bolkenstein.jpg
La directive services - « Bolkestein » - visait à mettre en pratique dans le secteur des services, la concurrence ("libre" et non faussée!), ce à quoi les peuples français et hollandais avaient dit NON en mai 2005.
Elle resurgit sous une autre forme...
Le texte porte sur un secteur décisif pour l'économie de l'Union européenne : les services. Le souhait de l'Union Européenne et la logique du Traité de Lisbonne, voté par la Droite, le PS et les Verts, restent de livrer les services aux appétits du privé.
En effet, les services représentent aujourd'hui 70 % de l'emploi et de la valeur ajoutée en Europe, mais ils ne pèsent que 20 % dans les échanges entre les Etats membres de l'Union européenne.
Tout tient en ces 2 chiffres. Comme, contrairement à l'industrie, il est difficile de délocaliser certaines entreprises de services, on crée des conditions identiques à celles de la délocalisation par la promotion des réglementations sociales, fiscales et écologiques les moins favorables à la collectivité et aux salariés.
Le tout pour faire pression au maximum sur les salaires et les prestations sociales.
(Lire la suite de l'analyse)