Dialogue Clichois : blog des militants et élus communistes de Clichy la Garenne

Section PCF de Clichy
87, rue Martre
Tel. : 01.47.37.11.59
Mail : pcfclichy@hotmail.fr

60 jours Octobre 2912

60 jours de juin 2012

60 jours de Juin est paru !

Christian Garnier,

privé du poste de Maire-adjoint Adjoint de quartier Berges de Seine Beaujon - Insertion par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 33 53 E-mail : christian.garnier@ville-clichy.fr

Guy Schmaus,

conseiller municipal privé de sa délégation à la mémoire de la ville par G. Catoire

Calendrier

« janvier 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

VOS ELUS COMMUNISTES A VOTRE SERVICE

Annie Mendez,

privée de son poste de maire Adjointe aux Droits des Femmes par G. Catoire Reçoit sur rendez-vous au 01 47 15 30 50 E-mail : annie.mendez@ville-clichy.fr

Mot clé - Clichy

Fil des billets

Olivier Dartigolles: «Pour une politique de gauche réussie»

adarti.jpg
Voter F. Delalleau, c'est important pour Clichy, mais c'est aussi voter pour le Front de gauche au niveau national.
Selon Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, répondre aux besoins sociaux dès maintenant passe par une progression du score du Front de gauche et du nombre de ses députés.
Vous aviez fait de ?la défaite de Nicolas Sarkozy une première étape. À l’heure où la droite parle de cohabitation, poursuit sa stratégie ?de droitisation et où le PS vise la majorité absolue, ?quelle est la seconde étape pour le Front de gauche??
Olivier Dartigolles. Après ?la défaite de Sarkozy, pour laquelle les quatre millions de voix du Front de gauche ont été indispensables, l’objectif est d’abord de confirmer, d’amplifier la défaite de la droite tout en poursuivant notre combat contre le Front national.
Le Parti communiste était prêt à signer un accord avec toutes les forces de gauche. Le PS voulait une signature Front de gauche. Nous le regrettons mais nous continuerons, partout, à porter des coups au FN et à ses représentants, notamment sur les questions sociales.
Sous l’effet de l’inversion du calendrier électoral, de l’hyperprésidence, beaucoup pensent que le choix a été définitivement fait lors de la présidentielle.
Or, c’est à l’Assemblée nationale que se votent les lois. Il s’agit donc de construire une majorité de gauche. Mais, et c’est sans doute le plus important, il faut aussi garantir une politique de gauche réussie. Le doute persiste. Hollande a prioritairement bénéficié du rejet de Sarkozy, faute d’un projet de société alternatif aux logiques destructrices du capitalisme et du libéralisme. Un groupe Front de gauche renforcé dans cette nouvelle Assemblée assurerait le vote de lois répondant aux besoins sociaux et permettant de sortir de la crise.

Lire la suite...

 

La guerre des pauvres, c’est le rêve des riches

assembee-nationale-bouclier-fiscal-isf.jpg
La guerre des pauvres, c’est le rêve des riches . Par touches successives, au gré de quelques phrases-chocs, de propositions-tests avancées par des ministres ou des parlementaires UMP en mission, les thèmes et les cibles de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy se précisent.
Tout ce qui sera susceptible d’agglomérer les voix les plus à droite à celles de femmes et d’hommes en perte d’espoir collectif sera bon à prendre pour les stratèges de l’Élysée.
Pour tenter de résoudre l’impossible équation (se succéder à lui-même en 2012, quand il ne peut compter aujourd’hui que sur le soutien d’un Français sur trois), le président sortant cherche son salut dans la division.
Et pour les gogos, Sarkozy supprime le bouclier fiscal pour mieux allèger l'Impôt sur les grandes fortunes ! Résultats les milliardaires sont gagnants et au total paieront encore moins d'impôt. Pendant ce temps les pauvres sont invités à s'opposer entre eux...

Lire la suite...

 

Présidentielles : L'ultime Appel d'André Chassaigne

ACHGP.jpg
Dialogue Clichois appelle l'ensemble des adhérents et militants clichois du PCF à faire lucidement le choix n°2, c'est à dire à se prononcer en faveur d'André Chassaigne pour représenter le Front de Gauche à la Présidentielle.
L'appel ci-dessous d'André Chassaigne, en forme de mise au point, est le bienvenu surtout après les déclarations fallacieuses et infantilisantes de trois députés - M.G. Buffet, R. Muzeau et J.C. Sandrier- relayant le chantage de Mélenchon ( Moi ou la mort du Front de Gauche) et cherchant à faire pression sur les militants pour empêcher la désignation d'André Chassaigne....
Les délégués présents à la Conférence nationale ont adopté par 63 % des voix la résolution soumise désormais au vote des communistes. Ce texte est plutôt satisfaisant, tant sur l’analyse de la situation sociale et économique que sur les enjeux politiques. Il développe fort bien l’exigence d’une nouvelle pratique politique pour que les Françaises et les Français se réapproprient la politique et prennent en main leur avenir.
Mais cette résolution conclut de façon surprenante à une seule candidature possible aux présidentielles, réduisant ainsi le Front de gauche à une alliance de sommet et conditionnant sa réussite au choix d’un candidat incontournable.

Lire la suite...

 

Nasser Mansouri (CGT): le FN veut sortir de l'euro pour mieux exploiter les travailleurs français

CGTnasser.jpg
L'économiste Nasser Mansouri (CGT) expose dans l'Humanité la dangerosité des propositions de Marine Le Pen et du FN pour le monde ouvrier.
Il explique pourquoi la sortie de l'euro, ne réglerait aucun des problèmes, mais les aggraverait.
Il s'agit au contraire de transformer l'euro, arme au service des marchés en une monnaie commune au service de l'emploi, du développement, des coopérations et de l'expansion des services publics.
Cela implique donc de réorienter du tout au tout la Banque Centrale Européenne pour la mettre au service des peuples.
Partout les forces populaires doivent s'attaquer à la domination du dollar et à la dictature des marchés financiers, comme en Amérique du Sud l'ont bien compris les pays progressistes qui tentent de monter une monnaie commune le Sucre pour contrer le dollar...
Voici des extraits de son article.
Le FN attribue, en dernière analyse, les difficultés de la France à deux facteurs principaux?: l’euro et les «?étrangers?» (soit les immigrés, soit les pays étrangers).
En termes d’outil de politique économique, cette vision conduit le FN à proposer trois mesures principales?: sortie de l’euro, protectionnisme accru, préférence nationale.
En attribuant les difficultés de la France à ces facteurs, le FN vise en fait à camoufler la vraie cause de nos difficultés, à savoir la stratégie de dévalorisation du travail au profit des détenteurs de capitaux.
Menée par les entreprises et soutenue par l’État, cette stratégie a surtout abouti à un développement sans précédent de la précarité et des bas salaires, à un accroissement des inégalités sociales. Elle a aussi conduit à un affaiblissement du potentiel productif du pays et au recul de la France sur la scène internationale .
Les idées avancées par le FN ne permettent pas de remédier à ces difficultés. Au contraire, elles risquent de les aggraver.
Voyons pourquoi.

Lire la suite...

 

La dépense publique : un facteur de justice, de croissance, d’efficacité, par Pierre Ivorra

Alertepac.jpg
Pour sortir de la crise, plutôt que de chercher à sécuriser les marchés financiers, il faut créer les conditions d’une expansion inédite des services publics en France et en Europe.
La volonté de la droite de constitutionnaliser la baisse des dépenses publiques au nom des exigences des marchés montre qu’il ne s’agit pas, pour elle, d’une orientation conjoncturelle, elle relève d’un choix de société.
Elle vise à structurer sur le long terme le vivre ensemble des Français. Aussi, la réponse doit être à la hauteur du défi lancé et portée par d’autres valeurs.
Derrière ce projet visant à ériger l’équilibre budgétaire en principe constitutionnel, il y a en fait l’idée que les dépenses publiques seraient excessives. Il y aurait trop de fonctionnaires, trop de services publics, trop de soins…
S’y ajoute l’affirmation qu’il est impossible d’obtenir ce retour à l’équilibre en augmentant les prélèvements sur les entreprises et le capital, au risque prétendument de compromettre notre compétitivité.

Lire la suite...

 

ISF : Les copains d'abord!

boucfissark400.jpg
Le chômage, la misère s'étend mais le quatuor Sarkozy, Fillon , Lagarde et Baroin à une préoccupation majeure : diminuer voir supprimer l'impôt sur la fortune.
Qu'importe le sort des français.
Cette équipe est au service des plus fortunés et c'est pour eux qu'ils avaient instauré l'odieux bouclier fiscal.
Devant les protestations des français, Sarkozy tente un coup de bonneteau : la suppression du bouclier fiscal, moyennant la baisse de l'imposition pour les plus riches : l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF).
Un véritable marché de dupes, destiné à tromper les gogos.
La presse parle ainsi de 300 000 foyers qui pourraient échapper demain à l'Impôt de solidarité sur la fortune!
La France est bien partie pour devenir un vrai paradis fiscal....
Du coté socialiste, on ne s'étonnera pas d'apprendre que M. Rocard s'avère partisan lui de la suppression de.... l'ISF.
D'ailleurs Sarkozy a eu beau jeu de le rappeler :"il (l'ISF) a été supprimé par les socialistes allemands en Allemagne et par les socialistes espagnols en Espagne". Mais le socialiste Didier Migaud ne veut pas être en reste : ce spécialiste du Budget, nommé par Sarkozy à la tête de la Cour des Comptes, avance une proposition bien réactionnaire : diminuer les charges pour les patrons ( les cotisations patronales et le versement transport des entreprises) en compensant par une augmentation de la TVA !
Mais Mr Migaud (PS) ne compte pas s'arrêter en si bon chemin pour accroître les profits des patrons, il souhaite suivre l"exemple" de l'Allemagne et voire s'instaurer une taxation sur le CO2 et sur l'énergie ( gaz, electricité, pétrole)...
Mr Migaud sait-il que déjà 10 millions de français ont du se priver de chauffage, cet hiver ? Électeurs de droite, électeurs socialistes : vous savez ce qui vous attend demain ....

Lire la suite...

 

Roland Muzeau: « Des comportements indignes »

MuzeauR250.jpg
Roland Muzeau, député des Hauts de Seine est porte-parole des députés communistes, républicains et citoyens.

Comment réagissez-vous aux révélations sur les vacances de François Fillon payées par le gouvernement égyptien??
Roland Muzeau. Cette information révèle une nouvelle fois le mélange des genres entre intérêts privés et vie publique. L’exemple vient de haut. Quand le président de la République passe ses vacances sur le yacht de M.?Bolloré, ses ministres se sentent autorisés à user et abuser de leurs relations publiques pour satisfaire leurs envies privées.
C’est insupportable. Outre la démission de Michèle Alliot-Marie, qui n’est plus en capacité de conduire la diplomatie française, nous exigeons que le président de la République s’explique et s’engage à mettre un terme à ces comportements indignes et dangereux pour la vie politique et la démocratie.

Lire la suite...

 

Relancer le service public d’éducation nationale : la solution aux défis d’avenir

ecolfinie2350_copie.jpg
Le gouvernement poursuit son entreprise d'instauration d'une école à plusieurs vitesses.
Il veut supprimer à la rentrée 2011, 16 000 postes d'enseignants. Cela ferait 66 400 postes supprimés depuis le début du quinquennat, soit 8% des effectifs !
A Clichy, c'est l'excellente filière Informatique et Réseau du Lycée Newton, que le Gouvernement veut liquider.
L'État répond ainsi au dogme libéral de la baisse des dépenses publiques. Or, cela ne répond en rien aux besoins réels des populations. D'autant que, depuis l'an 2000, la natalité est repartie à la hausse.
Ces mesures se traduiraient, à la rentrée prochaine, par une nouvelle dégradation des conditions d'accueil des élèves, notamment en maternelle, primaire et au collège.
Au lycée, les réformes dégradent les scolarités. Face à cela il y a besoin de défendre le service public d'éducation nationale.
Le PCF appelle à tout mettre en oeuvre pour réussir la mobilisation du 10 février et ainsi contribuer à faire entendre la nécessité, pour l’avenir du pays et des enfants, de la relance du service public d’éducation nationale.
Manifestation, jeudi10 février,14h30 PARIS – M° Luxembourg (itinéraire jusqu’à Rue du bac)

Lire la suite...

 

A. Chassaigne (PCF) : Mr Chatel, nous ne voulons pas de l'école-entreprise!

Educprim350.jpg

Le Ministre de l’Education Nationale Luc Chatel, (un ancien de l'Oréal ! ) a annoncé la création d’une prime au mérite pour les chefs d’établissements.
Ces critères « au mérite » sont une véritable machine de guerre contre l’Ecole de la république, l'accès aux droits et aux savoirs.
Ils favorisent l’accroissement des difficultés des élèves et les inégalités sociales de réussite scolaire.
A l’heure où le gouvernement veut rendre les établissements autonomes laissant à la charge des collectivités locales leur financement, c’est une pression supplémentaire mise sur les chefs d’établissement et donc sur les établissements eux-mêmes.
La conséquence de leur mise en concurrence risque d’être dramatique ! Faute de moyens pédagogiques, ce principe de prime va pousser les chefs d’établissement à « recruter » de moins en moins d’élèves issus de familles populaires.
Les logiques de marché et la concurrence ne doivent pas être le leitmotiv des établissements scolaires ! L’école n’est pas une entreprise et les chefs d’établissement ne doivent pas être des patrons.
Pour le PCF, l'éducation n'est pas à vendre. Elle doit être libérée du marché et gratuite !
C’est d’une transformation progressiste, dont l’école a besoin, pour satisfaire son rôle de service public, assurant partout et pour tous la qualité et l’égalité des conditions d’enseignement.
Voici la réaction scansalisée d'André Chassaigne, lui même ancien directeur d'école.
"Après les annonces de suppression de 16 000 nouveaux postes d’enseignants pour la rentrée prochaine, le Ministre de l’Education Nationale, Luc Chatel est toujours à la pointe de la destruction du service public d’éducation.
En grand spécialiste du « marketing » et de la « gestion des ressources humaines » qu’il est, il propose aujourd’hui la création d’une prime au mérite pour les chefs d’établissements !
Luc Chatel se rêve en PDG de l’école, en voulant transformer les chefs d’établissements en « managers » payés à la « performance » en fonction de leur capacité à appliquer les réformes libérales.

Lire la suite...

 

Présidentielles 2012: Chassaigne invite le PCF à se prononcer

Chassaignesalaires250.jpg
Le député appelle son parti à exprimer une préférence entre les candidats pour 2012.
Jean-Luc Mélenchon, désormais proposé par le PG comme le meilleur candidat pour représenter le Front de gauche à l’élection présidentielle, le député communiste André Chassaigne appelle son parti à exprimer à son tour une préférence dans le débat où lui-même est candidat à l’investiture.
« Dans la mesure où le Parti de gauche a désigné un candidat, je pose la question suivante : est-ce que le PCF, à partir des candidats qui se sont déclarés en son sein, va lui aussi proposer un candidat à la candidature du Front de gauche, interroge-t-il dans un entretien accordé à Libération.
Je ne demande pas que le PCF impose un candidat mais qu’on puisse discuter sans a priori. »
Le député communiste du Puy-de-Dôme alerte sur le risque d’un débat biaisé à ses yeux entre les candidatures, du fait de « la forme d’exclusion a priori de (sa) candidature » pratiquée par les télés et les radios « en considérant que Mélenchon est le candidat naturel du Front de gauche ».
Répétant son attachement à une méthode de désignation qui « doit se faire sur une réflexion et non sur un rapport de forces quantitatif », André Chassaigne estime qu’il y a, chez les électeurs et les militants, « une attente qui ne correspond pas à la façon de faire de Jean-Luc Mélenchon », en particulier sur le « positionnement face au PS » et dans la déclinaison de l’ambition qu’André Chassaigne fait sienne de « faire gagner une gauche bien ancrée à gauche ».

 

Tunisie : l’amnésie de Gilles Catoire

cp1100897.jpg
Le peuple tunisien par sa révolte donne une formidable leçon de dignité, de courage, de combativité et de lucidité à l’ensemble des peuples du Magreb et aux peuples d’Europe et du monde.
ll ne veut pas se voir spolié de sa victoire, et il a raison.
Comment ne pas se réjouir et saluer la mémoire de ses martyrs tombés sous les coups de la répression sanglante de ce gangster affairiste qu'est Ben Ali?
A droite, le bal des faux-culs fait salle pleine. Alors que la ministre Alliot Marie se préparait à fournir a Ben Ali le "savoir faire " de la France, pour mater le soulèvement populaire, les politiciens de droite font mine de découvrir soudain les abominations du clan Ben Ali qu'ils ont soutenu pendant des années.
Aujourd’hui, le maire de Clichy, Gilles Catoire, agite des drapeaux, en signe de solidarité avec le peuple Tunisien.
Mais que veut il faire oublier, en cette période pré électorale ?
Alors que les communistes ont toujours été aux côtés du peuple Tunisien et solidaires dans les pires moments, lorsqu’il était sous le joug de la famille Ben Ali et de ses sbires, tel n’était pas le positionnement des dirigeants socialistes.
Veut-il, avec ses gesticulations, faire oublier que Ben Ali, le tyran honni de son peuple et qui avec sa famille a pillé la Tunisie était, jusqu’au 17 janvier, membre de l’Internationale Socialiste, qui regroupe comme son nom l’indique, les partis socialistes et donc le parti de Gilles Catoire ?
Monsieur Catoire, avez-vous oublié que Ben Ali et son parti étaient membre de l'Internationale Socialiste ?
Ainsi, comme le rappelle Francis Wurtz (PCF), l'Union Européenne justifie sa sollicitude pour la Tunisie de la façon suivante :' L'UE officielle aurait pu difficilement rejeter un régime qui avait l'aval de l'Internationale Socialiste."
Gilles Catoire veut-il également faire oublier que pour son ami Dominique Strauss-Kahn, le patron du FMI, organisme généralement bien informé sur la situation des pays, la Tunisie de Ben Ali était, jusqu'à ces derniers jours, un modèle : « La politique économique adoptée en Tunisie, déclarait DSK, est une politique saine et constitue LE MEILLEUR MODÈLE à suivre pour de nombreux pays émergents ».
Telle n’était visiblement pas l’appréciation du peuple tunisien.
Il est vrai que pour DSK, le poulain de Catoire pour les présidentielles, une politique saine est une politique qui permet de pressurer le peuple pour enrichir les patrons, les géants de la Finance.
Voilà les français prévenus.
Ni les Clichois, ni nos amis tunisiens ne sont dupes.
Nous suggérons à Gilles Catoire de ne pas ranger trop vite ses drapeaux : son camarade Hosni Moubarak, également membre de l’Internationale socialiste est lui aussi en grandes difficultés en Egypte…
A Clichy, Catoire s'allie avec la Droite et soutient DSK, l'Affameur des peuples qui dirige le FMI. Comment pourrait il être aux côtés de ceux qui, en Tunisie et ailleurs, sont engagés dans le combat progressiste contre les forces locales de droite et qui ne veulent plus des politiques d'austérité et de misère imposées par le FMI?
Amis tunisiens, égyptiens, marocains, algériens, un seul parti a toujours été de votre côté dans les combats contre le colonialisme, pour l'indépendance, le progrès social et la démocratie : le parti communiste français dont une des devises, héritée de Karl Marx, reste Prolétaires de tous les pays, unissez vous.
Pour donner de la force à votre combat, rejoignez la section de Clichy du PCF.

 

Grand-Paris : l’Accord Huchon-Sarkozy ignore la Ligne 13 et la galère quotidienne des Clichois

ProHuchonSarko.jpg
Belle opération de communication, d'enfumage et de manifestation consensuelle !
J.P. Huchon et le ministre de la ville M. Leroy ont tenu une conférence de presse pour présenter leur accord sur le volet transport du Grand Paris.
Ce plan, c’est 32,4 milliards d’euros d’investissement. Il prévoit la modernisation des réseaux de transport actuels, en particulier des RER, pour 11,9 milliards, et la réalisation d’un métro automatique de rocade autour de Paris, pour 20,5 milliards, (hors achat du matériel roulant).
Il s’agit avant tout de relier les pôles d’activités entre eux, ce qui serait une bonne chose, si ça ne s’opérait pas au détriment de l’amélioration des conditions de transports de centaines de milliers de banlieusards de la banlieue nord.
La desserte fine du territoire et l’amélioration des conditions de transports actuelles ne sont visiblement pas une priorité pour Sarkozy qui veut un Grand Paris au service de la Finance.
Quant au STIF et à Huchon, ils continuent d’ignorer la ligne 13. Pas un centime n’est prévu pour la ligne 13.
Des métros pour les uns, des « pousseurs » pour les autres », voilà ce que les clichois retiendront de ce Plan qui tourne le dos à leurs revendications et promet une aggravation de l'inégalité de traitement des usagers totalement contraire à l’esprit même du service public.
Comment ne pas s’indigner de voir un beau mensonge repris en cœur par les promoteurs de cet accord qui s’est conclu sur le dos de toute une partie des banlieusards: la fable de la désaturation de la ligne 13 par le prolongement de la ligne 14, ce qui est formellement démenti par les experts et les projections de trafic.

Lire la suite...

 

L’ÉCOLE : Enjeu de société parce qu’elle « fait société », par André Chassaigne

AndrChassaigne11V350.jpg
Comme beaucoup d’élus locaux, je suis confronté de façon permanente au traitement infligé à l’école publique par le pouvoir en place.
Depuis 2007, la virulence des attaques contre l’école s’est accélérée avec la suppression massive de postes d’enseignants et de personnels éducatifs spécialisés et le recul de la part des dépenses de l’État dans l’éducation dans le PIB.
Cette politique a des conséquences palpables dans le vécu de nos concitoyens sur les territoires : fermetures de classes, non-remplacement des absences des enseignants, accroissement des difficultés scolaires, en particulier des élèves les plus défavorisés, impossibilité d’intégrer correctement les élèves handicapés…
Comment admettre, au XXIème siècle, que l’effort éducatif dans notre pays décroisse depuis plusieurs années ? Comment ne pas être choqué par l’absence de considération pour cette école qui fait la société de demain ?

Lire la suite...

 

PCF : Qui a peur ? par Anne Lafaurie

6d_s.jpg
Ce week-end, Jean-Luc Mélenchon a présenté sa candidature pour représenter le front gauche aux élections présidentielles. Il a bénéficié pour cette annonce de tous les médias ainsi que d'un interview hier matin dans L'Humanité.
Dès lors, on ne peut que s'interroger sur le traitement très inégal des autres candidatures, notamment celle d'André Chassaigne.
En effet, ni Info-hebdo, ni le site du PCF, ni L'Humanité, ... n'ont encore porté à la connaissance des communistes la lettre que celui-ci a adressée à tous les communistes.
(voir cette Lettre en fichier joint)
Pourtant, à voir l'accueil et l'ovation qu'il a reçus à l'assemblée des délégués de section qui l'ont chaudement soutenu dans leur majorité il n'est pas certain que ces informations n'intéressent pas les communistes !
On ne peut que regretter de voir le groupe dirigeant du parti et les responsables de la Fédération des Hauts de Seine se refuser à promouvoir la candidature d'André Chassaigne.
Dans ces conditions, face à la promotion médiatique de Melenchon, les dés sont pipés, et la colère des militants de base gronde.
La consultation des communistes risque de tourner à la mascarade.
Le choix de se coucher devant ce second candidat socialiste, ancien ministre de Jospin et hier figure marquante du staff de Ségolène Royal est il déjà arrêté, comme le notent tous les observateurs ?
Voici une réflexion d'Annie Lafaurie.

A peine la contribution portant sur le rassemblement sans effacement du parti et c’est l’avalanche de contributions contre ce point de vue mais aussi, pour moi le plus intéressant la multiplication de discussions entre communistes voire même jusqu’aux sympathisants.
Beaucoup ont reconnu que ce débat est nécessaire, qu’on aurait du l’engager avant,et que de ne pas l’avoir fait a induit le trouble et laisser la candidature Melenchon devenir presque « naturelle »puisque rien d’autre n’émergeait.
La responsabilité de la direction du parti est évidente dans cet état de fait (…)

Lire la suite...

 

Ecole : 16 000 postes supprimés, NON A LA SAIGNÉE!

Ecolesta400.jpg
Le gouvernement poursuit son entreprise de casse du service public de l'éducation et d'instauration d'une école à plusieurs vitesses. Il prévoit à nouveau de supprimer 16 000 postes d'enseignants pour la rentrée 2011 ! Cela ferait 66 400 postes supprimés depuis le début du quinquennat, soit 8% des effectifs !
Le gouvernement Fillon et le ministre Luc Chatel prévoient de ponctionner 4 millions d'euros sur le budget de l'éducation nationale pour les attribuer...à l'enseignement privé.
Dans les Hauts-de-Seine, 71 postes d'enseignants vont être supprimés dans les écoles primaires et 122 postes dans les collèges et lycées, alors même que les effectifs prévus sont stables voire en progression !
35 ZEP sont menacées de démantèlement. La fermeture de deux BTS est programmée dont le BTS Informatique à Clichy.
Le gouvernement multiplie les mesures dévastatrices pour l'école : il est désormais question de démanteler l'éducation prioritaire (ZEP) et de supprimer 2 filières de BTS sur le département.
Tout cela ne peut qu'entraîner une nouvelle dégradation des conditions d'accueil des élèves et de travail des personnels.
Afin de mettre en échec ce budget 2011 de pénurie pour l'éducation, le PCF 92 appelle à tout mettre en œuvre pour réussir la mobilisation du 22 janvier, à 14 H au métro Luxembourg, à l'appel du collectif "l'éducation est notre avenir", et à faire entendre la nécessité, pour l’avenir du pays et de nos enfants, de la défense et de la promotion du service public d’éducation nationale.

Lire la suite...

 

Solidarité des communistes français et algériens avec le combat du peuple tunisiens pour la démocratie et la justice sociale

drapalgtun300.jpg
Le 27 janvier le PCF organisera à son siège, Place du Colonel Fabien, une soirée de solidarité avec le peuple Tunisien, avec Pierre Laurent (PCF), Mouhiedine, Cherbib, militant des Droits de l'Homme, Tarek Ben Hiba, Pdt de la Fédération tunisienne pour une citoyenneté des deux rives, Abdel Thabet du Parti Communistes des Ouvriers Tunisiens et Souayr Belhassem, Pdt de la Fédération internationale des Droits de l'Homme.
Dialogue clichois publie cette déclaration du PADS, nos camarades communistes algériens.

Les communistes algériens saluent la victoire de l’intifadha du peuple tunisien. La dictature de la clique de Ben Ali est tombée. Les manifestations des jeunes et des travailleurs ont eu raison de la tyrannie malgré une féroce répression.
Cette intifadha a aiguisé les contradictions apparues au sein de la bourgeoisie tunisienne sur la façon de gouverner pour préserver ses intérêts de classe, face à la propension de certains de ses clans les plus corrompus à monopoliser le pouvoir, face aussi aux répercussions de la grave crise internationale du capitalisme.
Le peuple tunisien, les travailleurs et toutes les catégories sociales exploitées et marginalisées par un capitalisme dépendant de l’impérialisme sont maintenant appelés à développer encore plus leur mobilisation pour empêcher que la fuite de Ben Ali ne se transforme en simple révolution de palais et ne soit confisquée par la bourgeoisie et ses éléments les plus réactionnaires et les plus rusés, sous quelque bannière politique ou idéologique que ce soit.

Lire la suite...

 

Présidentielles et luttes : Débattre dans la clarté...

autruche-tete-dans-le-sable.JPG
Les derniers sondages montrent que, si la question du pouvoir d’achat pousse très fort, l’emploi reste de très loin la préoccupation majeure des Français.
C’est aussi, la question sur laquelle les salariés se sentent les plus démunis. Comment s’y prendre devant les fermetures de sites, délocalisations, avec quelles perspectives ?
Avoir le courage des transformations sociales, économiques et politiques nécessaires, c’est se confronter à ces questions. C’est poser avec force la question d’une autre utilisation de l’argent, ce qui va plus loin que le plafonnement souhaitable du salaire des PDG, ou la nécessaire réforme de la fiscalité.
C’est agir pour le dépassement du capitalisme, c’est se saisir, avec les salariés, de la gestion des entreprises pour transformer la façon de produire les richesses, faire d’autres choix d’investissements, maîtriser les financements avec le crédit, nationaliser le système bancaires, élargir le champ des services publics, toutes choses nécessaires pour prétendre à un autre partage des richesses.
Or, il n’est pas vrai qu’aujourd’hui André Chassaigne et J. L. Mélenchon feraient la même campagne, seraient porteurs du même projet politique, mettraient en avant les mêmes propositions de réformes radicales.
Prétendre le contraire, c’est semer consciemment des illusions lourdes de conséquences.
Ne jouons pas les autruches.
La souhaitable alliance au sein du Front de Gauche entre PCF et PG n'aura de l'avenir que si elle s'effectue sur des bases claires.

Lire la suite...

 

Présidentielles : Lettre ouverte d'André Chassaigne aux communistes

Andr__chasscopymvtsoc350.jpg
© Copyright by Photothèque du mouvement social
Le 20 juin 2010, j’ai présenté au 35ème Congrès du Parti Communiste Français mon offre de candidature pour représenter le Front de gauche aux prochaines élections présidentielles.
Elle faisait suite à l’accord que j’avais donné, début juin, pour que mon nom soit cité, parmi d’autres, comme candidat potentiel.
Sans ambiguïté, je soulignais alors mon attachement à une candidature commune du Front de gauche pour affronter cette importante échéance électorale.

Lire la suite...

 

SNCF : Le service public ne répond plus!

actuCGTCHEM.jpg
La France entière s’émeut de voir un train mettre 26 heures pour relier Strasbourg à Port-Bou et Nice.
Cet évènement est la résultante des politiques menées à la SNCF depuis plusieurs années.
Pour la Fédération CGT des cheminots, quand une Entreprise Publique comme la SNCF se détourne du service public pour faire du business, il est prévisible que les voyageurs et les cheminots en subissent les conséquences.
Depuis que la Direction de la SNCF a accentué son organisation en branches indépendantes refusant toutes formes de mutualisation des moyens humains et matériels, les dysfonctionnements deviennent le triste quotidien des usagers et l’angoisse des cheminots.

Lire la suite...

 

Table ronde sur le chauffage urbain : les propositions de Guy Schmaus

GSM200.jpg


La dernière commission municipale consultative des services publics avait en principe à son ordre du jour, l'affaire du chauffage urbain.
Mais le maire G. Catoire n'était pas présent....
L'ordre du jour en a donc été changé.
Encore du temps de perdu!
Néanmoins, sans attendre, G. Schmaus s'est adressé, par courrier, aux participants pour les informer des propositions qu'il souhaitait proposer à Gilles Catoire pour avancer et rétablir les clichois dans leur droit.
Il faut maintenant obtenir que la table ronde, souhaitée par la CSF et les locataires, se tienne au plus vite.
Voici les suggestions de Guy Schmaus...

Lire la suite...

- page 1 de 3

 

FR3 et la ligne 13

L'enfer de la ligne 13 sur BACKCHICH INFO


Ligne 13, ça ne s'arrange toujours pas
envoyé par bakchichinfo

débat sur la ligne 13


Saturation de la ligne 13
envoyé par yaklicorne

Ligne 13 : les 4 scénarios

G. Schmaus La ligne 13 et le PLU

Ch. Garnier ligne 13 : les moyens existent!

Ligne 13 déficit d'information

A. Mendez : priorité au dédoublement de la ligne 13


Ligne13
envoyé par yaklicorne

Tags

This will be shown to users with no Flash or Javascript.

Tous les tags

La CGT communique

Blog des blogs