Favier280.jpg
Après sa rencontre avec Christian Blanc, le secrétaire d’Etat au Grand Paris, Christian Favier, Président communiste du conseil général du Val de Marne réagit sur le Projet de loi Grand Paris:
"Un retour en arrière inacceptable et un danger pour la démocratie locale
Ce vendredi 28 août, je viens de rencontrer avec Laurent Garnier, Vice-Président chargé de l’Aménagement, Christian Blanc, secrétaire d’Etat au développement de la Région capitale.

Il nous a fait part, à la demande du Premier Ministre du contenu du projet de loi « Grand Paris » qui devrait être présenté en Conseil des ministres courant septembre.
Ce projet de loi, sous couvert de réaliser un réseau de transport d’intérêt national, constitue de fait une attaque d’envergure contre la décentralisation en Ile de France et un véritable danger pour la démocratie locale.
En effet, l’essentiel du projet de loi porte sur la création d’une Société du Grand Paris (SGP), chargée de réaliser, pour le compte de l’Etat, les infrastructures constituant le réseau de transport du grand Paris, mais surtout disposant de pouvoir hors normes en matière d’urbanisme et d’aménagement sur une territoire qui pourrait représenter près de la moitié de la surface de la petite couronne.

(voir la suite de la déclaration de Ch. Favier.)