Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - Arcelor Mittal

Fil des billets - Fil des commentaires

Les serial killer de la sidérurgie lorraine

AAFularcelor-mittal.jpg

Ouf ! ont du se dire Mm Parisot la patronne du MEDEF et les milliardaires du CAC 40. Ayrault et Hollande ont décidé de ne pas nationaliser Florange mais de passer un « accord » avec Mittal, promettant 180 millions d'euros d'investissement sur 5 ans pour le site.
Encore une fois le gouvernement ne fait preuve d'aucun courage pour sauver l'industrie.
Il renonce à l'ambition d'une relance durable du site et préfère faire confiance à un milliardaire qui, dans tous les sites belges, luxembourgeois et français privilégie une stratégie financière contre l'investissement productif.
Les travailleurs de la sidérurgie sont bien placés pour savoir que Mittal n'a jamais tenu ses promesses.
Pour noyer le poisson le ministre du redressement productif, Montebourg fait mine de claquer la porte du gouvernement...
Mais c'est du cinéma et cette agitation n'aura pas suffit à cacher les intentions de cet accord de dupes.

Lire la suite...

 

Et l'acier fut trempé, par Patrick Appel Muller

AAAciertremp.jpg
Fini le ciel aux «teintes étranges» que chantait Lavilliers.
Les lueurs des hauts fourneaux qui illuminaient la vallée où « le nom des patelins se termine par ..ange» ne se rallumeront pas.
Malgré ses promesses, le gouvernement a calé devant M. Mittal, ses appétits de dividendes et son goût pour les promesses qui s’évaporent.
Les salariés ont gagné un sursis avec quelques dispositions qui ralentiraient la chute, reclassements et pré-retraites financés sur fonds publics.
Quant à l’avenir de la sidérurgie lorraine, rien ne l’éclaire.
Le milliardaire joue au bonneteau avec les sites belges, luxembourgeois et français.
Lesquels finiront sous l’éteignoir?
Tout dépendra des tortueux chemins de la finance qui conduisent aux plus gros profits si la puissance publique en reste à sa démission du week-end.

Lire la suite...

 

Arcelor Mittal : Nationalisation!

AAgoud.jpg
La mobilisation des syndicats et des salariès va -t elle réussir à faire bouger les choses dans la sidérurgie?
Le scénario envisagé par le gouvernement, présenté par Arnaud Montebourg aux syndicats : nationalisation temporaire, investissement de 400 millions d'euros pour redémarrer Florange et encourager la reprise, n'est qu'un premier pas.
Mais il reste du chemin.
Tous les ministres ne sont pas d'accord.
Des milliers de salariés, des familles vivent dans la peur du chômage et de la casse depuis des mois.
François Hollande, qui sera au final le décideur, doit passer aux actes face au blocage de M. Mittal.
Il doit tenir les engagements de la France vis-à-vis des sidérurgistes
Laurence Parisot, la patrone du Medef, s'est insurgée jeudi sur RTL contre la possibilité d'une nationalisation du site de Florange en Moselle.
Pour elle, une telle intervention de l'État « est tout simplement et purement scandaleuse ».
Mais où était la patronne des patrons quand Mittal s'est livré a un dépeçage en règle de la sidérurgie Française ? Aux abonnés absents. Qu'importe pour Mme Parisot si l'indépendance de la France en fourniture d'acier est menacée.
Seuls comptent son portefeuille et celui de ses amis.

Lire la suite...

 

Les apprentis sorciers de la sidérurgie, par Bernard Lamirand

AAarcelormit.jpg
Bernard LAMIRAND est ancien responsable CGT de la Sidérurgie
Ce qu’a proposé le gouvernement, hier, c’est du bricolage.
C’est une suite, tout compte fait, de tous les rapiéçages effectués depuis la casse industrielle de l’acier en 1979 par Giscard d’Estaing, puis par les socialistes en 1984 avec Fabius quand ils étaient au pouvoir sous Mitterrand, et ensuite sous Chirac avec Francis Mer qui accepta que l’acier français soit kidnappé par l’aventurier Mittal avec une droite qui lui a alors confié le capital du groupe Arcelor privatisé, habillé pour faire du profit maximum.
Mittal a pu ensuite travailler à des délocalisations lui permettant de faire davantage de profits tout en conservant les brevets et les fournisseurs dont en particulier l’automobile.
Que restera t’il de l’acier français d’ici quelques années avec ce maitre de forges mondial qui n’a rien à faire des travailleurs français et plus largement européen qu’il méprise.
On voit où nous a mené cette politique de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), si chère au très réactionnaire Robert Schuman, qui devait permettre à l’acier européen de se doter d’une grande industrie de l’acier et je me souviens, en tant que représentant CGT à la CECA dans les années 80, ces discours du commissaire européen à l’industrie, le comte Davignon vantant les restructurations pour l’avenir de l’acier européen et en particulier lorrain.
Ils ont, tous ces politiciens, armés le bras, qui, a petit ou grand feu, tue tout ce qui reste encore de ce que fut la force de l’Europe et en particulier de la France : l’acier symbole de développement.
Gandrange nous avait déjà révélé ce qu’était ce dépeceur Mittal et son unique but : se faire du fric.

Lire la suite...

 

Sarkozy bousculé par les luttes ouvrières

avecbertBrecht.jpg
Les salariés de Florange, Gandrange, Petroplus, Lejaby, Photowatt, Albany et de bien d’autres sites menacés s’imposent de manière inédite dans un débat électoral comme autant de déclarations d’exigence de vraie politique industrielle.
Sarkozy est contraint à un exercice d'enfumage pour tromper son monde.
« J’ai eu hier une longue réunion de travail avec Lakshmi Mittal. ArcelorMittal va investir 17 millions d’euros à Florange », fanfaronnait Nicolas Sarkozy dans les médias.
Évidemment, c'est du pipeau.
Mais le président candidat est sous pression. Son bilan est connu. Sur l’emploi et le développement industriel, il est accablant.
Plus d’un demi-million d’emplois ont été supprimés depuis 2007. Mais alors que la question de l'emploi n’était pas principalement posée dans la campagne présidentielle de 2007, elle s’invite cette fois dans le débat.
A part le PCF, les forces politiques estimaient il y a peu que l'industrie c'était ringard et que l'heure et la modernité étaient aux "services".
On voit soudain refleurir les slogans chers à G. Marchais ( Produisons français).
Y compris à droite. On croit rêver !

Sarkozy, candidat à sa succession, n’ignore pas sa fragilité en ce domaine. Aussi adopte-t-il à son tour la posture de celui qui «?n’abandonnera jamais l’industrie?».
Mais il continue à approfondir la division entre les catégories sociales, les couches populaires et les classes moyennes, et masquer l’essentiel?: le manque d’emplois dans le privé comme dans le public.
Or, de ce constat est née, chez une part grandissante de Français, une double exigence?: celle d’un parcours de vie sécurisé sur le plan professionnel, et celle d’une efficacité économique pour une croissance perçue de mieux en mieux comme la porte de sortie de la crise économico-financière.

Lire la suite...

 

Crise : A. Bocquet (PCF) dépose une proposition de loi pour affecter d'abord les dividendes à la garantie des salaires.

bocq250.jpg Alain Bocquet, avait déjà récemment interpellè le Premier ministre pour mettre les dividendes à contribution. Le député communiste vient très logiquement de déposer une proposition de loi visant à affecter les dividendes des entreprises à la garantie de l’intégralité des salaires des salariés subissant des périodes de chômage partiel.
Cette loi est urgente : Arcelor Mittal s'apprête à verser 1,8 milliard d'euros de dividendes et prétend licencier plus de mille salariés ! Priorité doit être donnée aux salaires, pas aux actionnaires. Lire plus bas l'exposé des motifs et les deux articles de lois proposés.

Lire la suite...

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs