Comm2H440.jpg
Du 21 au 28 mai 1871, les troupes du gouvernement Thiers, installé à Versailles, occupé par l’armée prussienne, lancent l’assaut fi nal contre la Commune libre de Paris. Jean-Louis Robert, professeur d'Histoire contemporaine à l'Université Paris 1, président des Amis de la Commune, évoque la mémoire d’un crime resté impuni. On lira aussi avec profit les trois tomes de la série Le Cri du Peuple ( ed. Casterman), la bande dessinée de Vautrin et Tardi dont sont tirées les illustrations de ce billet.

Le 21 mai 1871 dans l’après midi, les troupes de Versailles pénètrent dans Paris par un point faible de la défense communarde.
Dans la nuit et dans la journée du 22 mai, sans rencontrer de résistance notable, les versaillais occupent l’essentiel des arrondissements de l’ouest.
Or, dès ce premier jour de la Semaine sanglante, l’armée se met à multiplier les fusillades. Au cimetière d’Auteuil, des dizaines de cadavres sont couchés les uns sur les autres ; dans un jardin de la Muette, trente cadavres de fusillés.