenant un titre 1er regroupant les droits et obligations de tous les fonctionnaires, les trois titres suivants étant relatifs respectivement à la fonction publique de l’État, à la fonction publique territoriale et à la fonction publique hospitalière, l’ensemble regroupant 5,2 millions de fonctionnaires.
L’unité de cette architecture était essentiellement fondée sur trois principes : l’égalité, l’indépendance, la responsabilité, ancrés dans notre tradition républicaine.