Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - A. Chassaigne

Fil des billets

Sidérurgie : " Un plan et des outils pas du sang et des larmes !", par André Chassaigne (PCF)

AAAChass180.jpg
En interrogeant à deux reprises en quelques jours le ministre du Redressement productif sur l’indispensable nationalisation du site ArcellorMittal de Florange, mon objectif n’était pas de faire de la surenchère.
Mon interpellation répétée s’appuyait sur un constat douloureux pour le pays, celui de l’hémorragie industrielle débutée au début des années 1980 par la prise de pouvoir de la finance.
En rappelant d’abord que la perte de plus de 2 millions d’emplois dans le secteur en 30 ans est la conséquence d’un abandon : l’abandon d’une politique de développement industriel jugée obsolète par les chantres de la pensée néolibérale.
Comme le rappelait Pierre Laurent dans son discours de Lille sur l’industrie, « la France, avec 12 % de part industrielle (dans son PIB), est désormais à la 15ème place des pays membres de la zone Euro, loin derrière l’Italie, la Suède et l’Allemagne. »
20 années de politique du dividende ont produit leurs effets.
En 2011, ce sont encore 309 milliards d’euros d’intérêts, de frais bancaires, de dividendes versés, contre seulement 145 milliards d'euros de cotisations sociales patronales.
La finance - le coût du capital - est bien l’ennemi. Avec la crise financière depuis 2007 et la droite au pouvoir, tous les ingrédients ont été réunis pour accélérer le mouvement sans que les peuples n’aient leur mot à dire.
Mais pour l’avenir de notre pays, c’est maintenant qu’il faut marquer un coup d’arrêt.
La nationalisation de Florange pouvait constituer un premier signal.

Lire la suite...

 

Les députés communistes et Front de gauche votent contre le projet de programmation des finances publiques

AAACHmic.jpg
André Chassaigne, député communiste et chef de fil du groupe Front de Gauche à l’Assemblée nationale explique les décisions de son groupe parlementaire de voter contre le projet de programmation des finances publiques et de s’abstenir sur le projet de loi de finances lui-même.
"Nos votes sont réfléchis. Nous ne sommes pas sur une posture politique. Nous ne sommes pas dans l'opposition mais dans la construction".
Les deux projets ont été adoptés par la majorité PS, PRG et Verts en fin d’après-midi ce mardi.
Les députés du Front de gauche se sont abstenus lors du vote sur les recettes du budget 2013 et ont "toutes les raisons de voter contre" le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, dans l'état actuel du texte.
S'ils voteront contre le projet de loi de programmation des finances publiques 2012-2017, les députés du groupe s'abstiendront sur le volet recettes du projet de loi de finances 2013.
Ce budget, dans sa première partie, comporte des "avancées extrêmement timides", notamment un début de taxation du capital via une nouvelle fiscalisation des dividendes.
Parmi les "éléments négatifs", il faut citer le refus du dégel du barème et la progressivité insuffisante de l'impôt sur le revenu.
Mais aussi le "recul pas acceptable" sur la taxation des plus-values de cessions d'entreprise face à la fronde des "pigeons, ces champions de la plus-value à court terme, au risque de compromettre la mise en œuvre du principe que toute la gauche appelait de ses vœux, à savoir l’alignement de la taxation du capital sur celle du travail."
Ce budget n'est pas bon car au lieu de prendre en compte les besoins de la population, le gouvernement garde l’œil rivé sur l'abaissement à 3 % du déficit public.

Lire la suite...

 

A. Chassaigne président du groupe Front de Gauche

_
Brillamment réélu avec 67,6 % des suffrages exprimés, A.Chassaigne va pouvoir présider un groupe Front de gauche à l'assemblée nationale que des députés d'outre-mer viennent renforcer. A Chassaigne insiste sur le fait que la réussite de la gauche dans la période à venir est liée à l'indispensable mobilisation populaire. Voici un extrait de sa déclaration.
Au sortir de ces élections législatives, le bilan est à la fois sans appel pour une droite largement battue, et particulièrement inquiétant lorsque l’on fait le constat de l’effacement des frontières entre la droite parlementaire et l’extrême droite.
Elle préfigure sans aucun doute de nouvelles alliances des forces conservatrices et xénophobes, comme nous l’avons déjà vu ces dernières années dans toute l’Europe.
Cette situation nouvelle appelle également plusieurs constats sur le rôle que va tenir le Parlement dans les mois et les années qui viennent. Tout d’abord, le cadre électoral dans lequel se situe désormais ce scrutin, placé volontairement après l’élection présidentielle, porte atteinte au rôle de la représentation nationale. Il affaiblit le poids du travail d’élaboration des lois de l’Assemblé e nationale.
Cette situation renforce ensuite la polarisation de la vie politique de notre pays, autour des deux partis les plus influents à gauche et à droite, conduisant à amplifier l’abstention pour un scrutin qui est pourtant le plus déterminant pour l’avenir des Françaises et des Français.
Dans ce contexte, le Front de Gauche a cependant progressé nettement depuis 2007, passant de 4,3 % à 6,9 % des voix sur l’ensemble du pays. Mais cette progression remarquable, qui en fait la deuxième force à gauche, n’a pas permis de contrebalancer la progression encore plus importante des candidats du parti socialiste qui ont ainsi devancé les députés sortants du Front de gauche dans un certain nombre de circonscriptions.
Le nombre de députés du Front de Gauche à l’Assemblée nationale va nous permettre cependant de constituer un groupe de la majorité parlementaire avec une seconde composante autonome de députés progressistes d’outre-mer. J’ai accepté d’en assurer la présidence.
Les députés Front de Gauche continueront de porter les engagements essentiels de notre programme l’Humain d’abord.
L’espoir d’une gauche qui réponde enfin aux besoins populaires ne doit pas être une nouvelle fois déçu.

Lire la suite...

 

Après Durban tout reste à faire ! par André Chassaigne, député PCF

adurban.jpg
Les représentants de quelque 190 pays ont adopté dimanche une feuille de route vers un accord pour tous les pays de la planète en 2015 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, lors de la conférence climat de Durban (Afrique du Sud).
L'objectif de la communauté internationale est de limiter la hausse de la température de la planète à +2°C.
De toute évidence, vu le poids des USA et des autres pays capitalistes cramponnés aux logiques de la rentabilité immédiate, cette conférence ne permettra pas d'atteindre l'objectif. Voici la réaction d'André Chassaigne, député communiste.
Le rideau est tombé sur la Conférence de Durban. Les masques tombent aussi à l'issue d'un spectacle où les puissants auront joué au mieux les rôles qu'ils devaient tenir. Une fois de plus, leur comédie aura tenu le monde en haleine.
Les tirades sur le devenir de l'humanité, la main sur le cœur, auront nourri les espoirs de tous ceux qui ont conscience du drame vers lequel court la planète.
Les postures affichées auront même déclenché les applaudissements de quelques acteurs de second rang, relégués en figurants, mais tellement attachés à la moindre avancée.
Chacun savait pourtant que la partition avait été écrite par les gardiens du temple libéral, présents en souffleurs des pays industrialisés du Nord pendant toute la durée de la grande représentation finale.
Les nations les plus riches ont su gérer avec cynisme leurs intérêts immédiats, conscientes que dans tout théâtre, pour reprendre la formule de Jean Vilar, « l'habit fait le moine ».
Durban n'aura pas échappé à cette règle d'or !

Lire la suite...

 

Consultation des communistes : Echec au plébiscite

Bulurnrouge300.jpg
Les résultats de la consultation des communistes, s'ils valident le fait accompli de la candidature Mélenchon, constituent un sérieux revers pour des dirigeants qui avaient tout mis en oeuvre pour obtenir un plébiscite.
Celui-ci n'a pas eu lieu. Un rassemblement très nouveau des communistes pour l'avenir du Parti a peut-être commencé.
59,12% pour la candidature de J.L.Mélenchon, c'est un recul de 4,5% sur le résultat de la Conférence nationale.
40,88% opposés à ce choix, dont 36,82 pour André Chassaigne et 4,06 pour E. Dang Tran
André Chassaigne est placé en tête dans les fédérations suivantes: Allier, Ardennes, Cantal, Charente Maritime, Eure, Haute-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Marne, Haute Marne, Meurthe-et-Moselle, Nord, Orne, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Rhône, Saône-et-Loire ,Seine-Maritime, Somme, Var et Val-de-Marne.
Dans ces départements, ainsi que dans l'Aisne, l’Ile-et-Vilaine, la Loire, la Loire-Atlantique, la Haute-Saône et le Tarn, JLMélenchon obtient moins de 50% des voix.
Dans les deux départements dont les conseils généraux sont à direction communiste l'Allier et le Val de Marne, A. Chassaigne devance Mélenchon.
Le plébiscite voulu par Jean-Luc Mélenchon, Marie-George Buffet et Pierre Laurent n'a pas eu lieu!
Dimanche 5 juin, après la décision de la conférence nationale du PCF, imposée contre la volonté de la direction, de procéder à un vote des militants sur plusieurs candidatures, Jean-Luc Mélenchon, annulant son déplacement à Montreuil, tenait une conférence de presse au cours de laquelle, cachant mal son dépit de cette décision, il lançait cet appel:
« Les militants du parti communiste vont voter...Je forme le voeu que la décision prise le soit d'une manière nette, claire, massive et franche … avec élan et enthousiasme... »
Les partisans de la candidature Mélenchon à la direction du parti misaient sur un score de 70%, 20% pour Chassaigne et 10% pour Dang Tran. Ils ont mis le paquet pour y parvenir : appel de Pierre Laurent (une page dans l'Huma), appel de « 3 députés »..., tribune de Bob Injey contre André Chassaigne, interview de Jacques Chabalier dans Communistes, et censure de toute tribune favorable à André Chassaigne.
Le résultat est très loin de ces objectifs.
Il ouvre des perspectives pour le rassemblement de toutes celles et ceux qui, au delà du vote qui vient d'avoir lieu, souhaitent travailler pour que notre parti joue sans s'effacer, dans les luttes et pour les élections, son rôle pour un rassemblement transformateu,et travailler donc aux transformations profondes et à la démocratisation du parti dont ce qui vient de se passer confirme qu'il a tant besoin.

André Chassaigne reste disponible pour le peuple de France

 

Présidentielles : L'ultime Appel d'André Chassaigne

ACHGP.jpg
Dialogue Clichois appelle l'ensemble des adhérents et militants clichois du PCF à faire lucidement le choix n°2, c'est à dire à se prononcer en faveur d'André Chassaigne pour représenter le Front de Gauche à la Présidentielle.
L'appel ci-dessous d'André Chassaigne, en forme de mise au point, est le bienvenu surtout après les déclarations fallacieuses et infantilisantes de trois députés - M.G. Buffet, R. Muzeau et J.C. Sandrier- relayant le chantage de Mélenchon ( Moi ou la mort du Front de Gauche) et cherchant à faire pression sur les militants pour empêcher la désignation d'André Chassaigne....
Les délégués présents à la Conférence nationale ont adopté par 63 % des voix la résolution soumise désormais au vote des communistes. Ce texte est plutôt satisfaisant, tant sur l’analyse de la situation sociale et économique que sur les enjeux politiques. Il développe fort bien l’exigence d’une nouvelle pratique politique pour que les Françaises et les Français se réapproprient la politique et prennent en main leur avenir.
Mais cette résolution conclut de façon surprenante à une seule candidature possible aux présidentielles, réduisant ainsi le Front de gauche à une alliance de sommet et conditionnant sa réussite au choix d’un candidat incontournable.

Lire la suite...

 

Présidentielles : Le coeur et la raison...

Elipse210.jpg
Vu sur le site des camarades de Romans, cet appel dont nous partageons l'analyse.
Si j’en crois l’Huma du 30 mai dernier, qui reprend les propos d’un camarade de Marseille et en fait un titre, André Chassaigne serait le candidat du cœur, et J-L Mélenchon celui de la raison, sous-entendu le bon.
Cela me conduit à quelques remarques.
Une première d’ordre général : l’opposition entre le cœur et la raison. Cette opposition me semble factice. Pour avancer et agir, les humains et en particulier les militants, ont besoin du cœur ET de la raison. Les deux sont nécessaires, c’est ainsi que naît la conviction. Et pour plagier Robespierre, dans un important discours sur la Terreur et la Vertu, j’estime que : sans la raison le cœur est impuissant, sans le cœur la raison est funeste.
Donc J-L Mélenchon serait le « candidat de la raison ». Pour moi (comme pour tout le monde d’après l’Huma) il n’est pas le candidat du cœur, mais il n’est pas non plus le candidat de la raison, Il est même celui de la déraison.
Ensuite, quatre remarques plus spécifiques.
1er aspect : que signifie être le « candidat de la raison » ?
Ne s’agit-il pas, pour ceux qui le soutiennent, de celui qui serait apte à obtenir le meilleur résultat électoral immédiat ? J’ai le sentiment que les tenants de la candidature de J-L Mélenchon, considèrent comme une évidence, que dans le cadre du système électoral que nous subissons, un candidat communiste, (celui du cœur), ne peut, par principe, obtenir un bon résultat et qu’il doit donc laisser la place à un non communiste (candidat de la raison).
Pour seuls arguments, ils citent à l’envi les 3.3 % de Robert Hue et les 1, 8 % de M-G Buffet.

Lire la suite...

 

Pourquoi je soutiens Chassaigne, par Yves Dimicoli

Logo_Chassaigne_2012.jpg
Je veux dire pourquoi je soutiens la candidature d'André Chassaigne .
La crise du capitalisme est désormais d'une gravité extrême, mais sa portée demeure sous-estimée à gauche. La situation est grosse du besoin d'un dépassement que cherchent, pour le moment à l'aveugle, les luttes qui de partout se lèvent. La réponse aux urgences doit se conjuguer à la visée d'une nouvelle civilisation.
En France, tout est fait pour que cette recherche soit bornée par deux logiques:
- Le Front national prône la sortie de l'euro, le protectionnisme, la préférence nationale et la concurrence à mort entre européens;
- La droite et le PS, de leur côté, d'accord sur le Traité de Lisbonne, rivalisent à la marge avec des petites promesses nationales.%%% Le Front national progresse en instrumentalisant la question sociale. La droite pourrait faire jonction avec lui pour les législatives de 2013. D'où le risque, à gauche, d'un gros vote utile PS dés le 1er tour de la présidentielle.
Face à ce piège, il y a débats dans le front de gauche entre deux conceptions du rassemblement.
Cela concerne d'abord le Front lui-même :
- Pour Mélenchon, ce doit être un cartel d'organisations à but électoraliste pariant sur le jeu personnel médiatisé de son leader et dans lequel, au nom du rassemblement, on tend à minimiser les divergences, avec la perspective ultérieure de former un seul parti ;
- Nos congrès ont retenu la conception d'un Front de luttes, mettant en débat les différences avec une émulation sur les propositions, à l'appui de la prise en mains par les gens eux-mêmes, jusqu'aux urnes, de grands axes d' un programme transformateur. Cette option me paraît la bonne.

Lire la suite...

 

Présidentielles : Choisir André Chassaigne en toute lucidité

AvotePCF.jpg
Un évènement important s'est produit à la Conférence nationale du PCF ce week-end: le projet, défendu par le rapport d'ouverture, de réduire le vote des militants à un plébiscite pour ou contre le choix de Jean-Luc Mélenchon a été repoussé; un vote démocratique va pouvoir avoir lieu, sur les trois candidats restant en présence, André Gerin s'étant retiré pour "favoriser le rassemblement des communistes".
C'est une nouvelle donne. Rien n'est joué.
Plus que jamais, soutenons le choix d'André Chassaigne comme candidat du Front de gauche.
Voici un extrait de l'intervention à cette conférence nationale de J.M. Durand, membre du comité national.

Lire la suite...

 

Présidentielles : Chassaigne maintient sa candidature

AChassaiblog.jpg
Mélenchon n'a pas encore partie gagnée tant son ridicule chantage (moi ou la mort du Front de Gauche) fait un flop, tant les communistes ont été choqués par les entorses à la démocratie qui ont conduit à un quasi boycott de la candidature Chassaigne par la direction du PCF et de l'Humanité.
Si le groupe dirigeant (P. Laurent, M.G. Buffet, etc.) a choisi depuis des mois J.L. Mélenchon, il n'en est pas de même pour les militants communistes qui voient dans le choix entre Melenchon et Chassaigne, un choix entre deux conceptions du Front de Gauche.
L'une avec le mitterrandiste Mélenchon, politicienne et dangereuse et à courte vue avec la dilution à terme du PCF dans une nébuleuse social-démocrate, l'autre avec Chassaigne, proposant un Font dynamique et populaire avec des réformes politiques à la hauteur et respectant l'identité et l'apport de ses forces constituantes.
Pour les communistes clichois, le choix de la raison et du coeur c'est André Chassaigne: c'est un choix fort, courageux et lucide qui permet de déployer une stratégie rassembleuse avec un Front de Gauche qui ne soit pas du vent.
Les communistes choisiront entre Mélenchon et Chassaigne en votant les 16,17 et 18 juin.
Dans cet entretien A. Chassaigne qui a refusé de retirer sa candidature explique sa démarche.
Vous avez finalement choisi de maintenir votre candidature. Pourquoi ?
André Chassaigne. Il y avait une très forte demande de la part de nombreux délégués communistes. La preuve en est c’est que le bulletin de vote proposant différentes candidatures a été voté à 80%.
C’était incontournable pour que les communistes puissent se mobiliser derrière le candidat qui sera retenu au final. Si l’on n’avait pas soumis au vote ma candidature, cela aurait créé beaucoup de frustration et de déception, avec le sentiment que la décision était prise d’en haut.

Lire la suite...

 

André Gérin (PCF) : Adresse aux communistes de France

gerad.jpg
Par souci d'information et pour nourrir le débat démocratique, Dialogue Clichois met en ligne cette adresse d'André Gérin aux communistes qui s'appuie sur une analyse historique des renoncements du PCF, conduits sous la houlette de R. Hue, M.G. Buffet et P. Laurent, analyse dont nous pouvons partager les grandes lignes.
Présidentielle 2012 : en jouant un 21 avril à l'envers le PS joue avec le feu.
Déboucher sur un 21 avril 2002 à l’envers fait partie de la stratégie du Parti socialiste. J’en ai l’intime conviction.
L’instrumentalisation du FN par le Parti socialiste a commencé en 1984 avec François Mitterrand. Il s’agit de réactiver ce dispositif dans les conditions d’aujourd’hui.
Quelles sont-elles ?
Le désaveu et le rejet de Nicolas Sarkozy et de l’UMP, la marginalisation du PCF, sa disparition dans la nébuleuse du Front de gauche derrière Jean-Luc Mélenchon, faux-nez du PS, le désarroi et l’exaspération de l’électorat populaire (ouvriers et employés), autant d’éléments pour siphonner le potentiel électoral de l’UMP et faire grossir le FN, en espérant ainsi bon an mal an gagner la présidentielle à défaut d’adhésion majeure à un projet politique par ailleurs inexistant.

Lire la suite...

 

Déni de démocratie, chantage au chaos, programme insuffisant...

accolmel.JPEG
J.M. Durand (PCF), dans son intervention au CN, expose le déni de démocratie que veulent nous imposer P. Laurent et la direction du PCF en imposant la candidature de Mélenchon aux communistes, réfute le chantage au chaos et estime insuffisantes pour changer les choses, les mesures mises en avant par JL Mélenchon.
Dialogue Clichois reproduit son intervention.

1)Tout d’abord sur la similitude avec la situation de 2007.
À mon avis il y a, à la fois similitude et différence.
- Différence, essentiellement parce que nous nous situons à un moment où il n’y a pas d’urgence, où nous avons encore le temps de débattre sereinement des candidatures -nous sommes à plus de 12 mois de l’échéance- et du contenu politique.
Donc nous sommes à un moment qui nous donne une entière latitude pour expliciter notre démarche, mettre en avant un candidat issu du PCF et porter le débat dans le Front de gauche sur cette question.

Lire la suite...

 

Y. Dimicoli (PCF) : Il ne faut pas accepter le chantage de Melenchon

dimicoli110.jpg
Yves DIMICOLI est membre du CN du PCF. Voici son intervention après le rapport de Pierre Laurent devant le comité national, appelant les communistes à se rallier à la candidature.... de Mélenchon.
Y. Dimicoli demande que chaque communiste puisse se prononcer par vote sur toutes les candidatures avant la Conférence nationale.
Il y a une dynamique possible du Front de gauche, comme le confirme le succès des cantonales étroitement corrélé à l'implication relancée des communistes avec cette initiative.
Comment la développer à la mesure des défis à venir?
La situation exige de conjuguer apports communistes novateurs et rassemblement, ce qui rend légitime que le PCF présente son propre candidat à la candidature du Front de gauche, fut-il différent de celui proposé par ses partenaires.
Mais voilà, depuis des mois, on demande aux communistes de ne pas se préoccuper de la candidature pour ne débattre que du contenu d'un programme partagé.
Et pendant qu'ils s'adonnaient à cette tache unique, les partenaires du PCF avec les médias choisissaient Mélenchon.
Aujourd'hui nos partenaires disent : « personne d'autre que Mélenchon! », ce qui peut s'interpréter comme un chantage, car, si les communistes décident cependant de choisir quelqu'un d'autre, A. Chassaigne par exemple, alors cela signifierait, suggère-t-on, la fin du Front de gauche.

Lire la suite...

 

PRESIDENTIELLES : Quel jeu joue la direction de notre parti ? par B. Lamirand, syndicaliste

Iluspcf.jpg
Je suis en droit de m'interroger.
J'ai déjà dit mon opinion sur la méthode décidée par le conseil national pour déterminer notre positionnement pour les élections présidentielles.
Je ne sens vraiment pas un vrai débat communiste pour situer notre projet communiste avant de le mettre en relation avec ceux de nos autres partenaires du Front de Gauche.
J'ai l'impression d'une simple alliance électoraliste pour se préparer à gouverner avec les socialistes si ceux-ci reviennent au pouvoir: une sorte de ragoût de gauche plurielle.
Ainsi aucun débat de fond entre les communistes dans les sections et dans les fédérations pour présenter un projet communiste avant qu'il puisse être versé dans le pot commun d'un front de gauche qui ne doit pas être un parti mais un rassemblement de luttes pour moi.

Lire la suite...

 

Un débat de fond pour élargir le Front, par André Chassaigne (PCF)

AChassblog3.jpg
Nous constatons jour après jour la fuite en avant des dirigeants européens face à la crise de la dette publique en Europe.
En fait, l’objectif n’est pas nouveau : conforter un euro « fort », avec une BCE au service de la domination des marchés financiers. Cela ne fait qu’accentuer le plongeon économique de l’Union Européenne et le malheur social des Européens.
Ainsi, malgré l’ébranlement des dogmes libéraux, les gouvernements continuent à répondre sans dévier aux exigences des capitaux financiers.
Une fois encore, ils choisissent de faire payer l’addition aux peuples en imposant de nouveaux reculs aux services publics et à la protection sociale. Terrible constat ! Et que de souffrances et angoisses constatées au quotidien !

Lire la suite...

 

Qu'attendent la direction du PCF et la FD des Hauts de Seine pour promouvoir la candidature d'André Chassaigne ?

AchassLCP1.jpg
Devant l'apathie de la direction nationale du PCF, nos camarades de la FD du Puy de Dôme - où est adhérent A. Chassaigne - se sont adressés au secrétaire national Pierre Laurent, aux membres du CN et aux secrétaires fédéraux.
L'embarras, les censures et le refus de promouvoir la candidature d'André Chassaigne par la direction nationale, et dans notre département l'inertie de de la direction fédérale tendent à montrer que la décision de soutenir J.L. Mélenchon a déjà été prise, dans le dos des communistes, dans le cadre de combinaisons politiciennes de sommet.
Voici le texte de cette lettre.
Chers camarades,
La convocation de notre Conférence Nationale des 4 et 5 juin prochain ouvre officiellement le débat sur la question de l'élection présidentielle et celle de l'accord politique que nous souhaitons au sein du Front de Gauche.
La discussion sur notre projet et sur celui ou celle qui portera à cette occasion notre parole collective est posée. Ainsi l'adresse du Conseil National aux communistes « invite toutes les fédérations à prendre le maximum de dispositions pour permettre à chaque communiste d'être partie prenante de ce débat essentiel ». André Chassaigne s'est adressé aux communistes dans une lettre ouverte rendue publique à l'Assemblée des animateurs de section dans laquelle il fait le bilan d'un tour de France débuté en septembre au lendemain de son offre de candidature.
Cette lettre ouverte, pourtant riche d’enseignements, n’a pas été portée à la connaissance des communistes. Il est de plus en plus évident que la candidature d'André Chassaigne n’est pas et ne sera pas soutenue officiellement par le Parti.

Lire la suite...

 

A. Chassaigne (PCF) : Mr Chatel, nous ne voulons pas de l'école-entreprise!

Educprim350.jpg

Le Ministre de l’Education Nationale Luc Chatel, (un ancien de l'Oréal ! ) a annoncé la création d’une prime au mérite pour les chefs d’établissements.
Ces critères « au mérite » sont une véritable machine de guerre contre l’Ecole de la république, l'accès aux droits et aux savoirs.
Ils favorisent l’accroissement des difficultés des élèves et les inégalités sociales de réussite scolaire.
A l’heure où le gouvernement veut rendre les établissements autonomes laissant à la charge des collectivités locales leur financement, c’est une pression supplémentaire mise sur les chefs d’établissement et donc sur les établissements eux-mêmes.
La conséquence de leur mise en concurrence risque d’être dramatique ! Faute de moyens pédagogiques, ce principe de prime va pousser les chefs d’établissement à « recruter » de moins en moins d’élèves issus de familles populaires.
Les logiques de marché et la concurrence ne doivent pas être le leitmotiv des établissements scolaires ! L’école n’est pas une entreprise et les chefs d’établissement ne doivent pas être des patrons.
Pour le PCF, l'éducation n'est pas à vendre. Elle doit être libérée du marché et gratuite !
C’est d’une transformation progressiste, dont l’école a besoin, pour satisfaire son rôle de service public, assurant partout et pour tous la qualité et l’égalité des conditions d’enseignement.
Voici la réaction scansalisée d'André Chassaigne, lui même ancien directeur d'école.
"Après les annonces de suppression de 16 000 nouveaux postes d’enseignants pour la rentrée prochaine, le Ministre de l’Education Nationale, Luc Chatel est toujours à la pointe de la destruction du service public d’éducation.
En grand spécialiste du « marketing » et de la « gestion des ressources humaines » qu’il est, il propose aujourd’hui la création d’une prime au mérite pour les chefs d’établissements !
Luc Chatel se rêve en PDG de l’école, en voulant transformer les chefs d’établissements en « managers » payés à la « performance » en fonction de leur capacité à appliquer les réformes libérales.

Lire la suite...

 

Les communistes clichois exigent la parution de la Lettre d'André Chassaigne dans l'Humanité

Achass400blog2.jpg
Jacques Chabalier, dans l’Humanité du 19 janvier, retraçant les débats du CN et ceux de l’assemblée des animateurs de sections, réaffirme que « dans l’immédiat, les communistes sont invités à débattre de l’ambition qu’ils se donnent dans la perspective de l’élection présidentielle… » et que « les communistes seront régulièrement informés… ».
Il n’évoque pas la Lettre d’André Chassaigne qui a justement et officiellement fait acte de candidature à la candidature pour le Front de Gauche lors de ce même CN du 7 janvier.
Pour sa part, devant l'assemblée des animateurs de section, le rapporteur des groupes de discussion ("les ruches") a déformé, sans retenue, le contenu des échanges qui faisaient ressortir un large soutien à l'idée d'une candidature d'un communiste aux Présidentielles.
Pourquoi ces œillères et ces parti-pris dans l'information les communistes ? Ceux ci sont de grands garçons et n’ont nul besoin qu’on leur livre du prêt à penser .
Ces oublis et cette désinformation des communistes sont d’autant plus regrettables, lorsque l’on s'aperçoit dans le même temps que la lettre ouverte aux communistes qu’André Chassaigne adresse à tous les communistes, explicitant le sens de son offre de candidature, n’est toujours pas parue dans l’ Humanité.
Pourquoi et qui décide ce black-out imposé à la direction du journal ?
Y aurait –il dorénavant deux poids deux mesures ?
L’Humanité en date du 24 janvier, propose un entretien avec Jean-Luc Mélenchon dont la candidature a été entérinée la veille par le conseil national du PG. Pourquoi pas ? C'est en effet un élément important d'information.
Mais alors, pourquoi le silence s’agissant d’André Chassaigne ?

Lire la suite...

 

Ensemble, refusons l'effacement du PCF au profit de Mélenchon

faucille.jpg
D’une manière large et diverse, de nombreux communistes expriment leur volonté d’une candidature issue du parti communiste en 2012 et leur refus de la dilution et de l’effacement du PCF que serait le soutien apporté à un candidat socialiste bis.
Ce serait une fois encore, - comme ce fut le cas avec l'épisode stérile de la Gauche Plurielle au cours duquel DSK, J.L. Mélenchon et MG. Buffet étaient ensemble au gouvernement - entraîner notre peuple dans l'impasse et tourner le dos au nécessaire rassemblement majoritaire à opérer pour non seulement battre Sarkozy, mais changer véritablement en France et en Europe, avec une vraie politique de gauche s'en prenant autrement qu'en parole, aux logiques capitalistes.
Certains camarades soutiennent la candidature d'André Gérin, d'autres autour de Communisme 21 s'inquiètent de l'effacement du PCF et de son enfermement dans la petite gauche de la gauche, d'autres comme les communistes Clichois se retrouvent bien dans la candidature d'André Chassaigne, enfin de nombreux communistes, une majorité vraisemblablement, estiment qu'un candidat communiste est le mieux placé pour porter les couleurs du Front de Gauche.
Nous sommes rentrés dans une période décisive pour rassembler cette force et gagner.
L'heure n'est elle pas venue de nous retrouver sur ce qui nous rassemble : le refus de l'effacement du PCF à l'occasion de la Présidentielle, notre volonté commune de faire vivre le PCF, de développer partout les luttes ?

Lire la suite...

 

Présidentielles 2012: Chassaigne invite le PCF à se prononcer

Chassaignesalaires250.jpg
Le député appelle son parti à exprimer une préférence entre les candidats pour 2012.
Jean-Luc Mélenchon, désormais proposé par le PG comme le meilleur candidat pour représenter le Front de gauche à l’élection présidentielle, le député communiste André Chassaigne appelle son parti à exprimer à son tour une préférence dans le débat où lui-même est candidat à l’investiture.
« Dans la mesure où le Parti de gauche a désigné un candidat, je pose la question suivante : est-ce que le PCF, à partir des candidats qui se sont déclarés en son sein, va lui aussi proposer un candidat à la candidature du Front de gauche, interroge-t-il dans un entretien accordé à Libération.
Je ne demande pas que le PCF impose un candidat mais qu’on puisse discuter sans a priori. »
Le député communiste du Puy-de-Dôme alerte sur le risque d’un débat biaisé à ses yeux entre les candidatures, du fait de « la forme d’exclusion a priori de (sa) candidature » pratiquée par les télés et les radios « en considérant que Mélenchon est le candidat naturel du Front de gauche ».
Répétant son attachement à une méthode de désignation qui « doit se faire sur une réflexion et non sur un rapport de forces quantitatif », André Chassaigne estime qu’il y a, chez les électeurs et les militants, « une attente qui ne correspond pas à la façon de faire de Jean-Luc Mélenchon », en particulier sur le « positionnement face au PS » et dans la déclinaison de l’ambition qu’André Chassaigne fait sienne de « faire gagner une gauche bien ancrée à gauche ».

- page 1 de 2

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs