Delacroix420.jpg

Quinze jours après l'élection européenne, Nicolas Sarkozy vient, devant le Congrès réuni à Versailles, de donner à la majorité UMP sa nouvelle feuille de route : elle est catastrophique.
Si toutes les mesures qu'elle contient sont appliquées dans les mois à venir, ce sera un désastre pour les jeunes, les salariés, les chômeurs, les retraités et leurs familles, pour nos services publics, pour notre industrie, pour le pays tout entier.

Nicolas Sarkozy vante désormais dans les mots le modèle social français qu'il détruit morceau par morceau avec son gouvernement. La crise du système capitaliste est passée par là.
Mais dans les faits, que propose-t-il ? D'accélérer dans la même direction : précarité, flexibilité et temps partiel ; recul de l'âge de la retraite ; chasse aux dépenses publiques, aux services publics, et aux « niches sociales », c'est-à-dire aux protections des salariés; non-remplacement des départs en retraite ; suppression de moyens et d'emplois dans les collectivités locales ; rupture des principes d'égalité ; mise en concurrence et privatisations dans l'éducation et la formation; nouveaux cadeaux aux patrons (suppression de la taxe professionnelle) et nouveaux impôts pour le grand public (taxe carbone)....
(lire la suite de l'adresse aux Français)