placideholbay380.jpg
A l’occasion du vote du budget 2009 de Clichy, le MODEM a fait un pas vers le PS : Mr Cochepain et ses amis, n’ont pas voté contre, comme l’ont fait les autres composantes de la droite (les amis de Mm M.C. Restoux et de R. Muzeau)... ils se sont abstenus.
Résumons : premier temps, G. Catoire, le maire PS, retire leurs délégations aux élus communistes, représentants de la gauche résolue, radicale et constructive.
Tous les observateurs de la vie locale enregistrent cette rupture de l’union de la gauche à Clichy, comme « un signe », un appel du pied du PS pour un retournement d’alliance, comme au bon vieux temps des années 70 où Clichy était géré, main dans la main, par le Ps et la droite.
Second temps : vote du budget. Le MODEM reçoit le message 5 sur 5 et loin de voter contre, s’abstient.
On le sait, il n’y a que le premier pas qui compte…Clichy serait-il, en réalité, un laboratoire pour mitonner une alliance contre nature Ps-droite ?
Parallèlement au niveau national, François Hollande, propose dans l’Express, au leader du Modem, F. Bayrou de réfléchir aux « convergences » entre le PS et le MODEM….avant 2012. Visiblement les Présidentielles de 2012 intéressent plus ces politiciens que la situation réelle des français.

D’après le Figaro, F. Bayrou est prêt à «discuter» avec le PS, même s’il ne souhaite pas « s’aligner sur lui. » En clair, des renversements d’alliance se profilent sur fond d’ambitions politiciennes.

Traduction d’après le Figaro (21 avril) : " le MoDem attendra les résultats du premier tour avant d'envisager un rapprochement avec d'autres forces. Pour les régionales de 2010, il n'exclut pas des ententes locales comme ce fut le cas aux municipales". Rappelons en effet pour les amnésiques que Martine Aubry, qui fait mine de se positionner plus à gauche, a fait alliance avec le MODEM à Lille…

Quant à l’Union Européenne, cette construction libérale contre les peuples aux services des marchés financiers, c’est une co-construction des socialistes européens (PSE) et de la droite (PPE) qui ensemble soutiennent le Traité de Lisbonne levant les obstacles à la libre concurrence et aux privatisations.
Un des pères de cette Europe du Capital, le socialiste J. Delors, ancien maire de Clichy, ne vient-il pas de se prononcer en faveur de F. Fillon ou d’Alain Juppé, pour diriger la Commission Européenne ?

Pourquoi, sinon parce que les socialistes et la droite sont d'accord sur cette Europe libérale que les français rejettent ?
Les familles populaires, les couches moyennes, n’ont rien à gagner à ce genre d’alliances archaïques. Seul, le MEDEF pourrait s’en réjouir.
Le PCF met en garde les électeurs de gauche, les progressistes, le mouvement social contre cette dérive droitière du PS à Clichy comme au niveau national.
L’heure est au rassemblement des forces de gauche autour de profondes réformes s’attaquant à ce capitalisme rendu fou par sa propre logique. Une raison de plus pour soutenir aux Européennes, le PCF et les listes du Front de Gauche, conduite par Patrick Le Hyaric et Raquel Garrido en Ile de France et qui se prononce contre le traité de Lisbonne et pour un changement d'Europe