jLMmez.jpg

(Illustration : Présidentielles 2007, Affiche de meeting socialiste). Parcours de J.L. Mélenchon : a voté Oui au référendum sur Maastricht, en 2000, il devient Ministre dans le gouvernement Jospin qui a procédé à des privatisations massives, en 2005, il vote Non au référendum sur le Traité mais aux Présidentielles 2007, il prend parti pour la candidate de l'aile droite du PS et rejoint l'état major de campagne de Ségolène Royal.

Le site Bellaciao a mis en ligne la lettre de démission de l'économiste Christophe Ramaux, un des responsables du Parti de Gauche, " économiste hétérodoxe" notoire, qui fut en son temps, notamment, l’un des initiateurs de "L’appel des économistes pour sortir de la pensée unique"
Il publie aussi un message de Ch. Ramaux sur la politique monétaire, précédemment adressé à Jean-Luc Mélenchon, dans lequel il reproche notamment des "conceptions libérales."
Ce n'est pas rien!
Ces documents confirment bien l'existence de problèmes de fond qu'il faut éclairer et débattre au grand jour. La première partie de la lettre porte sur le fonctionnement interne du PG : cela ne regarde les militants du PG et ne fait donc pas l'objet de ce billet.
Par contre, le reste touchant aux conceptions économiques et monétaires d'un homme prétendant porter les couleurs du Front de Gauche, intéresse toute la gauche et singulièrement les composantes du Front de Gauche.
Voici la partie de la lettre de Ch. Ramaux portant sur le programme ou plutôt l'absence de programme du PG.
"Le livre de Jean-Luc est un pamphlet. Ce n’est aucunement un programme et il ne prétend pas l’être. « Ce livre n’est ni un manifeste ni un programme » est-il écrit (p. 19). « L’un et l’autre sont à disposition, élaborés par les militants du Parti de gauche avec lesquels je suis engagé » est-il ajouté.
Il y a un hic ici. Dès son lancement fin 2008, le PG a affiché l’ambition d’écrire son programme. Qu’est-ce qu’un parti sans programme en effet ? Avec d’autres, je devais participer à l’élaboration d’une première mouture à soumettre aux débats des militants. Une commission a été créée en ce sens.
La pire façon de fonctionner pour une commission est encore de ne pas fonctionner.