balladur300.jpg
La Fédération CGT des services publics estime dans un communiqué que "le rapport Balladur prend appui sur des préoccupations réelles. Vingt cinq ans après les premières lois de décentralisation, le débat sur les échelons territoriaux et leur coût est légitime du point de vue de l’amélioration du service public pour répondre aux besoins des populations. Or, plutôt que d’apporter de véritables réponses allant dans le sens du progrès social, les propositions du rapport Balladur s’inscrivent dans une vision idéologique marquée par le libéralisme économique".

Pour les auteurs du rapport, ce qu’ils qualifient de « morcellement » communal français serait à l’origine de la constitution de régions françaises trop étriquées et d’agglomérations trop réduites.
A leurs yeux, le niveau de la région défini comme stratégique et le niveau communal, niveau de réponse aux besoins de « proximité », doivent atteindre la « masse critique » de la compétitivité entre territoires à l’échelle européenne, dans le cadre de la concurrence libre et non faussée et de la mondialisation marchande.
(lire la suite)