Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - AP-HP

Fil des billets

Hôtel-Dieu et Beaujon : les urgences dans la ligne de mire

AAhotdi.jpg
Les usagers et les personnels de l'Hôtel-Dieu ont manifesté pour le maintien des urgences dans leur Hôpital.
A s'obstiner à faire prévaloir une logique comptable sur une logique médicale d'accès aux soins pour tous, les services d'urgences des Hôpitaux de l'AP-HP sont menacés de fermeture dans beaucoup d'endroits.
A Paris, comme à Clichy.
Plusieurs centaines de manifestants, personnel et usagers, sont venus défendre mercredi, à l'appel de la CGT de l’AP-HP, le maintien du service des urgences de l'Hôtel-Dieu, le plus ancien hôpital de la capitale.
Le service des urgences a pourtant accueilli 43 000 patients en 2011. Plusieurs services ont déjà été transférés à l'hôpital Cochin (XIVe arr).
La mort lente de l’Hôtel-Dieu n’est plus un mystère.
Depuis le début de l’année, les signaux négatifs se succèdent, annonçant à chaque fois la fin proche ou annoncée d’un nouveau service.
Du fait de structures d’accueil inadaptées et vétustes, l’Hôtel-Dieu doit subir une reconversion ou une rénovation.
En raison d’un coût estimé à 1 milliard d’euros pour une éventuelle rénovation, l’AP-HP (Assistance publique - hôpitaux de Paris) dirigée par le socialiste Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris et président du conseil de surveillance de l’AP-HP, a choisi la première solution, moins coûteuse, mais qui implique la fin de l’Hôtel-Dieu en tant que grand hôpital de proximité du centre-ville.
"Nous nous opposons à la décision de la Commission médicale d'établissement (CME) de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) qui a récemment voté la "fermeture progressive" des urgences de l'Hôtel-Dieu. Il faut déconnecter la question financière de l'offre de soin aux patients", a déclaré Rosemay Rousseau de l'Usap CGT.
Au total, les urgences (ophtalmologiques, médico-judiciaires et médico-chirurgicales) "accueillent 300 malades par jour, elles servent à quelque chose! Or, ce ne sont pas les médecins qui veulent les fermer mais des personnalités externes", a précisé Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu.
Parmi les personnalités venues apporter leur soutien, figurait l'urgentiste Patrick Pelloux. "Cette fermeture, ce sont des milliers de malades qu'il faudra basculer sur d'autres sites, tous saturés avec plusieurs heures d'attente pour les malades", a-t-il déclaré.
Le cortège s'est dirigé vers l'Hôtel de ville afin d'interpeller le maire de Paris Bertrand Delanoë qui s'était prononcé fin octobre "personnellement très attaché" au maintien des urgences de l'Hôtel-Dieu.

 

AP-HP : Manif devant le siège parisien

AvAPHP.jpg
Vu sur l'Humanité, ce compte rendu de la manifestation de mardi des syndicaliste de l'AP-HP , dont Beaujon fait partie, devant le siège parisien.
La mobilisation des personnels et des clichois est d'autant plus indispensables qu'outre l'attaque contre les urgences, la réorganisation des secours se fait au détriment de la vitesse d'intervention.

Bravant le vent et la pluie, plus de 300 élus syndicaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés (...) à l’appel d’une intersyndicale (CGT, SUD, CFDT, FO, CFTC) devant le siège de l’institution, au cœur de Paris, pour réclamer l’ouverture de négociations sur les moyens d’exercer leurs mandats, et plus largement sur la politique en vigueur au sein des établissements.
Peu après 9 heures, la façade du bâtiment haussmannien s’est retrouvée en quelques minutes drapée de banderoles dénonçant les effets des restructurations : « Les outils, c’est bien ; avec du personnel, c’est mieux », pouvait-on ainsi lire sur les murs.
Pendant ce temps, une partie des élus, réunis dans la salle des instances de l’établissement, refusaient de siéger au comité technique d’établissement (CTE) central si des négociations n’étaient pas ouvertes. « Avant la loi HPST, nous avions un CTE par établissement.
Désormais, il n’y en a plus qu’un par groupement hospitalier. De fait, nous avons perdu 437 élus », dénonce Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l’Usap-CGT.

Lire la suite...

 

Beaujon : Délégation du personnel et des Clichois à l'Agence Régionale de Santé

ARS1.jpg
Le 1er juin, une délégation composée de personnels de Beaujon, de clichoises et de clichois, accompagnés de Guy Schmaus et de militants communistes s'est rendue au siège de l'Agence Régionale de Santé, à Paris, pour défendre l’Hôpital Beaujon de Clichy.
La délégation a été reçue par le directeur de cabinet de Claude Evin, le patron de l'Agence.
Elle a rappelé l'exigence des personnels et des clichois du maintien de l'Hôpital sur Clichy qui doit rester un hôpital d'excellence et de proximité et disposer des moyens de son développement.
Les syndicalistes ont eu l'occasion de dénoncer le fait que 200 emplois ont été supprimés sur deux ans. Les conditions de travail ne cessent de se détériorer dramatiquement sur Beaujon ce qui commence à poser de graves problèmes.
Actuellement dans le collimateur des démolisseurs de la santé publique, le Service des Urgences (15 médecins, 30 infirmières et 20 aides soignantes et 27 000 admissions de patients chaque année)
ARSBeau.jpg
Il faut le sauver : un hôpital sans urgence, sans service d'excellence est un hôpital sur le déclin.
Faute de capacité d'accueil et de soins dans le cadre de l’hôpital public, trop de patients admis aux urgences sont dirigés vers des structures privées dont l'objectif essentiel est la rentabilité avant la santé.
Guy Schmaus a souligné que le conseil municipal de Clichy s'était réuni deux fois sur la situation de Beaujon et s'était prononcé à chaque fois à l'unanimité sur la nécessité de sauver l'Hôpital.
Il a également insisté sur la nécessité d'abroger la loi HPST (Hôpital-patient Santé- Territoire) dite Bachelot et a exigé des mesures concrètes. Le représentant de l'ARS, dans ses réponses, a botté en touche du côté de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris....
Une évidence : la mobilisation des clichois autour de leur Hôpital doit prendre davantage d'ampleur pour se faire entendre.

 

APHP : Le plan stratégique de tous les dangers !

CGTHOP400.jpg
« Le plan de tous les dangers » c’est ainsi que l’USAP CGT qualifie le plan stratégique 2010/2014 voté le 15 septembre dernier par le conseil de surveillance de l’Assistance publique hôpitaux de paris (APHP).
Rappelons que sous la houlette conjointe de la ministre UMP R. Bachelot et de l'ancien ministre socialiste C. Evin, Président de l'Agence régionale de santé (ARS) s'organise la casse du système hospitalier francilien (dont Beaujon, à Clichy fait partie), laquelle compromet gravement l'offre de soin.
Voici le communiqué de l'USAP CGT.

L’USAP CGT estime que le plan stratégique 2010 / 2014 dans sa déclinaison actuelle, ne présente pas les garanties indispensables pour une offre de soins publique de qualité et de sécurité pour la population.
Il a été voté à 5 voix contre (élus du personnel, de la région, et de la mairie de Paris) et 10 voix pour.
Il est élaboré dans le droit fil de l’obligation de retour à l’équilibre et du plan d’économie imposé par le gouvernement en contradiction avec le projet médical.

Lire la suite...

 

Conseil municipal extraordinaire : Beaujon est nôtre, sauvons le d'urgence!

CMB1H380.jpg
Le Conseil municipal extraordinaire consacré à Beaujon, s'est tenu le 22 juin devant l'Hôpital. Les élus clichois, les syndicalistes ont pu exprimer toutes leurs raisons de refuser la mort programmée de l'Hôpital.
A terme, ce que le gouvernement et la droite souhaitent, c'est la mort de la santé publique et la marchandisation de la santé en privatisant les soins.
La Loi Bachelot (loi HSPT) enclenche cette mécanique infernale de casse.
Dans le plan de restructuration de l'AP HP, Beaujon serait regroupé avec Bichat, Louis Mourier, Bretonneau et Charles Richet :
" Au nom de la rationalisation et des gains de productivité revendiqués par la ministre de la Santé, il s'agirait de ne garder qu'un seul véritable hôpital par très gros secteur de trois cent à quatre cent mille habitants. Les autres s'ils ne sont pas fermés, ne survivraient que pour dispenser des soins élémentaires ou comme maisons de retraite ou de soins long séjour.", dénonce la CGT.
CMB2V290.jpg

Tel est le résultat des décisions adoptées par le Conseil d'administration de l'AP-HP présidé par le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë.
Il faut beaucoup d'hypocrisie et de cynisme pour approuver le plan de restructuration et faire mine de s'émouvoir des suppressions d'emplois qu'il engendre.
En 2010, ce sont 129 suppressions de postes - dont 61 sur Beaujon- qui sont programmées et la direction se donne pour objectif de réaliser, en dépit des besoins criants, 17 millions d'euros d'économies à Beaujon même.
A court terme, outre les suppressions de postes, c'est la suppression du service des urgences, du service psychiatrique et le renoncement à la construction de la nouvelle maternité.

La délibération, proposée par le Maire, mais rendue plus offensive à la demande des élus communistes, a été adoptée à l'unanimité.
CMB3H350.jpg
Guy Schmaus et Annie Mendez

Guy Schmaus, est intervenu au nom des élus communistes.
Vous trouverez ci dessous son intervention

"L’annonce de la démolition future de l’hôpital Beaujon pour construire ailleurs qu’à Clichy, un nouvel hôpital, issu du regroupement entre Bichat et Beaujon, lequel perdrait au passage le tiers de 1 400 lits existants, a de quoi soulever l’indignation et la colère des clichois.

Beaujon, c’est en effet la reconnaissance des familles pour la guérison d’un proche, ou quelquefois, pour la sauvegarde de sa vie.

Lire la suite...

 

Sans vous, ils tueront Beaujon !

Beaujdepcar400.jpg
Les démolitions de Beaujon et de Bichat pour construire hors de Clichy et de Paris un hypothétique hôpital de 1000 lits au lieu des 1400 lits actuels est un crime contre la santé des clichois et contre celle de nos voisins.
Ce crime est inscrit dans la loi Sarkozy-Bachelot de régression sanitaire que confirme la directrice de l’hôpital Beaujon dans sa lettre du 21 avril 2010. C’est un crime commandité par l’Europe de l’inhumaine rentabilité financière contre nos industries, nos emplois, nos salaires, nos retraites et nos services publics.
Ne vient-on pas de trouver 700 milliards d’euros quémandés par la bourse et par les banques, pour imposer une folle austérité aux peuples d’Europe?
Ensemble nous pouvons assurer l’avenir de Beaujon et, dans l’immédiat, sauvegarder ses effectifs, ses services d’urgence et de psychiatrie...
Ensemble nous pouvons exiger sa modernisation et les coopérations avec les autres hôpitaux qu’appellent les avancées médicales.
C’est dans cet esprit que vos élus communistes ont présenté trois propositions au conseil municipal du 11 mai dernier. Nous nous félicitons qu’elles aient fait l’unanimité.

Il s’agit :

1) De développer le comité de défense de l’hôpital crée lors de la réunion publique du 16 avril dernier salle Heidenheim.
2) De convoquer un conseil municipal extraordinaire devant Beaujon avant la fin juin.
3) D’organiser avec les villes voisines des démarches et des manifestations…

Quelles que soient nos opinions et nos croyances, l’heure est aux mobilisations multiples et convergentes jusqu’à ce que nous obtenions la victoire. Soyons conscients qu’elle ne sera que le fruit de notre forte levée en masse car sans vous ils tueront Beaujon.

Les élus communistes de Clichy: Annie Mendez, Christian Garnier, Guy Schmaus.

 

Beaujon : L’avenir de l’AP-HP débattu au Conseil de Paris, par Alain Lhostis

ManifBeaujonsi_ge400.jpg
La mobilisation des Clichois autour de l'hôpital Beaujon monte en puissance avec la création du Comité de Défense, la récente manifestation devant le siège de l'AP-HP dont Beaujon fait partie.
Au conseil municipal, les élus du groupe communiste- Guy Schmaus, Annie Mendez, Christian Garnier - sont porteurs d'un vœu de soutien aux agents hospitaliers, de propositions alternatives de financement et bien sûr, de propositions d'actions.
Le 10 mai, s’est tenu, lors de la séance du conseil de Paris, un débat sur l’avenir de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, préparé par une commission représentative du conseil de Paris qui a auditionné tous les acteurs de l’institution.
Dialogue clichois propose, après cette séance, les réflexions d’Alain Lhostis, conseiller de Paris (communiste), président du conseil d’administration de l’AP-HP de 2001 à 2008...



Depuis plus d’un an, la situation à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ne cesse de se dégrader, que ce soit au plan social ou comptable.
Déjà, en 2009, le budget voté par les élus de droite et une majorité du conseil d’administration avait entériné une nouvelle suppression de 700 emplois.
Les élus de gauche avaient dénoncé ces orientations et voté contre ce budget.
Mais, ce qui a mis le feu aux poudres, ce sont les déclarations du directeur général reprenant les travaux du conseil exécutif, annonçant la suppression de 4 000 emplois et des restructurations considérables, tout cela sans aucune véritable concertation.

Lire la suite...

 

Beaujon : Près de 150 agents devant le siège de l’AP-HP

BeaujSCHH400.jpg

Les communistes (ici G. Schmaus) aux côtés des agents de Beaujon en luttes
La mobilisation des agents hospitaliers de l’Hôpital Beaujon prend de l’ampleur.
Le 6 mai, à l’appel de leurs syndicats (CGT, FO, Sud, CFDT,…), ils se sont réunis dans le hall d’entrée, puis ont pris place dans trois autocars pour partir en délégation au siège de l’AP-HP à Paris, avenue Victoria.
Beaujman6maiH350.jpg
Il s agissait de protester contre la fermeture programmée de Beaujon, contre la fermeture dans l’immédiat du service des urgences, de la psychiatrie, contre les 61 suppressions de postes. Les syndicats exigent le maintien de l’unicité de l’hôpital et le maintien de tout le personnel sur le site et la titularisation de tous les CDD.
Au nom des élus communistes et de la section du PCF de Clichy est venu soutenir les manifestants et les accompagner.

Lire la suite...

 

Le plan de l’AP-HP est guidé par la recherche de la rentabilité, par André Grimaldi*, professeur de médecine à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière

Agrimaldib.jpg
En octobre 2008, la Fédération hospitalière de France (FHF), présidée par Claude Évin, publiait un document dénonçant « l’asphyxie budgétaire des hôpitaux publics qui menace le service public ».
Le diagnostic était sans appel? : « l’hôpital public est sous-financé depuis de nombreuses années, (…) l’hôpital se paupérise (…) les situations déficitaires se multiplient.
Pour équilibrer les budgets hospitaliers, les établissements devront prendre des mesures de réduction de l’emploi et de la masse salariale (…). Ces suppressions d’emplois toucheront l’ensemble du territoire. En tout, cela représente près de 20?000 emplois menacés en 2008. La convergence des tarifs du secteur public et du secteur privé ne fera qu’accentuer ces déficits (…). Pour la FHF, cela est inacceptable. »
Ce qui était inacceptable il y a deux ans pour le président de la FHF est devenu en 2010 tout à fait acceptable par Claude Évin, promu directeur de l’agence régionale de santé (ARS) de l’Île-de-France.

Lire la suite...

 

AP-HP, Beaujon, Trousseau, Bichat, Mourier... : L’HEURE DE LA RIPOSTE !

engreve.jpg
AP-HP : suppressions de 4000 emplois, éclatement en 12 groupes, démantèlement de Beaujon...
Lors de sa participation du meeting du Front de gauche à Clichy, Th. Guigui infirmier et candidat sur la liste, a exposé les conséquences dramatiques pour les agents hospitaliers et les patients, de la réforme hospitalière en cours.

Vendredi les personnels de la santé et les hospitaliers sont dans la rue.
Le gouvernement se précipite pour démanteler l’hôpital public en général et l’AP-HP en particulier et l’Hôpital Beaujon. Car il sent que la résistance monte de toutes parts.
Agents hospitaliers, médecins, patients : plus personne n’est dupe de l’objectif des « réformes » successives.
La création des pôles d’activité, l’instauration de la T2A (tarification à l’acte), puis la loi Bachelot, toutes ces mesures n’ont qu’un but : organiser la pénurie des moyens pour le public, faire le lit du privé, dégager des sources de profits aux dépens de la collectivité, des malades, des personnels.
Avec la T2A , le gouvernement fabrique les déficits du service public hospitalier mais nourrit les bénéfices des cliniques à but lucratif. Les critères retenus arbitrairement pénalisent le secteur public qui prend seul en charge les pathologies lourdes, la recherche, la formation, les soins aux personnes précaires etc.

Lire la suite...

 

Beaujon, un hôpital mythique, par le Dr Saintjust*, praticien hospitalier

Beaujonstade350.jpg
Dialogue clichois a reçu cette contribution d'un médecin hospitalier francilien qui témoigne de l'importance dans le paysage hospitalier français et de la renommée de l'Hôpital Beaujon - aujourd'hui menacé par les restructurations décidées par Sarkozy-Bachelot et C. Evin.
Ce médecin qui signe ses contributions du pseudonyme de Saint-Just, nous aide ici à mesurer l'importance pour les clichois et les patients de l'outil que s'apprête à démanteler la droite sarkozyste et l'ancien ministre socialiste de la santé C. Evin qui dirige l'agence régionale de santé (ARS)....

Beaujon, un hôpital mythique
Pour tous les médecins en particulier hospitalier de la région parisienne, l’hôpital Beaujon reste un hôpital mythique, tout-à-fait à part dans le paysage hospitalier français.
C’est la vitrine de l'excellence française publique et ce, en plein quartier populaire ! Et c’est l’arrivée à nos oreilles d’une fermeture possible de ses urgences qui nous amène ces réflexions et justifie notre indignation.

Lire la suite...

 

LA REGION Ile-de-France menacée par Sarkozy et Evin de devenir un désert hospitalier public

Beaujurg350.jpg
L’Hôpital Public est livré aux Marchands de la santé, l’AP-HP devient une entreprise de démantèlement public. L’ARS organise le Renoncement aux soins en Ile de France. TROP c’est TROP, Ça Suffit comme ça !!!!
Nous, Elu-e-s, Usagers, Militants syndicaux et associatifs, Militants politiques engagé dans le domaine de la santé sur la liste Front de gauche en Ile de France, Nous vous appelons à sauver notre service public de santé en Ile-de-France.

Lire la suite...

 

Beaujon frappé et les hôpitaux parisiens à la casse

Hopsant_300.jpg
Sous la pression du gouvernement, l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris projette de démanteler le réseau hospitalier pour faire des économies.
Depuis ces annonces, l’inquiétude monte du côté des médecins et des syndicats qui craignent pour leurs emplois et la qualité de l’offre de soins.
La casse de l’hôpital public menace d’atteindre un point de non-retour. Le plan de regroupement et de restructuration voulu par le ministère de la Santé par l’entremise du directeur général de l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP), Benoît Leclercq, détruit le paysage hospitalier parisien.
Les 37 structures de l’AP-HP , dont Beaujon, vont être rassemblées en 12 groupes hospitaliers, eux-mêmes organisés en zone Nord, Est, Sud, Ouest.
L’objectif de ce démantèlement est, comme toujours, de faire des économies sur le dos des patients et du personnel hospitalier.
3?000 à 4?000 emplois menacés

Lire la suite...

 

BEAUJON: ENSEMBLE SAUVONS LES URGENCES !

hopSarko350.jpg
Dans un entretien au Parisien, le directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Benoît Leclercq vient de confirmer samedi la suppression d’ici 2012 de 3.000 à 4.000 emplois, confirmant ainsi les inquiétudes des syndicats.
"La moitié environ concernera les soignants et les médecins, l’autre moitié le personnel administratif", a précisé Benoît Leclercq.
L’AP-HP qui compte actuellement 3737 hôpitaux et 676 services cliniques, avait présenté en novembre les grandes lignes de son projet de réorganisation, prévoyant 90 à 100 millions d’euros d’économies par an, obtenus par des suppressions d’emplois, afin de « retrouver un équilibre budgétaire en 2012 ».
Personnels, agents hospitalier et médecin ne l’entendent pas de cette oreille. En novembre dernier, le professeur Pierre Coriat, président de la commission médicale d'établissement de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, avait menacé de démissionner si ce plan de suppressions de postes n'était pas revu.
De son côté le Pr Dreyfuss a décidé de se porter candidat sur la liste du Front de gauche pour prolonger son action pour empêcher le dépeçage de l’Hôpital public.
Beaujon, menacé d’être regroupé ou fusionné avec les hôpitaux L. Mourier, Bretonneau et Bichat, est évidemment concerné par ce plan ravageur visant à soumettre l’hôpital public à la logique comptable. Premiers services menacés : les urgences…
SIGNEZ, (si ce n'est déjà fait), LA PÉTITION en cliquant ICI .
60 jours à Clichy, revient sur la situation de Beaujon et les luttes à développer pour non seulement garder à la fois un hôpital de proximité et mais aussi pour assurer l’essor d’un hôpital de pointe.

(lire l'article de 60 jours dans suite)

Lire la suite...

 

Signez la pétition pour Beaujon

MINOLTA DIGITAL CAMERA

* J'exige que l'Hôpital Beaujon soit maintenu dans son intégralité en conservant tous ses services, le maintien des urgences 24 heures sur 24 et du service de psychiatrie.

* J'appuie le voeu adopté le 8 décembre 2009 par le Conseil municipal de Clichy



Le champ "qualité" doit obligatoirement être rempli ( ex: profession, syndicalistes, ville, etc...)


Je signe :

Il y a 152 signataires depuis le samedi 19 décembre 2009

 

Beaujon\AP-HP: L’urgence d’une autre politique de santé!

Beaujobrecad1350.jpg
La santé est malade.
Chaque jour voit de nouvelles annonces mettre en cause le droit de tous à l’accès aux soins.
Sarkozy fait les poches des assurés…
Face à ces attaques, des résistances s’élèvent partout dans le pays : dans les Hauts-de-Seine, personnels hospitaliers, population et élus se mobilisent : à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne contre le démantèlement de l’hôpital, à l’hôpital Max Fourestier de Nanterre contre des fermetures de lits, à l’hôpital Louis Mourier de Colombes pour le maintien de la médecine nucléaire…
A l’hôpital Beaujon de Clichy l'inquiétude monte : le maintien du service des urgences de nuit est menacée. D'ores et déjà, 30 contractuels ont vu leur contrat non renouvelé au delà du 30 septembre. Pour les agents de Beaujon, le quotidien ce sont les pressions incessantes et la dégradation des conditions de travail : charges de travail insupportables, journées doublées, disponibilité 24h sur 24... Les élus communistes communiste des Hauts-de-Seine apportent leur soutien à la mobilisation croissante des personnels
(lire la suite sur le mouvement hospitalier)

Lire la suite...

 

PAS TOUCHE A BEAUJON! l'argent existe pour stopper le déclin de l’offre publique de soins : suppression des 30 milliards € d'allègement des cotisations sociales patronales + cotisation des revenus financiers (+35 milliards€)!

Beaujonstade350.jpg
Les Urgences sont menacées à Beaujon.
La direction de l'AP-HP, sous l'impulsion du couple formé par la ministre UMP Bachelot et le directeur de l'Agence Régionale de Santé, l'ancien ministre socialiste Claude Evin, s'organise le regroupement des Hôpitaux Beaujon, Bichat, Bretenneau, Mourier.
1150 suppressions d’emplois, médicaux, soignants et non soignants programmées pour 2010, 3500 d’ici 2012 : avec ce « plan stratégique » annoncé le 20 novembre, le gouvernement et la direction de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont décidé d’accélérer le déclin organisé de l’offre publique de soins en Ile-de-France comme dans tout le pays.
Protester contre les fermetures est indispensable, mais pour ne pas verser dans la démagogie, encore faut il expliquer où trouver les financements nécessaires à l'essor de l'Hôpital public.
Seules les propositions du PCF sont crédibles en la matière, car elles ne reposent ni sur les déremboursements, ni sur l'augmentation des impôts sur les ménages de type CSG ou TVA "sociale"....
Financer de façon pérenne le développement de l'Hôpital public est en effet très facile : on peut par exemple dans l'immédiat, remettre en cause les allègements de cotisations sociales patronales qui dépassent chaque année 30 milliards d'euros.
C'est une question de volonté politique. Le PCF, lui est clairement pour!
Autre piste, faire cotiser les revenus financiers au même titre que les salaires rapporterait chaque année 71 milliards € à la protection sociale dont 35 milliards € pour la branche maladie
Enfin, réduire le chômage et développer l'emploi grâce à une maîtrise publique du crédit dispensé par les banques pour le diriger vers la création d'emplois et non plus vers la spéculation, apporterait évidemment des recettes supplémentaires à la Sécurité sociale.
Pour contrôler l'utilisation de l'argent des banques il faut constituer un pôle public bancaire et créer en Ile de France, un Fonds Régional pour l'emploi, pour prendre en charge les intérêts des emprunts des PME ayant des projets d'investissements créateurs d'emplois.
(lire la suite des explications).

Lire la suite...

 

Beaujon et Hôpitaux de Paris: 6000 suppressions d’emplois à l’APHP, menace sur l’offre de soins, souffrance des personnels

hopbeaujon350.jpg
On sait qu'à Beaujon, selon certaines sources, le plateau de cardiologie et les urgences de nuits seraient menacés.
Les attaques du Gouvernement, de Mm Bachelot et de son homme de main à la tête de l'agence Régionale, le socialiste et ancien ministre de la santé Claude Evin, se précisent.

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) va devoir réaliser près de 300 millions d’euros d’économies jusqu’en 2012, soit l’équivalent d’environ 3.500 emplois, a annoncé le 20 novembre 2009 son directeur général, Benoît Leclercq aux membres du comité technique central d’établissement (CTCE).
Benoît Leclercq a rappelé à cette occasion que l’institution était "engagée dans un projet de transformation de grande ampleur qui serait prochainement formalisé au travers de son plan stratégique 2010-14".
(lire dans suite le communiqué commun des syndicats CFTC. CFDT. FO. SNCH. SUD SANTE. USAP CGT)

Lire la suite...

 

« Le vote ne clôt pas la bataille contre la privatisation de la santé », par Jean-Luc Gibelin, responsable de la commission santé du PCF.

Avicenne350.jpg
La loi Bachelot sur la Santé , adoptée par l'Assemblée nationale, présente des dangers majeurs remettant en cause l'accès de tous aux soins,comme par exemple la privatisation de pans entiers de notre système de soin, la fermeture de nombreux établissements hospitaliers, la concentration du pouvoir entre les mains des directeurs d'agence régionale, véritable "managers" chargés de faire du fric avec la santé.

Après le vote par les députés de droite, J. L. Gibelin, responsable de la commission santé pour le PCF revient sur les perspectives d'actions, car la bataille est loin d'être terminée tant sont nombreux les citoyens engagés dans la défense de l’hôpital public .

Lire la suite...

 

Hôpital en danger, manif jeudi 5 mars à Paris: Retrait de la loi Bachelot !

sant_bachelot350.jpg
Jeudi 5 mars, manifestation à 10h30 de Sévres Babylone à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la journée nationale d'action pour la Santé. Le PCF soutient et participe aux luttes des salariès, des acteurs de la santé, des populations et des usagers.
Il s'agit, en se rassemblant, d'obtenir le retrait de la loi Bachelot et de stopper net la marchandisation en cours de la santé, et au contraire de construire une réforme de progrès, basée sur la démocratie et la mobilisation des ressources nécessaires pour améliorer notre système de soins et en garantir l'accès pour tous.
Il y a urgence, car la droite a voté en pleine nuit la disparition de l'AP - HP (l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) !

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs