postavenir300.jpg
La fédération CGT des Activités Postales et de Communications est à l'offensive contre la privatisation de la Poste, et vient de livrer des pistes pour un développement du service public postal et l'utilisation de son réseau ( livret A) pour nourrir le développement social ( financement du logement social et des équipements sociaux) et économique ( crédit pour les PME créatrices d'emplois), avec sa participation à un pôle bancaire public afin que l'argent serve à l'emploi et à la croissance et non à la spéculation.
Un texte d'une grande richesse tant pour les postiers, que les usagers, les collectivités locales que pour les locataires ou demandeurs de logement. Dialogue Clichois reproduit ce texte d'une grande portée.

Le Ministre chargé de l’industrie, Luc Châtel, a présenté mardi 16 juin aux organisations syndicales et aux personnalités membres de la Commission Ailleret le projet de loi de changement de statut de La Poste en Société Anonyme et le calendrier décidé par le gouvernement.

La CGT a participé à cet échange pour réaffirmer à la fois son opposition résolue à la Privatisation de la Poste et son exigence du maintien et du développement du service public postal moderne et rénové assurant l’avenir des postiers comme elle le fait depuis l’annonce du projet en juillet 2008 avec notamment ses propositions publiées dans un mémorandum en décembre 2008.

La pseudo concertation engagée depuis près d’un an sur ce dossier ne saurait masquer la volonté de passage en force du gouvernement. Cette volonté est d’ailleurs confirmée par la méthode choisie pour le vote de ce projet de loi puisqu’il s’agit de la procédure d’urgence visant à étouffer le débat démocratique sur les enjeux réels.



Le gouvernement aurait tort de considérer que les résultats des élections européennes valident ses choix.

Rappelons que les postiers dans l’unité de leurs organisations syndicales avec les usagers et leurs élus ont fait la démonstration de leur capacité à se mobiliser massivement dès l’annonce le 4 juillet 2008 du projet de privatisation. De multiples initiatives ont déjà eu lieu dans tout le pays depuis près d’un an . Un comité national a ainsi été constitué regroupant les organisations syndicales, des associations et partis politiques, relayé par des comités locaux qui ont été à l’origine de fortes mobilisations.
Près de 400 000 signatures rejetant la privatisation et exigeant le développement du service public postal et garantissant l’avenir des postiers ont été déposées conduisant le gouvernement qui voulait faire voter la loi avant l’été à y renoncer. La CGT appelle aujourd’hui à l’amplification de la mobilisation unitaire. Toutes les raisons pour cela demeurent.
( lire la suite de la déclaration de la CGT)